Masutatsu Ōyama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Masutatsu Oyama

Masutatsu Ōyama (大山倍達?) est un zainichi expert en arts martiaux. Il a fondé l'école de Karaté du Kyokushinkai, un style de karaté qui soumet les élèves à un vigoureux entraînement. Il est né sous le nom de Choi Yeong-eui (Hangeul: 최영의, Hanja: 崔永宜) le près de Gimje dans le sud de la péninsule coréenne alors que celle-ci était gouvernée par le Japon. Il est mort le à Tokyo (Japon).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le véritable nom de Masutatsu Ōyama est Choi Yeoung-eui, mais il se fera surnommer un temps Choi Bae-dal (Bae-dal voulant dire peuple coréen). Il est né en 1923 dans le village de Waryong dans la commune de Yongji (와룡리 용지면) à quelques kilomètres du centre de Gimje. Issu d'une famille aristocrate de yangban (lettrés), son père Sun Hyang étant maire de la ville de Gimje. Il découvrit à l'âge de 9 ans le Southern Chinese Kempo et les arts martiaux anciens de Corée sous la direction de Mr. Yi, un employé du domaine familial. Le gōjū-ryū de Yamaguchi Gogen lui sera enseigné plus tard par un travailleur saisonnier employé à la ferme de ses parents. Durant sa jeunesse, il sera fortement influencé par la biographie de Otto von Bismarck (1815-1898), le Chancelier Prussien qui réussit en trois années à unir l'Allemagne et en faire un empire.

Le jeune Masutatsu Ōyama est un garçon turbulent. À 14 ans, son père l'envoie au Japon, dans une école militaire de Yamanashi. À Tokyo, il suit l'enseignement des plus grands, parmi lesquels Funakoshi Gichin. Nidan (ceinture noire 2e dan) en deux ans, il aurait remporté en 1947 le premier « All Japan Tournament » réunissant tous les styles de karaté-do. À 20 ans, il passe avec succès son 4e dan de karaté. Il pratique le Judo à l'académie militaire et 4 ans plus tard obtiendrait son 4e dan.

Sur les conseils de So Nei Chu, expert de gōjū-ryū, il s'exile pour méditer 3 ans dans les monts Kiyosumi, accompagné d'un de ses élèves, Yashiro. Isolés du reste du monde, ils ont pour seul contact M. Kayama, qui les ravitaille régulièrement. Il s'impose une discipline de fer et un entraînement rigoureux, puisant dans les formes anciennes coréennes le travail des coups de pieds auxquels il ajoute les balayages et les attaques aux jambes. Le gōjū-ryū lui inspire les techniques de poing et le travail respiratoire. Il tire du Shotokan les principes de base du mouvement linéaire et y ajoute pour les gradés les formes circulaires du Taikiken de Maître Kenichi Sawai. Yashiro « craque » au bout de 6 mois, et son mécène doit lui aussi l'abandonner au bout de 14 mois, l'obligeant ainsi à mettre un terme à cette épreuve.

Quand Masutatsu Ōyama revient à la civilisation en 1950, il teste sa force sur un taureau. Il en affrontera 52 dans sa vie, en tuera 3, se contentant le plus souvent de leur briser les cornes du tranchant de la main. En 1952, il entame une tournée triomphale de démonstration et de défis aux États-Unis puis en Asie en affrontant karatékas, boxeurs, lutteurs et autres adversaires qu'il domine largement.

En 1953, il ouvre le premier Dojo dans un quartier de Tokyo : Meijiro.

1964 voit l'ouverture du premier Honbu Dojo, et c'est en fait seulement à cette date que Maître Ōyama donne à son style le nom de Kyokushinkai (l'école de l'ultime vérité). Les combats se déroulent au K.-O. La casse et l'endurance servent aux élèves à se tester et à se surpasser ; kihon et kata y sont les outils principaux permettant à chacun de progresser sur la « voie ».

Le karaté Kyokushinkai est un style qui s'appuie sur une condition physique, une résistance et un mental à toute épreuve. Tout ceci se rajoute aux techniques traditionnelles du Karate et à une souplesse tout à fait exceptionnelle de tout bon pratiquant de cet Art Martial.

Controverses sur Masutatsu Ōyama[modifier | modifier le code]

Calligraphie du Kyokushinkai peints originellement par Maître Haramotoki.

Les biographies de M. Ōyama présentent de très importantes divergences.

Une partie de celles-ci sont imputables aux origines coréennes de celui qui fut le fondateur d'une école d'un art martial japonais. Japonais et Coréens ayant des sensibilités nationalistes exacerbées, spécialement vis-à-vis les uns des autres, les versions et les interprétations de l'histoire de Masutatsu Ōyama diffèrent grandement suivant l'interlocuteur.

Livres de Masutatsu Ōyama[modifier | modifier le code]

  • Vital Karaté
  • What is Karaté, This is Karaté et Advanced Karaté, une encyclopédie constituée de trois volumineux ouvrages où les différents aspects du travail du Kyokushin sont analysés et détaillés
  • The Kyokushin way (La voie Kyokushin), un condensé de son cheminement.

L'héritier testamentaire d'Ōyama est Shokei Matsui, nommé directeur (Kancho) par l'organisation mondiale (I.K.O.) pour assurer la pérennité du style.

Films à propos de Masutatsu Ōyama[modifier | modifier le code]

Plusieurs films ont été consacrés à Ōyama.

Une trilogie avec Sonny Chiba dans le rôle d'Ōyama, réalisée par le Japonais Kazuhiko Yamaguchi : Champion of Death, également titré Karate Bullfighter (1975), suivi de Karate Bearfighter (1977) et de Karate for Life (1977). Un film sud-coréen de Yang Yun-ho, Fighter in the Wind (2005).

Parmi les documentaires, on pourra visionner avec intérêt celui réalisé par la chaîne de télévision sud-coréenne KBS1[1], visible en 5 parties sur YouTube[2].

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Être comme l'acier, incassable; comme l'eau, insaisissable et comme le feu, imbattable. »
  • « Les buts de l'homme doivent être les plus hauts et les plus grands possibles ; et seuls la persévérance et la progression pas à pas permettront de les atteindre selon son propre chemin. »
  • « Peu importe que l'on soit pauvre, l'homme qui est prêt à tout pour atteindre son but, qui va de l'avant, est grand et beau ; cet homme ne peut être que noble. »

[3]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. KBS pour « Korean Broadcasting System », équivalent sud-coréen de France Télévisions.
  2. 1re partie : http://www.youtube.com/watch?v=0Up2Jt_ErIc; 2e partie : http://www.youtube.com/watch?v=lBjLucVDOTw; 3e partie : http://www.youtube.com/watch?v=IW3BNhWp1b8; 4e partie : http://www.youtube.com/watch?v=3a0js7iQ_ro; 5e partie : http://www.youtube.com/watch?v=0ZldDxHs6bI.
  3. Budo Karate of Mas Oyama, C. Quinn