Markthal (Rotterdam)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Markthal
Markthal Rotterdam 2015.jpg
Le Markthal et la Binnenrotte (2015).
Présentation
Type
Destination actuelle
Halles
appartements
galeries marchandes
restaurants
Style
Architecte
Hoofdarchitect
Winy Maas de MVRDV[1].
Ingénieur
Construction
Octobre 2009[2].
Ouverture
Inauguration
Hauteur
40 m[1]
Envergure
70 x 100 m (7 000 m2)[1]
Site web
Localisation
Pays
Division administrative
Subdivision administrative
Subdivision administrative
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Hollande-Méridionale

(Voir situation sur carte : Hollande-Méridionale)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Rotterdam

(Voir situation sur carte : Rotterdam)
Point carte.svg

Le Markthal de Rotterdam (Pays-Bas) est un bâtiment aux doubles fonctions, résidentielles et commerciales. Il est constitué d'une halle où se tient un marché couvert, entouré de bâtiments abritant des logements. Il est situé au carrefour formé par les rues Binnenrotte, Hoogstraat et Blaak. Il est inauguré le .

Le complexe comporte 4 600 m2 d'espace de vente au détail, 1 600 m2 de surfaces destinées à la restauration et 228 appartements. Un parking souterrain offre environ un millier de places de voitures[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Markthal est localisé à Stadsdriehoek, quartier faisant partie de l'arrondissement de Rotterdam-Centre, au sein de la commune de Rotterdam, dans la province de Hollande-Méridionale[4]. Il a été inauguré par la reine Maxima[5],[6].

Le marché couvert se trouve établi à proximité de la gare de Rotterdam-Blaak, station ferroviaire située au sud-est du Markthal et avoisine l'église Saint-Laurent, édifice situé un peu plus au nord[3].

Architecture[modifier | modifier le code]

La halle a été conçue par le cabinet d'architectes MVRDV. Les parois du bâtiment, constituées de  pierre taillée naturelle grise, se présentent sous la forme d'un arc double semblable à celui d'un fer à cheval. Les appartements ont été aménagés entre l'arc interne et l'arc externe.

Pour donner au bâtiment une impression d'ouverture, les parois des deux cotés de l'édifice sont formées de grandes fenêtres de verre qui restent flexibles pour supporter d'éventuelles tempêtes[7]. Les panneaux sont en verre stratifié, dont les plus petits se présentent sous la forme d'un carré de 148,5 cm de côté. L'ensemble des éléments en verres est maintenu et suspendu autour d'une infrastructure de câbles de 34 m de haut sur 42 m de large, ce qui est en fait le plus important réseau en Europe[8],[9]. Chacune des deux façade dispose de 26 câbles verticaux et 22 câbles horizontaux[10].

L'architecture du Markthal est un concept développé par Provast. L'ensemble des étals de vente au détail sont détenus par la société Klépierre, les appartements résidentiels appartiennent à la société Vesteda, et le parking est la propriété de la municipalité de Rotterdam[11],[12].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Illustration géante[modifier | modifier le code]

La façade intérieure de la façade du Markthal est recouverte d'une illustration géante, d'une surface totale de 11 000 m2 (soit l'équivalent de deux terrains de football), une œuvre d'art numérique réalisée par Arno Coenen et Iris Roskam et intitulée Hoorn des Overvloeds (corne d'abondance). Ce titre fait référence à la corne d'abondance, un objet issu de la mythologie grecque et qui symbolise l'abondance et la saturation. La composition de cette œuvre d'art met en scène des fruits, des légumes, des céréales, des poisson, des fleurs et des insectes, l'ensemble de ces éléments picturaux apparaissant au premier plan et en très grande dimension[8],[13]. Ces illustrations rappellent les natures mortes des peintures néerlandais du XVIIe siècle[7]. En outre, en arrière-fond, se dessine l'église Saint-Laurent avec sa tour[14].

Le concept réalisé par Coenen et Roskam a été sélectionné parmi les 9 candidats internationaux[15]. Des techniques d'animation numérique en 3D ont été utilisées pour produire la composition artistique. Pour assurer le rendu photoréaliste de cette illustration géante, la taille de fichier s'élève à 1,47 téraoctets et des serveurs informatiques spéciaux ont été nécessaires. Ces serveurs sont ceux employés pour les films des Studios Pixar[16]. L'animation numérique a été divisée en blocs, imprimée sur acier perforé, et les blocs ont été placés sur les 4 000 panneaux en aluminium constituant le plafond[13],[14].

Peu après l'inauguration du Markthal en 2014, cette œuvre d'art numérique a attiré l'attention des médias internationaux[17],[18],[19]. Dans quelques publications d'articles, l’œuvre d'art du Markthal a été qualifiée de « plus grande œuvre d'art dans le monde » (une affirmation qui n'est cependant pas exacte) et a parfois été surnommée « la Chapelle Sixtine de Rotterdam ». Arno Coenen et Iris Roskam ont effectué la conception de l'œuvre numérique en collaboration avec une équipe de six spécialistes[19].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Archéologue fouillant les vestiges d'un mur de ferme au sein de l'ancien établissement médiéval de Rotta. Prospections préventives effectuées sur le site archéologique du Markthal.

Les fondations du Markthal reposent sur les vestiges d'un ancien village situé sur la partie nord-est du polder de Westnieuwland. Cet établissement humain a été délaissé puis recouvert au cours du XIVe siècle. À l'époque de son occupation, ce polder était entouré par un réseau de digues se présentant sous la forme d'enceinte ou d'anneau, doublé d'un affouillement (celui de Kolk (nl)) destiné à le protéger des inondations lors d'une marée haute. Des habitats domestiques et des bâtiments à vocation agricole ont été construits sur ce site poldérisé. Compte tenu des éléments et indices matériels recueillis sur le site archéologique du Markthal, ces vestiges datés de la fin du Bas Moyen Âge, seraient ceux de la maison dite Huis Keulen[20],[21].

Lors de la construction du Markthal, des vestiges, appartenant à un ancien corps de ferme attribué au Xe siècle, ont été mis en évidence grâce à des fouilles préventives entreprises à 7 m de profondeur au-dessous du niveau de réseau viaire. Les structures de cet établissement, d'une largeur de 7,5 m pour une longueur de 13,5 m, ont délivré deux fours. Quelques traces marquant l'emplacement de cheminées ont été également identifiées. Cette ferme faisait probablement partie de Rotta, l'ancien site ayant précédé la commune Rotterdam et dont le nom renvoie à l'hydronyme de la Rotte. À cette époque, Rotta est alors essentiellement occupée des agriculteurs, des artisans et des commerçants. Quelques années auparavant, une digue, associée des habitats domestiques, le tout érigé après 1300, avaient été mis au jour sur ce même emplacements[22],[23],[24].

Les résultats archéologiques, notamment les artéfacts, obtenus lors des différents chantiers de fouilles sur le site du Markthal, font actuellement partie d'une exposition permanente intitulée « Le Tijdtrap ». Les pièces archéologiques sont exposées sous vitrines et situées à proximité de la cage d'escalier menant au parking souterrain du Markthal. l'histoire de chaque artefact peut être visualisée par le biais d'écrans tactiles, mis à la disposition des visiteurs. Cette exposition a remporté le prix public de l'archéologie néerlandaise[25].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Travaux et pollution sonore[modifier | modifier le code]

Chantier de construction, et, en arrière-plan, l'église Saint-Laurent
Chantier de construction du Markthal.

De février 2009 et jusqu'au début de juin 2010, 2 500 pylônes ont été incorporés dans le sol par technique de battage[26]. Les habitants résidant à proximité et aux environs du chantier de construction du Markthal ont alors été soumis à une pollution sonore[27]. À cet effet, en novembre 2009, afin de résorber le volume sonore produit par ces travaux, des conteneurs d'expédition ont été disposés autour et au bas du site de construction. Par ailleurs, à cette époque, plusieurs commerçants établis dans le périmètre entourant la zone de chantier ont été contraints de fermer leurs portes pendant le battage, ces derniers n'étant plus en mesure de communiquer avec leurs clients en raison des bruits provoqués par les travaux.

Vers la fin des travaux de remblayage et de battage, un grand panneau a été installé sur la Binnenrotte pour rafficher un compte à rebours indiquant combien de pylônes allaient être encore enfoncés dans le sol[28]. Le dernier pylône a été finalement installé à la fin de juin 2010[26].

Autres caractéristiques du bâtiment[modifier | modifier le code]

Les quatre niveaux du parking souterrain du Markthal constituent le plus vaste parc de stationnement dans le centre-ville de Rotterdam avec 1 200 places de parking[29]. Ce parking est construit sous le niveau de la mer ce qui a représenté une performance technologique puisque l'excavation s'est effectuée sur un terrain liquide.

Le Markthal a été l'un des premiers bâtiments accessible par le système de réalité augmentée utilisable sur téléphone mobile. En utilisant l'application UAR mise au point par l'Institut d'architecture des Pays-Bas (NAi), il était possible de visualiser le futur Markthal en modèle 3D, montrant la halle dans son état final[30].

L'un des surnoms du Markthal est le terme « Koopboog » (koop signifie achat, boog signifie arc, ce qui signifie approximativement « arc commercial »). Ce terme fait référence à la forme en fer à cheval de la halle couverte et renvoie également à la Koopgoot (« gouttière commerciale », un terme parfois utilisé pour surnommer la Bourse, située à proximité[31],[32].

Prix d'architecture[modifier | modifier le code]

Le Markthal a remporté plusieurs prix d'architecture :

  • Rotterdam Architecture Award 2014[33]
  • Rotterdam's Marketing Award 2014[34]
  • Le premier prix des meilleurs parkings européens par l'association européenne de parking EPA 2015[35]
  • European Property Award 2014[36]
  • Le prix du meilleur centre commercial au MiPim Awards Floornature 2015[37]
  • Prix du développement d'un quartier par l'association d'entreprises néerlandaises de développement de projets NEPROM 2015[38]
  • MAPIC Award (Best Retail Urban) 2015[39]
  • FGH Vastgoedprijs 2016[40]
  • Le prix du meilleur centre commercial mondial par le “Viva Best of the Best” de ICSC (groupement international de centre commerciaux) en 2017[41],[42].

Ouverture et accessibilité[modifier | modifier le code]

Le marché couvert est ouvert tous les jours de 10 h à 20 h (de midi à 18 h les dimanches). Le parking est ouvert tous les jours et à toute heure. Les restaurants accessibles par les portes extérieures sont ouverts plus tard en soirée.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (nl) « Markthal : Een icoon voor Rotterdam » [PDF], sur le site des archives du Markthal de Rotterdam (consulté le 16 octobre 2017).
  2. a et b (nl) « Archives du Markthal » [html], sur le site markthalrotterdam.nl (consulté le 16 octobre 2017).
  3. a et b « Markthal », sur le site OpenStreetMap (consulté le 17 octobre 2017).
  4. (nl) « Markthal », sur le site markthalrotterdam.nl (consulté le 16 octobre 2017).
  5. (nl) Han van der Horst, Rotterdam, bruid van de Maas : van prehistorie tot nu, Prometheus, (lire en ligne), page 219.
  6. (en) Günter Schenk, « Erlebenswertes im Centrum », dans Günter Schenk, Reise Know-How CityTrip Rotterdam, Reise Know-How Verlag Peter Rump, , 144 p..
  7. a et b « MVRDV - Project - Markthal Rotterdam », sur Archello.com (consulté le 18 octobre 2017)
  8. a et b Kirsten Seale 2016, p. 114.
  9. (nl) « Europa's grootste kabelnet glasgevels voor Markthal Rotterdam », sur le site glasinbeeld.nl (consulté le 16 octobre 2017).
  10. Christian Louter et al. 2014, p. 74 à 81.
  11. (nl) « Markthal Rotterda wint NRW jaarprijs 2015 », sur le site officiel du Markthal (consulté le 16 octobre 2017).
  12. « Markthal : Le premier marché couvert des Pays-Bas, un lieu unique et moderne », sur le site du cabinet d'architecte Klépierre (consulté le 16 octobre 2017).
  13. a et b (nl) Siobhan Burger, « Atelier ACW : Gekibbel in Overvloed », sur le site de l'Atelier ACW, (consulté le 16 octobre 2017).
  14. a et b Im Sik Cho, Chye-Kiang Heng et Zdravko Trivic 2015, p. 58 à 60.
  15. (nl) « Kunstenaar voor binnengevel Markthal geselecteerd », sur le site officiel du Markthal, (consulté le 16 octobre 2017).
  16. (nl) « In Rotterdam is zojuist het grootste kunstwerk ter wereld geopend », sur le site Creators.vice (consulté le 16 octobre 2017).
  17. (nl) « De Hoorn des overvloeds van Arno Coenen en Iris Roskam », sur le site VPRO - Nooit meer slapen, (consulté le 17 octobre 2017).
  18. (nl) Nina Azzarello, « Arno Coenen + Iris Roskam wrap Rotterdam's Markthal in a digital mega-mural », sur le site designboom, (consulté le 17 octobre 2017).
  19. a et b (nl) Katherine Brooks, « 'Biggest Artwork In The World' Hits The Netherlands, Dubbed 'Sistine Chapel Of Rotterdam' », sur le site du The Huffington Post, (consulté le 17 octobre 2017).
  20. (nl) Dick Wilschut et Maaike M. Sier, « Bow Markthal in Rotterdam : Archeologie : geotechnische een uitdaging », Geotechniek,‎ , p. 1 à 5 (lire en ligne [PDF], consulté le 16 octobre 2017).
  21. (nl) A.H.L. Vredenbregt, M.C. van Trierum et drs. P.H.J.I. Ploegaert, « Rotterdam Markthal Archeologisch onderzoek. », publications du Bureau Oudheidkundig Onderzoek Rotterdam,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2017).
  22. Jan-Hendrik Bakker 2014, p. 79 à 82.
  23. Hans Koopmanschap 2015, p. 219 et 220.
  24. (nl) « Markthal : Nieuws » [html], sur le site Provast (consulté le 17 octobre 2017).
  25. (nl) « De Tijdtrap : De Bodemschatten in Martkhal », sur le site officiel de l'exposition permanente et du musée de Tijdtrap (consulté le 16 octobre 2017).
  26. a et b (nl) « Laatste paal nieuwe markthal Binnenrotte », sur le site RTV Rijmond (consulté le 17 octobre 2017).
  27. (nl) « Markthal Rotterdam begint vorm aan te nemen », sur le site du RTV Rijmond, (consulté le 17 octobre 2017).
  28. (nl) « Scorebord voor de heipalen », sur le site officiel du Markthal, (consulté le 17 octobre 2017).
  29. (nl) « Grootste parkeergarage van Rotterdam onder Markthal », sur le site du Verkeersnet, (consulté le 17 octobre 2017).
  30. (nl) « Perbericht  : Wereldprimeur : met het NAi en 3D-augmented reality kun je zien wat er niet is. », sur le site du NAi (consulté le 17 octobre 2017).
  31. (nl) Anouk van Kampen, Geachte redactie : de meest opvallende, grappige en boze brieven uit NRC in 2014., Nieuw Amsterdam, , 356 p. (lire en ligne), page 270.
  32. (nl) « Column : Kappen met die bijnamen », sur le site rijnmond.nl du RTV Rijnmond (consulté le 16 octobre 2017).
  33. (en) « MVRDV - Markthal wins Rotterdam Architecture Award », sur www.mvrdv.nl (consulté le 18 octobre 2017)
  34. (en-US) « MVRDV wins Rotterdam’s Marketing Award 2014 for Markthal », A As Architecture,‎ (lire en ligne, consulté le 18 octobre 2017)
  35. (en) We Focus BV, « EPA Award 2015 », sur www.europeanparking.eu, (consulté le 18 octobre 2017)
  36. (en-US) « MVRDV's Markthal Rotterdam Wins European Property Award », ArchDaily,‎ (lire en ligne, consulté le 18 octobre 2017)
  37. (it) « Mvrdv le Markthal de Rotterdam Meilleur Centre Commercial aux Mipim Awards 2015 », sur Floornature.com (consulté le 18 octobre 2017)
  38. « Nieuws - Markthal/Laurenskwartier Rotterdam wint NEPROM-prijs... », sur www.neprom.nl (consulté le 18 octobre 2017)
  39. (en) Reed MIDEM, « MAPIC Awards: MAPIC Awards 2016 », sur awards.mapic.com (consulté le 18 octobre 2017)
  40. (nl) « De winnaar », sur www.fghvastgoedprijs.nl (consulté le 18 octobre 2017)
  41. (nl) « Markthal gekrooned tot best winkelcentrum der wereld », sur www.ad.nl, (consulté le 18 octobre 2017)
  42. ICSC: International Council of Shopping Centers, « ICSC European Shopping Centre Awards 2016 Winner, Markthal Rotterdam », (consulté le 18 octobre 2017)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (nl) Gerrit Jan Groothedde, « Haalbaar alternatief : Markthal Rotterdam », dans Gerrit Jan Groothedde, Weg van de supermarkt : wat de grootgrutter niet wil dat u (w)eet, Unieboek, coll. « Het Spectrum », (lire en ligne).
  • (en) Jassen Callender, Architecture History and Theory in Reverse : From an Information Age to Eras of Meaning, Routledge, , 250 p. (lire en ligne).
  • (nl) A.H.L. Vredenbregt, M.C. van Trierum et drs. P.H.J.I. Ploegaert, « Rotterdam Markthal Archeologisch onderzoek. », publications du Bureau Oudheidkundig Onderzoek Rotterdam,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2017). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Christian Louter, Freek Bos, Jan Belis et Jean-Paul Lebet, « Cable stayed glass facade in the market hall - Rotterdam », dans Christian Louter, Freek Bos, Jan Belis et Jean-Paul Lebet, Challenging Glass 4 & COST Action TU0905 Final Conference, CRC Press, , 852 p. (lire en ligne), p. 74 à fin chapitre. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Kirsten Seale, « Learning from markets », dans Kirsten Seale, Markets, Places, Cities, Routledge, , 144 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Im Sik Cho, Chye-Kiang Heng et Zdravko Trivic, Re-Framing Urban Space : Urban Design for Emerging Hybrid and High-Density Conditions, Routledge, , 268 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (nl) Collectif, « Bow Markthal in Rotterdam : Archeologie : geotechnische een uitdaging », Geotechniek,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 16 octobre 2017).
  • (nl) Hans Koopmanschap, Grensgebied tussen zand en veen: Een archeologisch perspectief op de middeleeuwse ontginnings- en bewoningsgeschiedenis van de Langstraat en het aangrenzende zandlandschap van Noord-Brabant, Uitgeverij Verloren, , 439 p. (lire en ligne), page 219. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (nl) Jan-Hendrik Bakker, Grond : een pleidooi voor aards denken en een groene stad, Uitgeverij, Atlas Contact, (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :