Marie-Madeleine Peyronnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peyronnet.
Marie-Madeleine Peyronnet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (87 ans)
Nationalité
Activité

Marie-Madeleine Peyronnet, née le à Rechaiga, dans le Sersou en Algérie[1] est de 1959 à 1969, la secrétaire personnelle de l'exploratrice Alexandra David-Néel. Surnommée « Tortue » par Alexandra David Néel, elle est à son service les dix dernières années de sa vie. Elle est elle-même l'autrice d'une biographie d'Alexandra David-Néel.

Activités[modifier | modifier le code]

À 29 ans, elle entre au service d'Alexandra David-Néel en tant que secrétaire particulière[2], et pour les dix dernières années de la vie de cette dernière[1].

Ayant hérité du droit de vivre à Samten Dzong, la Maison d'Alexandra David-Néel, elle contribue à la réédition de l'œuvre écrite par l'exploratrice à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) après le décès de cette dernière le 8 septembre 1969.

Elle fonde en 1977 l'Association Alexandra David-Néel. Cette association loi 1901 développe le musée, enrichissant ses collections[1].

Employée par la ville de Digne les Bains, Marie-Madeleine Peyronnet assure jusqu'en 1995 la direction du musée, organisant l'accueil des personnalités, les visites et l'hébergement des visiteurs tibétains qui viennent accompagnés de leurs traducteurs. Ces visiteurs sont des personnalités tibétaines, des lamas, des troupes folkloriques tibétaines, des musiciens, des artistes divers (sculpteurs sur beurre, sur bois), et des moines qui réalisent un mandala de sable (en). Ces réalisations sont visibles au musée de Digne-les-Bains[1],[3].

Marie-Madeleine rassemble et publie les Lettres à son mari, ainsi que d'autres livres posthumes. Elle publie une biographie, Dix ans avec Alexandra David-Néel, dont elle cède les droits d'auteur à l'association[1]. L'ouvrage, rédigé en trois semaines, est publié chez Plon en 1973 et obtient le Prix des Journalistes et une sélection pour concourir au Prix Vérité. Une nouvelle édition est publiée en 2005, avec cinq textes supplémentaires ajoutés en 2003, à l'occasion de la publication de la traduction en allemand chez Nymphenburger Verlag[4].

Surnom[modifier | modifier le code]

Le surnom de « Tortue » lui est donné par Alexandra David-Néel à la suite d'un événement banal: alors qu'elle se dirige vers un escalier, elle voit à ses pieds un bas roulé en boule qu'elle prend pour une tortue. Après avoir appelé Marie-Madeleine pour lui demander de l'enlever et d'en prendre soin, elles découvrent ensemble, dans une grande hilarité, la véritable nature de l'objet. Depuis ce jour, Alexandra l'appele « Tortue » d'abord par dérision, puis par habitude[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Dix ans avec Alexandra David-Néel, Plon, Paris, 1973
Œuvres d'Alexandra David-Néel éditées par Marie-Madeleine Peyronnet
  • Journal de voyage : Lettres à son mari, 11 août 1904 - 27 décembre 1917. Vol. 1, Plon, Paris, 1975
  • Journal de voyage : Lettres à son mari, 14 janvier 1918 - 31 décembre 1940. Vol. 2, Plon, Paris, 1976
  • Grand Tibet et vaste Chine, récits et aventures, Plon, Paris, 1994. Contient : Au pays des brigands gentilshommes, Voyage d'une Parisienne à Lhassa, Sous des nuées d'orage, À l'ouest barbare de la vaste Chine, Le vieux Tibet face à la Chine nouvelle et un choix de documents.
  • Voyages et aventures de l'esprit, Albin Michel, Paris, 1994. Choix de textes recueillis et présentés par Marc de Smedt et Marie-Madeleine Peyronnet.
Préface 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Marie-Madeleine Peyronnet.
  2. Janwillem Van De Wetering; Janwillem Van De Wetering Is The Author Of Two Books On Buddhism, the Empty Mirror, a Glimpse Of Nothingness, et A. Zen Police Procedural Series That Includes the Sergeant's Cat., « ASTRTAL BODIES AND TANTRIC SEX », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  3. Marion Dapsance, La Forteresse de la méditation. Ethnographie de la Fondation Alexandra David-Neel.
  4. Marie Madeleine Peyronnet, Le Grand Bivouac Albertville.
  5. Jean Chalon, Le lumineux destin d'Alexandra David-Néel, Librairie académique Perrin, 1985, (ISBN 2-262-00353-X), p. 452

Lien interne[modifier | modifier le code]

Fondation Alexandra David-Néel, association de parrainage d'enfants tibétains en exil fondée en 1977 et ayant son siège à Digne-les-Bains.

Liens externes[modifier | modifier le code]