Maison d'Alexandra David-Néel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dzong.
Maison d'Alexandra David-Néel
Maison d'Alexandra David-Néel 2.jpg

Maison d'Alexandra David-Néel

Présentation
Type
Destination actuelle
Musée
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Avenue du Maréchal-JuinVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
voir sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
Red pog.svg

La maison d'Alexandra David-Néel, aussi appelée Samten Dzong (signifiant « forteresse de la méditation » en tibétain), est une maison abritant aujourd'hui un musée, située à Digne-les-Bains, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

La maison est située dans la commune de Digne-les-Bains, 27 avenue du maréchal Juin, dans le département français des Alpes-de-Haute-Provence.

Historique[modifier | modifier le code]

La maison a été achetée en 1928 par Alexandra David-Néel et la nomme immédiatement Samten Dzong (« forteresse de la méditation »). Quatre ans plus tard, elle commence à l'agrandir. Elle y a écrit plusieurs livres relatant ses différents voyages.

Son fils adoptif, Lama Yongden, y est mort en 1955.

En 1959, Marie-Madeleine Peyronnet devint la secrétaire particulière d'Alexandra David-Néel et restera à ses côtés jusqu'à la fin.

Alexandra David-Néel s'y est éteinte le 8 septembre 1969, à presque 101 ans.

Marie-Madeleine Peyronnet hérita du droit de vivre à Samten Dzong. Elle fonda en 1977 l"association Alexandra David-Néel, qui développa le musée, augmentant ses collections[2].

Description[modifier | modifier le code]

Les poupées tibétaines, Losel dolls, de Kim Yeshi

Dans la partie initiale de la maison, on trouve au rez-de-chaussée une chambre emplie d'objets asiatiques qu'elle avait rapportés et qu'elle nommait "pièce tibétaine" et à l'étage la minuscule chambre que l'exploratrice appelait son « trou » et le bureau où elle écrivit une grande partie de son œuvre littéraire. Rien n'a changé, les pièces semblent avoir été quittées hier[3]. Lors de la visite, vous pourrez également explorer une grande salle d'exposition dédiée au lama Yongden, un petit film retraçant la vie de l'exploratrice ainsi qu'une salle d'exposition de photographies d'archives.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1996[1].

La maison est devenue également "Patrimoine du XXème siècle" et "Maison des illustres".

Personnalités notoires venues à la maison d'Alexandra David-Néel[modifier | modifier le code]

Le 14e dalaï-lama est venu visiter Samten Dzong le 15 octobre 1982, et du 21 au 26 mai 1986[4].

Un monument commémoratif dédié aux 1 200 000 personnes Tibétaines mortes des suites de l'invasion chinoise a été inauguré le 1er octobre 2000 dans le parc de la maison d'Alexandra David-Néel par le moine tibétain Palden Gyatso. Il s'agit d'une pièce en bronze original, d'1,5 m de long, représentant les deux lions des neiges, emblème du Tibet. Les reliques d'un ermite qui résidait à Dharamsala et donna des conférences à Digne-les-Bains[5], le Geshe Yeshe Tobden, décédé le 31 juillet 1992[6], sont placées dans la partie centrale du monument. Les représentants et représentantes du Bureau du Tibet, Madame Kunzang Yuthok et Monsieur Wangpo Bashi, ainsi que les moines du monastère de Gyuto participèrent à cette inauguration[7].

L'actrice Dominique Blanc est venue à Samten Dzong en septembre 2010 pour s'imprégner du personnage qu'elle interprète dans le film Alexandra David-Néel - J'irai au pays des neiges'[8].

Une bande dessinée intitulée "Une vie avec Alexandra David-Néel" de Fred Campoy et Mathieu Blanchot dont le tome 2 vient de sortir le 1 février 2017 retrace la vie d'Alexandra David-Neel et Marie-Madeleine Peyronnet à l'intérieur de Samten Dzong et l'on retrouve la maison telle qu'elle était à l'époque, avant toutes ses transformations.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]