Mariah Bocoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mariah Bocoum
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(46 ans)
Bamako
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Mariah Bocoum, née le 6 février 1973 à Bamako, est un mannequin puis une styliste malienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le 6 février 1973 à Bamako au Mali au sein d'une famille peule de sept enfants, d’une mère sage-femme et d’un père diplomate[1]. Elle est la sœur aînée de la chanteuse Inna Modja. Elle commence adolescente une carrière de mannequin[1]. Le métier de son père la conduit à voyager en Afrique de l’Ouest. Elle effectue des défilés pour le styliste Seydou Doumbia, plus connu sous le nom de Chris Seydou[1]. « À 17 ans, j’étais l’une de ses égéries au Mali »[2]. En 1991, elle est première dauphine de Miss ORTM, et elle reçoit la même année le Prix Top Model. À 21 ans, elle s’installe en France pour suivre un cycle d’études de culture et de communication à l’université de Nancy, puis opte pour une formation en esthétique à Paris[1].

Elle revient ensuite dans son pays natal, et y ouvre dans un premier temps un institut de beauté. Puis en 2010, elle crée une marque de couture, Les Péchés Mignons . Son atelier du quartier de l’Hippodrome devient un des principaux espaces créatifs de mode et de couture de Bamako[1]. Elle présente ses créations à différentes manifestations, notamment au Dakar Fashion Week[1],[3],[4],[5], au Festival international de la mode africaine (FIMA)[1],[2], à la Black Fashion Week, à Paris[2], au Marché des Arts du Spectacle Africain (MASA) à Abidjan[1],[6], ou encore au Festival de la Mode et du Mannequinat Africain (FESMMA) de Cotonou[1].

Dans ses créations, elle utilise notamment les matières traditionnelles comme le bogolan, le bazin, le wax, juxtaposées avec d’autres tissus, et leur donne une dimension plus universelle. Elle apprécie notamment l’usage du bogolan. « J’essaie d’innover, je change les motifs pour que les jeunes apprécient le bogolan », indique-t-elle[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i « Mariah Bocoum », Afrique 21,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Katia Dansoko Touré, « Mode : Mariah Bocoum sublime le tissu malien », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  3. François Deletraz, « Mode in Africa », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  4. « Mariah Bocoum 2012 Show - Dakar Fashion Week », FashonAfricanTV,‎ (lire en ligne)
  5. « La Dakar Fashion Week fête ses 15 ans », Elle (édition ivoirienne),‎ (lire en ligne)
  6. « 8ème édition du Marché des Arts du Spectacle Africain (MASA) : Une renaissance porteuse d’espoirs », Mali Web,‎ (lire en ligne)
  7. Morgane Le Cam, « A Ségou, on perpétue la tradition du bogolan malien », Le Monde,‎