Mari Sandoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  une femme de lettres
Cet article est une ébauche concernant une femme de lettres.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mari Sandoz
Mari Sandoz.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
National Cowgirl Museum and Hall of Fame (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Mari Sandoz est un auteur américain (11 mai 1896- 10 mars 1966) de plusieurs ouvrages sur les débuts de l’Ouest américain comme Old Jules (1935, Atlantic Monthly Award), Cheyenne Autumn (1953), The Cattlemen (1958) et de plusieurs autres ; son dernier roman, Battle of the Little Bighorn, fut publié en 1966.

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Isolés par de vastes distances et les exigences sévères de la terre, les gens de la frontière américaine connaissaient d’expérience la promesse et les difficultés de la dernière terre «libre» des États-Unis dans les Sandhills du Nebraska entre la moitié du XIXe et le début du XXe siècle. Aujourd'hui, les exploits, les passions, et le discours distinctif des pionniers du Nebraska occidental prennent encore en vie dans les écrits de Mari Sandoz, fille de Marie et Jules Sandoz, immigrants suisses.

Mari est née au lieu dit le Mirage Flats, au sud de Hay Springs, Nebraska le 11 mai 1896. Etant l'aîné de six enfants, Mari portait une grande partie de la responsabilité de prendre soin de ses deux sœurs et trois frères. Elle prit part également dans plusieurs de ses exploits de son père en tant que localisateur de réclamation, commerçant et horticulteur-pionnier et ce malgré le tempérament colérique de ce dernier.

Ce sont ces aventures et la nécessité de se divertir sur la frontière du nord-ouest du Nebraska, qui a conduit Mari à devenir écrivain. Enfant, elle était une grande conteuse avec un désir intense d'écrire, de griffonner des histoires quand elle ne faisait pas la cuisine, le jardin, ou la garde de sa fratrie.

Passion pour les Amérindiens[modifier | modifier le code]

Depuis ses modestes débuts à écrire des histoires courtes jusqu’à l'entrée dans les concours menés par ce qui est maintenant l’Omaha World-Herald , Mari a développé un sens aigu du détail et un sens du rythme. Cela lui a permis de devenir l’une des autorités les plus précieuses de son temps sur l'histoire des plaines et de la culture des Amérindiens, notamment les Sioux. Une passionnée militante pour les Indiens des Plaines, elle a également écrit sur les histoires de leur vie, à jamais changée par l'arrivée des Euro-Américains.

Elle publia bien en avance sur son temps, deux livres sur les Indiens d'Amérique, Cheyenne Autumn et Crazy Horse. Ils offrent un point de vue objectif de la persécution des Cheyennes du Nord et Oglala Sioux, ainsi que la quasi-destruction de leur culture. Ses écrits soutiennent la cause des Amérindiens, leur besoin de lois justes, et le rôle de l'aide gouvernementale.

Crazy Horse est la biographie d'un des plus célèbres guerriers indiens d'Amérique de l’histoire récente. Campant à proximité des réserves, elle a méticuleusement interviewé des dizaines de membres âgés de la tribu de Crazy Horse dans les années 1930. Grâce à ces témoignages exceptionnels, elle a construit une biographie semi-romancée du grand guerrier Sioux. Crazy Horse est célèbre pour avoir vaincu Custer à la bataille de Little Big Horn, mais sa vie ne se résumait pas à cette seule bataille. Elle décrit aussi la vie de son peuple, les Sioux du milieu à la fin du XIXe siècle.

"Le récit des héros glorieux conté avec beauté et puissance ... l'histoire d'un grand Américain." -John G. Neihardt, New York Times. Ecrivain contemporain de Mari Sandoz , poète et ethnographe du Nebraska défenseur de la cause amérindienne-

Mari a travaillé pour faire la lumière sur les défis les autochtones confrontés et elle a sollicité des changements économiques positifs pour les autochtones. Comme indicateur de son engagement, Sandoz a poursuivi en justice un jeu appelé Strike It Rich et utilisé le produit pour acheter des œuvres d’art et des produits de sport pour les écoles indiennes.

L’héritage de la « série des Grandes Plaines »[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]