Marcella O'Grady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marcella O'Grady, née à Boston le 7 octobre 1863 et décédée à Trenton le 24 octobre 1950, fut une biologiste américaine qui épousa le biologiste allemand Theodor Boveri (1862–1915). Leur fille unique, Margret Boveri (1900–1975), fut une journaliste célèbre après la guerre en Allemagne.

Marcella Boveri née O'Grady
Description de l'image OGrady1897-2.jpg.
Naissance
Boston (États-Unis)
Décès
Trenton (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Domaines Génétique, embryologie
Institutions Bryn Mawr College, Vassard College, université de Wurtzbourg, Albertus Magnus College
Diplôme Massachusetts Institute of Technology, université Harvard
Renommé pour épouse et collaboratrice de Theodor Boveri

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcella O'Grady est née à Boston, Massachusetts, États-Unis, fille d'immigrants irlandais. Elle a fait ses études secondaires au lycée de filles (Girls’ High School) à Boston[1]. Elle a ensuite suivi les cours au Massachusetts Institute of Technology dont elle a été la première femme à recevoir le diplôme de fin d'études. Elle a complété ses études à l'université Harvard. Marcella O'Grady a travaillé comme assistante du professeur Edmund Beecher Wilson, pionnier de la biologie cellulaire, à l'université pour jeunes filles Bryn Mawr College en Pennsylvanie. Elle reçut la bourse de recherche en biologie 1887-1889 pour poursuivre son travail à Bryn Mawr, une distinction très rare pour une femme à cette époque[réf. nécessaire]. Elle devint professeure-associée au Vassard College, PoughkeepsieNew York, en 1889, puis professeure en 1893.

En 1896, Edmund B. Wilson l'envoie chez son collègue et ami, Theodor Boveri, à Wurtzbourg en Allemagne[2]. Alors que les femmes n'ont pas accès à l'université en Allemagne, Marcella O'Grady travaille avec Boveri, l'épouse le 4 octobre 1897 au monastère du Bon Berger à Troy, dans l'État de New York. Elle met au monde leur fille Margret le 14 août 1900.

Son nom n’apparaît sur aucune des publications scientifiques de Theodor Boveri bien qu'elle soit la principale collaboratrice de son mari jusqu'à la mort de celui-ci en 1915[2]. Elle demeure en Allemagne quelques années, le temps nécessaire pour que sa fille finisse ses études et vole de ses propres ailes. Elle retourne aux États-Unis en 1925. Elle reprend alors l'enseignement à Albertus Magnus College, New HavenConnecticut, où elle reste jusqu'en 1942. Elle traduit en anglais le livre L'Origine des tumeurs malignes qu'elle a coécrit en allemand avec son mari[1].

Elle meurt le 24 octobre 1950 à Trenton (New Jersey). Elle est inhumée à Collier Familial Burial Ground, Wickatunk, New Jersey[3].

Œuvre scientifique[modifier | modifier le code]

Marcella O'Grady a contribué à élucider les rôles respectifs des chromosomes et du cytoplasme dans les mécanismes de l'hérédité et du développement[4].

Elle a aussi grandement contribué à relier le rôle possible des chromosomes dans la transformation cancéreuse[5].

Contributions à l'éducation et à la promotion des femmes de science[modifier | modifier le code]

Elle a développé un enseignement de biologie original lorsqu'elle a repris ses fonctions de professeur aux États-Unis en 1925[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) The Biographical Dictionary of Women in Science: Pioneering Lives from Ancient Times to the Mid-20th Century, London, Routledge, , 336–337 p. (lire en ligne)
  2. a et b (en) Fritz Balzer, « Theodor Boveri », Science, no 144,‎ , p. 809-815
  3. « Marcella O'Grady Boveri (1863-1950) - French... », sur new.findagrave.com (consulté le 22 août 2017)
  4. Helga Satzinger, « Theodor and Marcella Boveri: chromosomes and cytoplasm in heredity and development », Nature Reviews. Genetics, vol. 9,‎ , p. 231–238 (ISSN 1471-0064, PMID 18268510, DOI 10.1038/nrg2311, lire en ligne, consulté le 23 juillet 2016)
  5. V. A. McKusick, « Marcella O'Grady Boveri (1865-1950) and the chromosome theory of cancer », Journal of Medical Genetics, vol. 22,‎ , p. 431–440 (ISSN 0022-2593, PMID 3908684, PMCID 1049502, lire en ligne, consulté le 23 juillet 2016)
  6. M. R. Wright, « Marcella O'Grady Boveri (1863-1950): her three careers in biology », Isis; an International Review Devoted to the History of Science and Its Cultural Influences, vol. 88,‎ , p. 627–652 (ISSN 0021-1753, PMID 9519573, lire en ligne, consulté le 23 juillet 2016)