Theodor Boveri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Theodor Boveri

Description de l'image  Theodor Boveri.jpg.
Naissance
Bamberg, Bavière (Allemagne)
Décès
Wurtzbourg (Allemagne)
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemand
Champs génétique, Embryologie
Renommé pour La théorie des chromosomes (Boveri-Sutton)

Theodor Heinrich Boveri est un biologiste allemand, né le à Bamberg (Bavière) et mort le à Wurtzbourg.

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Les contributions scientifiques de Theodor Boveri (1862-1915) se situent à la frontière de la cytologie, de l'embryologie et de la génétique.

De 1880 à 1882, Eduard Adolf Strasburger (1844-1912) et Boveri décrivent la constance du nombre des chromosomes au sein d’une espèce donnée. Inspiré par les travaux d'Édouard van Beneden (1846-1910), il entreprend à partir de 1885 des recherches sur les œufs d'un ver rond, l'Ascaris, qui lui permettent d'établir l'individualité des chromosomes, leur persistance au-delà des phases perceptibles de la division nucléaire, et la contribution en nombre égal des chromosomes de l'ovule et du spermatozoïde au noyau de l'œuf fécondé. Il est l'auteur en 1887 de la loi de réduction chromatique (une phase de la méiose). En 1900, il démontre la justesse de la théorie de Walter Sutton (1877-1916).

Il a donné son nom à la théorie chromosomique de Sutton et Boveri.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Il se marie avec Marcella O’Grady (1863-1950), qui fait partie de la première génération de femmes ayant pu accéder à l’université aux États-Unis d'Amérique. Une de leurs filles est la journaliste allemande Margret Boveri (1900-1975); son frère, Walter Boveri (1865-1924), un industriel suisse connu.

Références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]