Maltam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maltam
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Extrême-Nord
Département Logone-et-Chari
Démographie
Population 1 521 hab. (2005[1])
Géographie
Coordonnées 12° 10′ 23″ nord, 14° 50′ 11″ est
Altitude 285 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Maltam

Géolocalisation sur la carte : Extrême-Nord

Voir sur la carte administrative d'Extrême-Nord (Cameroun)
City locator 14.svg
Maltam

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Maltam

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Maltam

Maltam est une localité du Cameroun située dans la commune de Makary, le département du Logone-et-Chari et la Région de l'Extrême-Nord, à proximité de la frontière avec le Tchad.

Population[modifier | modifier le code]

Les habitants de Maltam sont principalement des Kotoko[2].

Lors du recensement de 2005, Maltam comptait 1 521 habitants[1].

Avec le village de Sao, c'est l'une des rares localités où on parle le maslam, une langue tchadique biu-mandara du groupe kotoko[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En juillet 1990, un différend foncier donne lieu à un affrontement meurtrier entre les Kotoko de Maltam et les habitants d'un hameau voisin, Maïnabou, principalement des Arabes Choa[2].

Lors de l’offensive des forces rebelles sur N'Djaména en février 2008, des milliers de réfugiés tchadiens sont d'abord accueillis à Kousséri, puis transférés vers un camp permanent à Maltam[4], où leurs conditions de vie dans une environnement désertique sont très difficiles[5].

Éducation[modifier | modifier le code]

Maltam est doté d'un collège public (CES[6]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bureau central des recensements et des études de population, Répertoire actualisé des villages du Cameroun : Troisième recensement général de la population et de l'habitat du Cameroun, vol. 4, t. 7, , 435 p. (lire en ligne [PDF]), p. 177
  2. a et b Antoine Socpa, « Affrontements entre Arabes et Kotoko à Maltam et Maïnabou en juillet 1990 », Démocratisation et autochtonie au Cameroun: trajectoires régionales différentes, LIT Verlag Münster, 2003, p. 222-224 (ISBN 9783825869977)
  3. (en) Fiche langue[msv]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  4. « Difficiles conditions de vie pour les réfugiés de Maltam, malgré l’aide humanitaire IRIN », Tchad actuel, 22 février 2008 [1]
  5. Hamid Kelley, « Maltam ou la galère des réfugiés tchadiens », Waldari Wa Akhbaara, 10 juin 2008 [2]
  6. CES de Maltam, Schoolmap Cameroon [3]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. Elingui, P. Tjeega, Dictionnaire des villages du Logone et Chari, Centre géographique national, ONAREST, 1978, 127 p.
  • Fernand Isseri, Dictionnaire des villages du Logone et Chari : région de l'Extrême Nord, Institut national de cartographie, Yaoundé, 2014, 403 p.
  • [PDF] Plan communal de développement de Makary, novembre 2013, p. 199

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • En attendant Maltam..., film documentaire réalisé par François Dupaquier, FrontView production, février 2008, 26 min 09 s [4] (après l'offensive des rebelles sur N'Djamena, des réfugiés tchadiens attendent à Kousséri leur transfert vers le camp en construction de Maltam)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Makary, sur le site Communes et villes unies du Cameroun (CVUC)