Malek Jandali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Malek Jandali
Malek Jandali composer and pianist.JPG
Biographie
Naissance
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Instrument
Genre artistique

Malek Jandali (en arabe : مالك جندلي) est un compositeur et pianiste syrien né le à Waldbröl en Allemagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Allemagne et élevé à Homs[1], Malek Jandali commence sa carrière de pianiste en remportant le premier prix du Concours national des Jeunes Artistes de Syrie en 1988. Il étudie au Conservatoire arabe de musique de Damas avec Valdimir Zaritsky et Victor Bunin, du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou. En 1995, il reçoit une bourse d'étude pour les États-Unis, où il étudie à la North Carolina School of the Arts (NCSA), sous la direction d'Eric Larsen.

Il se produit en soliste à New York, Washington D.C.[2], Moscou, Le Caire, Paris, Istanbul, Las Vegas, etc. Il joue avec l'Orchestre symphonique du Caire, The Ludwig Symphony Orchestra, The Russian Philharmonic Orchestra, et le Syrian National Symphony Orchestra à l'Opéra de Damas. Il reçoit de nombreux prix, dont le Wallace Stegner Grant For The Arts Fellowship et le prix du musicien exceptionnel 1997 de l'Université Queen's.

Il a étudié la composition et l'orchestration avec Harry Bulow, Lawrence Dillon et Richard Prior. En 2004, il termine son master à l'University of North Carolina at Charlotte. Il réside actuellement à Atlanta et voyage fréquemment pour donner des concerts et participer à des musiques de film tout autour du monde.

Prise de position et militantisme[modifier | modifier le code]

Musique et action sociale[modifier | modifier le code]

Malek Jandali est le fondateur de l'organisation à but non lucratif « Pianos for Peace », qui aspire à utiliser la musique pour enrichir les communautés par un festival annuel et des programmes ouverts toute l'année au service des écoles et organisations locales manquant de ressources à Atlanta[3].

Il crée également le « Concours International de Piano pour la Jeunesse Malek Jandali », qui encourage les jeunes pianistes du monde entier à embrasser la musique de leur pays d'origine et soumettre leur candidature pour pouvoir se produire au Carnegie Hall de New York[4].

Printemps arabe et révolution syrienne[modifier | modifier le code]

Inspiré d'histoires du printemps arabe, Jandali écrit en avril 2011 Watani Ana (Je suis ma patrie)[5]. En juillet 2011, Jandali interprète Watani Ana lors d'une manifestation dans le parc Lafayette, à Washington.

Peu après, ses parents, le Dr Mamoun Jandali et Lina Droubi, sont attaqués et sévèrement battus, et leur domicile à Homs est saccagé par les forces de sécurité syriennes. Malek Jandali déclare aux journalistes que, pendant que sa mère est frappée, on lui a dit « nous allons vous apprendre à élever votre fils ». Malek Jandali affirme vouloir continuer à jouer son morceau malgré les menaces. En septembre, deux assaillants armés font irruption dans la maison et l'ont à nouveau saccagé. Les parents de Malek Jandali étaient absents car ils avaient fui la Syrie après la précédente attaque[6],[7],[8].

Selon Wladimir Glassman, le musicien était réticent à prendre une position « politique », et préférait encore s’exprimer, le 1er juillet 2011, « en tant qu’homme et artiste », pour déclarer : « Je ne peux accepter en aucune manière l’assassinat d’innocents sous le seul prétexte qu’ils réclament la justice et la dignité». Mais, émanant d’un musicien en vue, son refus d’observer le silence sur les agissements des responsables de son pays constituait déjà pour eux une manifestation de rébellion et d’hostilité, qui a conduit à l'agression de ses proches[9].

Action humanitaire et réfugiés[modifier | modifier le code]

Malek Jandali contribue fréquemment à des événements caritatifs en collaboration avec l'UNICEF, MSF, Save The Children entre autres, pour augmenter l'aide humanitaire aux enfants dans le besoin à travers le monde. Il a visité des camps de réfugiés en Turquie, en Syrie, en Croatie et à Malte pour accroître la sensibilisation et l'aide humanitaire aux réfugiés et a été inspiré pour lancer sa tournée mondiale en cours « La voix des enfants syriens libres » en 2013. La même année, il reçoit le Prix international GUSI pour la paix pour son activisme humanitaire et pour la paix. En 2014, Jandali reçoit le Global Music Humanitarian Award pour sa contribution à la paix et à la justice pour les enfants syriens[10],[11],.

Musique[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Concours national des jeunes artistes - Premier prix - Syrie , 1988
  • Bourse de la Fondation Stegner pour les arts
  • Université Queens - Interprète musical exceptionnel - États-Unis, 1997
  • Prix de la liberté d'expression 2011 - CAIR Los Angeles, États-Unis, 2011
  • Prix d'excellence pour la culture et les arts, Network of Arab American Professionals of New York, 2012
  • Prix international GUSI pour la paix 2013
  • La médaille d'or 2014 des Global Medal Awards
  • Prix humanitaire musical mondial, Los Angeles 2014
  • Grand lauréat du prix «Pride of America» de la Carnegie Corporation de New York, 2015

Discrographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Échos d'Ugarit, 2009
  • Emessa (Homs), 2012
  • Symphonie syrienne, 2014
  • SoHo, 2015

Singles[modifier | modifier le code]

  • Watani Ana (je suis ma patrie), 2011
  • Syrie - Hymne de la liberté, 2013
  • Ya Allah (O Dieu), 2013
  • Le clair de lune, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CD Baby Biography
  2. The Kennedy Center Concert
  3. (en) The Atlanta Journal-Constitution Bo Emerson, « Syrian transplant spreading harmony with Pianos for Peace », sur ajc (consulté le 11 mars 2020)
  4. (en-US) « Local Pianist, 14, Performing at Carnegie Hall Saturday », sur Charlotte Magazine, (consulté le 11 mars 2020)
  5. (en) « Syrian Composer Malek Jandali's Arab Spring Inspired Song », sur Public Radio International (consulté le 11 mars 2020)
  6. « Syrian American musician will continue to perform, despite threats | Public Broadcasting Atlanta », sur web.archive.org, (consulté le 11 mars 2020)
  7. (en) « Syrian musician blames security forces for his parents' beating », sur www.cnn.com (consulté le 11 mars 2020)
  8. By Joe Sterling CNN, « Musician: Syrian security raids family home », sur CNN (consulté le 11 mars 2020)
  9. syrie, « Hymne à la Syrie et à la liberté », sur Un oeil sur la Syrie, (consulté le 11 mars 2020)
  10. « Fundraising Concert In Aid Of UNICEF Syria Children's Appeal #MusiciansForSyria », sur www.brownpapertickets.com (consulté le 11 mars 2020)
  11. « ircpl.org - ircpl Resources and Information. », sur ircpl.org (consulté le 11 mars 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]