Maladie de Sinding-Larsen et Johansson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maladie de Sinding-Larsen)
Maladie de Sinding-Larsen-Johanson
Description de l'image Patellar Tendonitis.jpg.
Spécialité Pédiatrie, médecine sportive
CIM-10 M76.5
CIM-9 726.64
DiseasesDB 9704
eMedicine sports/56 
Début habituel Enfance ou adolescence

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La maladie de Sinding-Larsen-Johansson est une déformation de la pointe inférieure de la rotule survenant chez les enfants et les adolescents. Elle a été initalement décrite par le médecin norvégien Christian Magnus Falsen Sinding-Larsen[1] et le chirurgien suédois Sven Christian Johansson[2] en 1921[3].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs hypothèses pour expliquer la physiopathologie de la maladie de Sinding-Larsen-Johansson.

Initialement, les docteurs Sinding-Larsen et Johansson soupçonnaient que la maladie était causée par une irritation traumatique du périoste ou de l'épiphyse de la rotule[3].

Dans les années 1950, l'hypothèse d'un débalancement du système endocrinien, combiné avec des traumatismes répétés ou avec une prédiposition familiale, fut évoquée lors d'une étude où les patients étaient traités avec entre autres de la testostérone[4].

Il existe aussi une hypothèse vasculaire voulant qu'une ischémie du pôle inférieur de la rotule serait la cause de la douleur.

L'hypothèse prédominante aujourd'hui est celle d'une physiopathologie similaire à celle de la maladie d'Osgood-Schlatter, qui affecte le pôle supérieur du tibia, et à la maladie de Sever, qui affecte le talon à l'insertion du tendon d'Achille[5]. Chez l'enfant en croissance, la présence de cartilage à l'extrémité inférieure de la rotule fragilise l'insertion du tendon rotulien sur l'os de la rotule et constitue une zone plus fragile. Lors des efforts liés au sport, à cause des tractions répétées du tendon rotulien ou lors des chutes avec impact, il y aurait apparition de microtraumatismes au niveau du pôle inférieur de la rotule. Cela pourrait engendrer des fractures du cartilage ou encore une ossification secondaire douloureuse au site d'attache du tendon[6].

Outre l'âge, des muscles ischio-jambiers serrés et une pente tibiale postérieure pourraient être des facteurs de risque associés à la maladie de Sinding-Larsen et Johansson. La paralysie cérébrale pourrait être un facteur de risque à cause des contractions musculaires qui y sont associées[7].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Les symptômes de la maladie de Sinding-Larsen et Johansson apparaissent souvent de façon progressive. Plus rarement, ils peuvent survenir suite à un traumatisme de faible vélocité comme une chute sur le genou, un atterrisage d'un saut ou après un sprint. Le patient se plaint d'une douleur à la partie inférieure du genou qui l'empêche de pratiquer son sport[6]. La douleur est généralement empirée par l'exercice, la montée d'escaliers, le squat, et le saut. Le patient peut boîter après l'entraînement. La douleur est soulagée par le repos[8].

L'examen clinique reproduit une douleur à la palpation du pôle inférieur de la rotule empirée par la flexion du genou. Il peut y avoir un oedème de la région.

La radiographie du genou peut initialement être normale. Des irrégularités du pôle inférieur de la rotule ou un épaississement du tendon rotulien peuvent être vus[9]. Le remodelage de la pointe de la rotule peut apparaître sur l'imagerie comme une excroissance[6].

L'échographie de surface peut démontrer un oedème du cartilage, une fragmentation du pôle inférieur de la rotule, un épaississement du tendon rotulien à son attache avec la rotule ou une grande quantité de liquide dans la bourse pré-rotulienne[10].

L'IRM montre la fragmentation du pôle inférieur de la rotule, de l'oedème osseux, l'épaississement du tendon rotulien à son insertion à la rotule et un épaississement du coussinet adipeux de Hoffa. L'IRM permet aussi d'éliminer d'autres pathologies présentes dans le diagnostic différentiel, tels la tendinopathie patellaire, la maladie d'Osgood-Schlatter, une fracture de la rotule ou un problème de l'articulation du genou[11],[12].

Traitement[modifier | modifier le code]

Dans la très grande majorité des cas, la maladie de Sinding-Larsen et Johansson est bénigne et auto-résolutive en 12 à 18 mois[13].

La modification des activités, l'application de glace et le retrait temporaire du sport peut être nécessaire pour soulager les symptômes. Un traitement anti-inflammatoire non stéroidien de courte durée peut être proposé dans les cas aigus. L'immobilisation plâtrée est très rarement indiquée[6]. Des exercices d'étirement des muscles ischio-jambiers peuvent être prescrits lorsqu'indiqués. Enfin, les injections de cortisone sont contre-indiquées à cause du risque de rupture du tendon rotulien[14].

Un cas de douleur se chronicisant au-delà de l'âge adulte est rapporté dans la littérature. Il fut traité en arthroscopie par excision du pôle distal de la rotule, avec un bon succès clinique[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Christian Magnus Falsen Sinding-Larsen », sur www.whonamedit.com (consulté le 17 janvier 2021)
  2. « Sven Christian Johansson », sur www.whonamedit.com (consulté le 17 janvier 2021)
  3. a et b (en) M. F. Sinding-Larsen, « A Hitherto Unknown Affection of the Patella in Children », Acta Radiologica, vol. os-1, no 2,‎ , p. 171–173 (ISSN 0001-6926, DOI 10.1177/028418512100100204, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021)
  4. J. Wolf, « Larsen-Johansson Disease of the Patella », The British Journal of Radiology, vol. 23, no 270,‎ , p. 335–347 (ISSN 0007-1285, DOI 10.1259/0007-1285-23-270-335, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2021)
  5. (en) Robert C Medlar, Dennis Lyne, « Sinding-Larsen-.Johansson Disease: Its Etiology and Natural History », sur insights.ovid.com (consulté le 19 janvier 2021)
  6. a b c et d E. Morel et D. Morisset, « La maladie de Sinding-Larsen et Johansson », Science & Sports, vol. 2, no 4,‎ , p. 261–268 (ISSN 0765-1597, DOI 10.1016/S0765-1597(87)80072-2, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2021)
  7. (es) S. López-Alameda, A. Alonso-Benavente, A. López-Ruiz de Salazar et P. Miragaya-López, « Sinding-Larsen-Johansson disease: Analysis of the associated factors », Revista Española de Cirugía Ortopédica y Traumatología (English Edition), vol. 56, no 5,‎ , p. 354–360 (ISSN 1988-8856, DOI 10.1016/j.recote.2012.09.001, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2021)
  8. (en) « Sinding Larsen Johansson Syndrome », sur Physiopedia (consulté le 20 février 2021)
  9. (en-US) Frank Gaillard, « Sinding-Larsen-Johansson disease | Radiology Reference Article | Radiopaedia.org », sur Radiopaedia (consulté le 20 février 2021)
  10. M. Valentino, C. Quiligotti et M. Ruggirello, « Sinding-Larsen-Johansson syndrome: A case report », Journal of Ultrasound, vol. 15, no 2,‎ , p. 127–129 (ISSN 1971-3495, PMID 23396672, PMCID 3558086, DOI 10.1016/j.jus.2012.03.001, lire en ligne, consulté le 20 février 2021)
  11. Nabil Alassaf, « Acute presentation of Sinding-Larsen-Johansson disease simulating patella sleeve fracture: A case report », SAGE Open Medical Case Reports, vol. 6,‎ (ISSN 2050-313X, PMID 30210798, PMCID 6131294, DOI 10.1177/2050313X18799242, lire en ligne, consulté le 20 février 2021)
  12. (en) « Eurorad.org », sur Eurorad - Brought to you by the ESR (consulté le 20 février 2021)
  13. (en) « Eurorad.org », sur Eurorad - Brought to you by the ESR (consulté le 20 février 2021)
  14. (en) Dilip R. Patel et Ana Villalobos, « Evaluation and management of knee pain in young athletes: overuse injuries of the knee », Translational Pediatrics, vol. 6, no 3,‎ , p. 19098–19198 (ISSN 2224-4344 et 2224-4336, lire en ligne, consulté le 20 février 2021)
  15. (en) « Arthroscopic treatment of painful Sinding-Larsen-Johansson syndrome in a professional handball player », Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research, vol. 102, no 5,‎ , p. 677–680 (ISSN 1877-0568, DOI 10.1016/j.otsr.2016.05.011, lire en ligne, consulté le 20 février 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]