Flexion sur jambes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouvement d'accroupi qui constitue la flexion sur jambes (complète dans ce cas-ci).

La flexion sur jambes[1] (angl. squat) est un mouvement d'accroupi qui constitue un exercice poly-articulaire de force et de musculation ciblant les muscles de la cuisse (principalement quadriceps et ischio-jambiers) et des fessiers. Elle est un des trois mouvements de base de la force athlétique avec le développé couché et le soulevé de terre.

Exécution du mouvement[modifier | modifier le code]

La flexion sur jambes, plus connue sous le nom de squat, consiste à effectuer des flexions des membres inférieurs avec une barre chargée reposant sur l'arrière des épaules. Au départ, la barre repose en hauteur dans un support (appelé parfois une « cage à squat »). Le sportif se place sous la barre et dégage celle-ci de son support. La barre doit reposer en arrière des épaules, sur les trapèzes pour ne pas faire souffrir les vertèbres cervicales (variante dite "barre haute") ou sur les deltoïdes arrières (variante "barre basse"). Les mains et les pieds sont espacés d'au moins la largeur des épaules (les pieds sont souvent "en canard" pour plus de stabilité et surtout pour la santé des articulations). La flexion est ensuite effectuée en prenant soin de garder le buste droit (bassin en antéversion, fesses vers l'arrière); les règles de la force athlétique exigent que le squat soit fait au moins à la parallèle, en définissant la parallèle comme l'alignement du genou avec le creux de la hanche; le squat complet est lui plus souvent observé en haltérophilie, ou exécuté par d'autres types de pratiquants de force, avec les ischios-jambiers qui touchent les chevilles. La remontée s'effectue de la même manière. Lors de l'utilisation de charges lourdes, le mouvement est exécuté en présence d'un assistant qui peut aider à la remontée de la barre.

Variantes[modifier | modifier le code]

Il existe quelques variantes du squat caractérisées principalement par un écartement des pieds différent visant à isoler une zone particulière des muscles de la cuisse. En effet, plus les pieds sont écartés, plus c'est la partie interne des cuisses qui travaille. Inversement, plus les pieds sont rapprochés, plus c'est la partie externe de la cuisse qui travaille. Une variante du squat consiste aussi à tenir la barre devant les épaules (front squat), les bras croisés pour maintenir celle-ci. Le squat classique est néanmoins le seul reconnu en compétition de force athlétique. Le Hack squat consiste à faire le même mouvement que le squat classique, mais la barre est tenue au bout des bras derrière les jambes. Il est aussi possible de le pratiquer sur une seule jambe, avec ou sans charge.

Consignes de sécurité[modifier | modifier le code]

Les risques principaux de cet exercice sont des lésions du dos — dues à une trop grande courbure du bas du dos (lordose) lors du mouvement ou à l'utilisation d'une charge trop lourde (lombalgie ou hernie discale) — ainsi que des entorses du genou. Comme tout exercice de musculation, qui plus est lorsque celui-ci est réalisé avec des charges lourdes, le squat peut entrainer des tendinites (généralement au niveau du genou) ou des lésions articulaires et musculaires. Il est donc impératif de réaliser ce mouvement avec une technique parfaite, une charge adaptée à son niveau et assisté par une personne compétente. Très souvent, pour limiter les risques de blessure, les sportifs pratiquent cet exercice équipés d'une ceinture leur maintenant le bas du dos et de bandes élastiques très serrées (straps) autour du genou.

D'après une méta-analyse de 2013, les flexions sur jambes complètes (jusqu'en bas), effectuées avec un poids plus faible, comportent moins de risques de blessures que les flexions sur jambes partielles (parallèles ou moins) avec une masse plus importante, tout en étant un exercice efficace[2].

Records[modifier | modifier le code]

C'est Jonas Rantanen le finlandais qui détient le record du monde de la spécialité réalisée en 2011 avec une barre chargée à 575 kg[3].

Muscles sollicités[modifier | modifier le code]

Ce mouvement fait intervenir au moins les muscles suivants[4] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Terme recommandé par la Commission Générale de Terminologie et de Néologie, et publié au Journal Officiel le 25 mai 2008.
  2. Hagen Hartmann, Klaus Wirth et Markus Klusemann, « Analysis of the load on the knee joint and vertebral column with changes in squatting depth and weight load », Sports Medicine (Auckland, N.Z.), vol. 43, no 10,‎ , p. 993–1008 (ISSN 1179-2035, PMID 23821469, DOI 10.1007/s40279-013-0073-6, lire en ligne)
  3. Jonas Rantanen Breaks World Record Squat, sur Seriouspowerlifting.com. Consulté le 26 juillet 2014.
  4. Marc Vouillot. La force athlétique, éd. Chiron, 2008, page 121. (ISBN 978-2702709825)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]