Maladie de Sever

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maladie de Sever

Classification et ressources externes

CIM-10 M92.6
CIM-9 732.5
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La 'maladie de Sever.. décrite par James Warren Sever en 1912[1] est une ostéochondrite du pied. Dénommée également « apophysite postérieure calcanéenne » ou « ostéochondrite juvénile du calcanéum » elle affecte l'apophyse postérieure du calcanéum chez le pré-adolescent. Il s'agit d'un trouble de la croissance du noyau secondaire d'ossification postérieure du calcanéum, en rapport avec un surmenage du pied. Elle est superposable à la maladie d'Osgood-Schlatter au niveau du genou. Elle se manifeste chez l'enfant en période de croissance (8 à 16 ans[2]), avec un pic entre 12 et 15 ans.

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Squelette de la partie postérieure du pied droit, vue médiale (ou interne) ; l'insertion du tendon d'Achille est en bas à droite de l'image (légendée calcaneal tendon)

La maladie de Sever est directement liée à la surexploitation de l'os par le tendon d'Achille (ou tendon calcanéen) ce qui est fréquent chez l'enfant physiquement actif. Cela peut provenir des activités sportives telles que le tennis, la danse, le football ou toute autre activité impliquant des mouvements intenses[3] ou des impulsions répétées du talon[4], la pratique pieds nus d'une activité comme la gymnastique est un facteur favorable à son apparition[5]. La maladie apparaît généralement lorsque l'enfant fait la découverte d'une nouvelle activité sportive, ou au début d'une nouvelle saison. Les enfants ou pré-adolescents déclarant la maladie sont dans une phase de croissance où l'os du talon, le calcanéum, pousse plus vite que ceux de la jambe : c'est la période d'ossification de l'apophyse postérieure du calcanéum qui débute aux alentours de l'âge de 9 ans[6]. Leurs os et tendons étant encore en développement un poids trop élevé sur le talon peut également la provoquer, elle se manifeste aussi plus fréquemment chez les enfants en sur-poids.

Signes et symptômes[modifier | modifier le code]

Examen clinique[modifier | modifier le code]

L'enfant souffre d'une sensibilité à la palpation et se plaint d'une douleur derrière le talon (talalgie) qui s'aggrave au cours de la marche ou d'un effort sportif[7], et s’atténue au repos (douleur mécanique). Les douleurs sont plutôt localisées au niveau de l'insertion du tendon d'Achille sur le calcanéum, et peuvent irradier sur les faces latérales du talon, le long du tendon d'Achille ou sur la partie inférieure du talon[8] vers la plante du pied. La marche sur la pointe des pieds, qui soulage la douleur, voire la boiterie sont signes qu'il faut rechercher car elle peut entrainer une rétraction du tendon d'Achille[réf. nécessaire]. La pression de la face postérieure du talon déclenche la douleur. L'atteinte est bilatérale dans la plupart des cas.

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

La radiographie montre parfois une fissuration et une fissuration du noyau d'ossification, signes non spécifiques. L'intérêt d'un tel examen est d'écarter une autre pathologie[9].

Diagnostics différentiels[modifier | modifier le code]

Les diagnostics différentiels sont une fracture du calcanéum, une tendinite d'Achille, une ostéomyélite[10] entre autres.

Traitements et évolution[modifier | modifier le code]

Le traitement est symptomatique et consiste en un arrêt des activités sportives, des techniques d'étirement du mollet (muscle triceps sural), l'application de froid cryothérapie) ou de pommade anti-inflammatoire, l'utilisation d'antalgiques, le port d'orthèses plantaires (semelles orthopédiques), voire une immobilisation transitoire par une attelle. Des complications vers un arrachement apophysaire sont abordées[réf. nécessaire] mais ces arrachements n'ont jamais pu être démontrés consécutifs à la maladie[11]. Les douleurs s'amendent en quelques semaines et peuvent réapparaître par crise pour définitivement disparaître en fin de croissance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stanislas de Sèze et Antoine Ryckewaert, Maladies des os .articulations, Flammarion,‎ , 1303 p., p. 429
  2. Céline Vuillemin, Prise en charge de la maladie de Sever : étude rétrospective des cas reçus au service d'accueil des urgences pédiatriques du CHU de Reims,‎ , 162 p., p. 3-15
  3. Emmanuel Van Praagh, Physiologie du sport : Enfant et adolescent, De Boeck Supérieur,‎ , 288 p. (lire en ligne), p. 103
  4. Pierre Sprumont et Charles Thiebauld, L'enfant et le sport, De Boeck Université,‎ , 464 p. (lire en ligne), p. 187
  5. Association internationale des démographes de langue française, Enfants d'aujourd'hui, diversité des contextes, pluralité des parcours : colloque international de Dakar (10-13 décembre 2002), INED,‎ , 1083 p. (lire en ligne), p. 931
  6. Alain Dimeglio, Christian Hérisson et Lucien Simon, Le pied de l'enfant et de l'adolescent,‎ , 434 p. (lire en ligne), p. 13
  7. (en) Alfred Atanda Jr, Suken A Shah, Kathleen O'Brien, « Osteochondrosis: common causes of pain in growing bones », American family physician, vol. 83, no 3,‎ 1er février 2011, p. 285-291 (ISSN 1532-0650, PMID 21302869, lire en ligne)
  8. Augustin Gilbert, Paris Médical, vol. 19,‎ , p. 226
  9. Prieur, Quartier, Maladies systémiques et articulaires en rhumato pédiatrique - 2e ed, Lavoisier,‎ , 605 p. (lire en ligne), p. 345-346
  10. (en) Fred Sitati, « Chronic bilateral heel pain in a child with Sever disease: case report and review of literature », Cases Journal, vol. 2, no 1,‎ , p. 9365 (ISSN 1757-1626, PMID 20069067, DOI 10.1186/1757-1626-2-9365, lire en ligne)
  11. Michel Roussey et Odile Kremp, Pédiatrie sociale ou l'enfant dans son environnement, vol. 1,‎ , 296 p. (lire en ligne), p. 287