Maison des Jardies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison des Jardies
ancienne propriété de Balzac et dernière demeure de Léon Gambetta
La façade sud et son treillage © Maison des Jardies 2016.jpg

Façade sud de la maison

Présentation
Type
Style
Architecture traditionnelle type du XVIIIe et XIXe siècle, ermitage bourgeois
Construction
1826 (minimum), 1857, 1859
Propriétaire
État
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
14 avenue GambettaVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Façade sud de la Maison des Jardies.

La Maison des Jardies, labellisée Maisons des Illustres, est une demeure située à Sèvres, dans les Hauts-de-Seine. Elle renferme divers objets et documents liés à Léon Gambetta, l'un de ses célèbres propriétaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, c'est une maison de vignerons construite à la fin du XVIIe siècle qui occupait la place actuelle de la Maison des Jardies. Elle a été transformée au XVIIIe siècle en maison de campagne.

Le premier propriétaire célèbre de la maison est Honoré de Balzac qui s'installe sur ce coteau de Sèvres en 1837. Il fait construire dans le jardin une sorte de chalet. En 1840, harcelé par ses créanciers, Balzac doit quitter les lieux et s'installe rue Basse à Passy (actuellement : 47, rue Raynouard, Paris).

En 1878, Léon Gambetta achète la Maison des Jardies où il se rend régulièrement pour se reposer de ses activités politiques. Lorsqu'il se retire de la vie politique, il se réfugie à la Maison des Jardies en janvier 1882, en compagnie de sa maîtresse Léonie Léon. C'est dans cette demeure qu'il meurt, le 31 décembre suivant, à l'âge de quarante-quatre ans.

Après la mort de Gambetta, la maison est donnée à l'État qui en fait un lieu de souvenir. Une statue en sa mémoire, œuvre de Bartholdi, y est élevée en 1891[1]. La demeure est restée dans son décor de l'époque et regroupe des objets et du mobilier ayant appartenu à Balzac ainsi qu'à Gambetta, parmi lesquels des exemplaires du journal La République française, créé par Gambetta en 1871.

La Maison des Jardies est inscrite aux monuments historiques avec son jardin depuis le 3 juin 1991, et la statue est classée depuis le 10 juillet 1995[2].

La maison a subi d'importants travaux de restauration au fil du temps.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guillemette Andreu, « « Monument de Gambetta », notice no IA00048550 », Inventaire général du patrimoine culturel, 1985, réf. IA00048550, base Mérimée, ministère de la Culture.
  2. « « Maison des Jardies », notice no PA00088175 », recensement immeubles MH, réf. PA00088175, base Mérimée, ministère de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le salon.
Monument de Bartholdi.
Le salon côté est.
Le salon côté sud.