Ma Huateng

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ma.
Ma Huateng
Ma Huateng Portrait Painting Collage By Danor Shtruzman.jpg
Fonction
Député à l'Assemblée nationale populaire
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Université de Shenzhen (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Ma Huateng, (Chinois: 马化腾; pinyin: Mǎ Huàténg), alias Pony Ma, né le 29 octobre 1971 à Chaoyang dans la province chinoise du Guangdong, est un homme d'affaires chinois, fondateur de l'entreprise Tencent Holdings.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ma Huateng est diplômé de l'université de Shenzhen. En 1993, il commence à travailler dans la société China Motion Telecom, au sein du département recherche et développement. Puis en 1998, il fonde sa société Tencent. Celle-ci devient, dix ans plus tard, le premier portail de services internet, mobile et télécom en Chine[1].

En 2007, Ma Huateng devient codirecteur, avec Zhang Zhidong, de la société TCH Pi Limited, immatriculée aux îles Vierges[2].

En 2014, avec une fortune de 13,4 milliards de dollars, il est qualifié par Bloomberg Billionaires Index, d'homme le plus riche de Chine[1]. Le Consortium international pour le journalisme d'investigation affirme que 20 000 Chinois seraient impliqués dans des compagnies offshore basées dans les paradis fiscaux, en particulier Ma Huateng[2].

En mai 2018, dans un contexte de censure de l'Internet chinois, 300 acteurs du web se regroupent en une fédération pour soutenir les « valeurs centrales du socialisme » et donc du Parti communiste au pouvoir. Robin Li (patron de Baidu), Jack Ma (patron d'Alibaba) et Pony Ma en sont nommés vice-présidents[3].

Lien interne[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ma Huateng, première fortune de Chine grâce au réseau WeChat, La Tribune, 21 janvier 2014.
  2. a et b Marina Walker Guevara, Gerard Ryle, Alexa Olesen, Mar Cabra, Michael Hudson et Christoph Giesen OffshoreLeaks : révélations sur l'argent caché des « princes rouges » chinois Le Monde, 23 janvier 2014
  3. Frédéric Schaeffer, « Cette nuit en Asie : les géants du Web chinois main dans la main pour défendre les valeurs du Parti », lesechos.fr, 11 mai 2018.