Méron Tremblay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Méron Tremblay
Fonctions
Premier maire de la Ville de Chicoutimi
Successeur Ernest Cimon (1881-1882)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Les Éboulements
Date de décès
Lieu de décès Ville de Chicoutimi
Nationalité Canadienne
Père Antoine Tremblay
Mère Madeleine Tremblay
Conjoint Louise Tremblay
Profession Instituteur, arpenteur, marchand
Religion Catholique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tremblay.

Méron Tremblay est un homme politique canadien français, né le aux Éboulements et mort à Chicoutimi le le lendemain[1] de son 70e anniversaire[2]. Il fut le premier maire de Chicoutimi et pionnier de la colonisation au Saguenay et à Chicoutimi[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Méron Tremblay dit « Pierriche » est le fils d'Antoine et Madeleine Tremblay. Il commence sa vie professionnelle comme instituteur à Saint-Irénée après avoir obtenu son brevet d'enseignement en 1852. Avant son départ pour le Saguenay, il épouse Louise Tremblay, morte très jeune en 1860, fille d'Alexis Tremblay et Josephte Duguay, de La Malbaie ; arrivé à Chicoutimi vers 1856, Méron Tremblay devient arpenteur auprès de son beau-frère, Pierre-Alexis Tremblay[4]. Méron Tremblay était aussi le beau-frère de John Guay, maire de Chicoutimi (1860-1870), fondateur du journal le Progrès du Saguenay et considéré comme l'homme le plus riche du Saguenay après William Evan Price.

Méron Tremblay « fut le premier maire de la ville de Chicoutimi, et ce conseil se plaît à reconnaître les services qu'il a rendus dans l'exercice de ses fonctions municipales », lit-on dans la résolution de condoléances du conseil municipal de Chicoutimi publiée dans le Progrès du Saguenay, qui ajoute que Méron Tremblay « fut l'un des pionniers de la colonisation dans cette contrée et Chicoutimi perd en lui l'un de ses principaux hommes d'affaires, l'un de ses citoyens les plus intègres et les plus honorables, jouissant de l'estime, du respect et de la confiance de ses concitoyens (...) »[5].

Écuyer, marchand et entrepreneur énergique, Méron Tremblay est propriétaire de l'une des plus belles fermes de la région, située dans le rang Saint-Paul, le long du Bassin de la rivière Chicoutimi ; il ouvre un magasin-général et obtient le mandat de tenir un bureau de poste à la même enseigne.

Nommé Commissaire pour l'érection civile des paroisses du diocèse de Chicoutimi, il est élu successivement maire du village incorporé de Chicoutimi de 1878 à 1879 et maire de la Ville de Chicoutimi[note 1] de 1879 à 1881.

Le premier conseil de la ville de Chicoutimi est composé des personnes suivantes : Méron Tremblay, maire, et des conseillers municipaux Édouard Savard, Georges Bilodeau, Honoré Martel, L.-E. Beauchamp, Melchiade Claveau et Michel Caron.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Les fonds d'archives de Méron Tremblay sont conservés à Bibliothèque et Archives nationales du Québec[8],[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Statuts du Québec, 32-43 Victoria, Chapitre 61. Document publié dans Saguenayensia, septembre-octobre 1979, pp. 94-96, tel que rapporté par Russel Aurore Bouchard, historien[6],[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Progrès-du Saguenay, Feu Méron Tremblay, Chicoutimi, 19 avril 1900.
  2. « Tremblay, Méron, 1830-1900 », sur archivescanada.ca (consulté le 2 octobre 2016)
  3. Marie Bouchard, « Feu Méron Tremblay (Nécrologie et hommage du conseil municipal », Le Progrès du Saguenay (1887-1964), Collection numérique de Bibliothèque et Archives nationales du Québec,‎ (lire en ligne [PDF])
  4. Normande Lapointe, Le capitalisme marchand au Saguenay-Lac-Saint-Jean : John Guay (1828-1880), négociant et propriétaire foncier, Université du Québec à Chicoutimi, 1996 (lire en ligne), p. 41-42
  5. Marie Bouchard, secrétaire du conseil municipal, « Feu Méron Tremblay (Nécrologie et hommage du conseil municipal) », Le Progrès du Saguenay (1887-1964), Collection numérique de Bibliothèque et Archives nationales du Québec,‎ (lire en ligne [PDF])
  6. Russel Aurore Bouchard, « Histoire de Chicoutimi. La fondation, 1842-1893 » [PDF] (consulté le 4 octobre 2016), p. 189
  7. « Acte pour incorporer « La ville de Chicoutimi » », Sur la page de la collection numérique de la Bibliothèque de l'Assemblée nationale, colonne de gauche, cliquer sur 42-43 Vict (1879), puis sur Chapitres 61 (1 mo) pour obtenir le texte complet de la loi au format PDF
  8. Fonds Méron Tremblay 1860-1890, Bibliothèque et Archives nationale du Québec, Saguenay
  9. Fonds Tremblay, Méron 1867-1869, Collection Société historique du Saguenay, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Saguenay
  10. « Œuvres de Russel Bouchard », sur Les classiques des sciences sociales