Lyra McKee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McKee.
Lyra McKee
Lyra McKee (33207175144) (cropped).jpg
Lyra McKee en 2017.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 29 ans)
LondonderryVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Lyra Catherine McKee
Nationalité
Domiciles
Formation
Activités
Autres informations
Blog officiel
Distinction
Forbes 30 Under 30 (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Angels with Blue Faces (d), The Lost Boys (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Lyra McKee, née le à Belfast et morte le à Londonderry, était une journaliste et militante LGBT britannique.

Elle travaillait comme rédactrice pour Mediagazer, ainsi que comme éditorialiste dans The Atlantic et BuzzFeed. Le , elle est tuée par balle pendant une émeute dans le quartier de Creggan à Londonderry en Irlande du Nord, victime d'une balle tirée par un membre de la Nouvelle IRA.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lyra Catherine McKee commence sa carrière de journaliste à 14 ans en publiant un journal de son école. L'année suivante, elle est sélectionnée pour un programme de formation de journaliste[1]. Elle est portée à l'attention du grand public en 2014, par la publication d'un article de blog intitulé « Letter to my 14-year-old self » (Lettre à moi-même de 14 ans) où elle décrit les épreuves d'une adolescence lesbienne à Belfast, article par la suite porté à l'écran par un court-métrage[2]. En 2016, le magazine Forbes la mentionne comme l'une des « 30 under 30 in media » (30 personnalités des médias de moins de 30 ans), en hommage à son activité de journaliste d'investigation[3].

Son premier livre, Angels with Blue Faces, publié en 2018, documente le meurtre du député de Belfast Robert Bradford (en). Lyra McKee en finance la publication par financement participatif[1]. Lyra McKee signe alors un contrat pour deux livres avec Faber and Faber. Au moment de sa mort, la publication du premier de ces deux livres, The Lost Boys, est annoncé pour 2020[4]. Il porte sur les disparitions de Thomas Spence et John Rodgers à Falls Road à Belfast en novembre 1974. L'éditeur Faber and Faber compare son travail à celui de Anna Funder avec Stasiland (en), et celui d'Andy O'Hagan avec The Missing[3] et indique voir en elle une étoile montante du journalisme d'investigation[5].

Lyra McKee écrit également un article Suicide of the Ceasefire Babies sur les suicides d'adolescents liés à la période des Troubles[6],[7]. Lyra McKee enquêtait sur les meurtres non élucidés de la période des Troubles en Irlande du Nord à la fin du XXe siècle[5].

Après son coming out, Lyra McKee milite pour les droits des personnes LGBT au sein de l'église catholique[8].

Mort[modifier | modifier le code]

Le , Lyra McKee est abattue alors qu'elle couvrait une émeute dans le quartier de Creggan, à Londonderry, en Irlande du Nord[9],[10]. La police impute le meurtre à des membres de l'organisation républicaine dissidente, la Nouvelle IRA[11],[12],[13]. Un film pris au téléphone portable montre un homme masqué, soupçonné d'appartenir à l'Armée républicaine irlandaise véritable, ouvrir le feu avec une arme de poing[12]. Immédiatement après, la police emmène Lyra McKee à l'hôpital d'Altnagelvin, où elle meurt peu après[12].

Réactions[modifier | modifier le code]

La Première ministre britannique Theresa May qualifie le meurtre de « choquant et insensé ». Elle déclare que Lyra McKee « est morte alors qu'elle pratiquait son métier avec un grand courage »[12]. Le Taoiseach irlandais, Leo Varadkar, déclare que « notre solidarité va également aux habitants de Derry et à toute la communauté du journalisme. Nous ne pouvons pas permettre à ceux qui veulent propager la violence, la peur et la haine de nous ramener dans le passé »[12].

Les dirigeants d'Irlande du Nord et les chefs des principaux partis politiques de la province, le DUP, le Sinn Féin, l'UUP, le SDLP, le Parti de l'Alliance d'Irlande du Nord et le Green Party, publient une déclaration commune qui condamne le meurtre de McKee et le qualifie d'« attaque contre chaque personne de cette communauté, une attaque contre la paix et le processus démocratique ». Ils déclarent également qu'il s'agit d'un « acte absurde et futile qui vise à détruire les progrès des vingt dernières années qui bénéficient d'un soutien massif de la population partout » Ils réitèrent par ailleurs leur soutien à la police d'Irlande du Nord, qui était la cible des tirs[12].

Ses éditeurs, Faber and Faber, la décrivent comme une étoile montante du journalisme d'investigation[5]. Séamus Dooley, secrétaire général assistant à la National Union of Journalists, la décrit comme « une journaliste pleine de courage, de style et d'intégrité »[1].

Enquête[modifier | modifier le code]

Le soir du 19 avril, la police diffuse des images de la fusillade et lance un appel à témoins[14]. Le 20 avril 2019, deux jeunes hommes sont arrêtés en vertus de la législation antiterroriste en rapport avec le meurtre, et sont emmenés à Belfast pour y être interrogés[14].

Le , la Nouvelle IRA reconnait sa responsabilité et présente ses excuses pour la mort de Lyra McKee[15].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Angels with Blue Faces, Faber and Faber, 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Rob Picheta, « She dedicated herself to covering Northern Ireland. Murdered investigative journalist 'tirelessly pursued the truth' », CNN News, CNN,‎ (lire en ligne)
  2. Letter to my 14-year-old self sur Youtube
  3. a et b « Lyra McKee: A rising star of investigative journalism », Independent News and Media, (consulté le 19 avril 2019)
  4. Martin Doyle, « Best of Irish: 10 rising stars of Irish writing », 15 mars 2019, sur irishtimes.com, [lire en ligne]
  5. a b et c « Off-duty journalist shot dead during Northern Ireland riot », Reuters, (consulté le 19 avril 2019)
  6. Suicide of the Ceasefire Babies
  7. « Lyra McKee - Janklow & Nesbit »
  8. « Irlande du Nord : une journaliste tuée à Londonderry, la police parle d’un « événement terroriste » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. « “All the promise of Northern Ireland’s post-conflict generation”: a tribute to Lyra McKee », sur www.newstatesman.com (consulté le 19 avril 2019)
  10. « This is what happened last night during the violence in Derry », sur The Independent, (consulté le 19 avril 2019)
  11. (en-GB) Rory Carroll, « Derry police blame dissident republicans for journalist's death », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  12. a b c d e et f « Journalist shot dead in Derry during rioting in the city », BBC News, (consulté le 19 avril 2019)
  13. « Journalist killed in Derry 'terrorist incident', say Northern Ireland police », The Guardian, (consulté le 19 avril 2019)
  14. a et b « Deux hommes arrêtés après la mort d'une journaliste en Irlande du Nord », sur france24.com, (consulté le 20 avril 2019)
  15. Journaliste tuée en Irlande du Nord: la Nouvelle IRA admet sa responsabilité, AFP, 23 avril 2019.

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :