Lydia Aran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lydia Aran (né en 1921), professeure émérite à l'Université hébraïque de Jérusalem, est une spécialiste du Bouddhisme. Elle a enseigné au Département d'études indiennes de l'Université hébraïque jusqu'à sa retraite en 1998[1].

L'histoire de la vie dramatique de Lydia Aran a commencé en Vilnius, en Lituanie, où elle a survécu à la Shoah en étant caché, avec sa sœur jumelle, dans le petit village de Ignalino par son professeur d'histoire de la grande école, Kyrstyna Adolph, une Polonaise catholique[2],[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • The Art of Nepal
  • Buddhism: An Introduction to Buddhist Philosophy and Religion (Hebrew) 1993
  • Destroying a Civilization: Tibet 1950-2000 (Hebrew) 2007

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventing Tibet, 3 janvier 2009
  2. Martin Gilbert, The Righteous: The Unsung Heroes of the Holocaust, Macmillan, 2004, pp. 2004 ff.
  3. Krystyna’s Gift—A Memoir, Lydia Aran, Commentary, February 2004