Les Yeux grands fermés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Yeux grands fermés
Auteur
Genre
Date de parution
Pays
Éditeur
Nombre de pages
221

Les Yeux grands fermés : L'Immigration en France est un essai de la démographe française Michèle Tribalat, paru en mars 2010 aux éditions Denoël.

Thème[modifier | modifier le code]

Dans cet ouvrage, Michèle Tribalat dresse un état des lieux de l'immigration en France, d'un point de vue généraliste, en abordant donc toutes les composantes du phénomène : économique, politique, sociologique, ethnico-confessionnelle. Le titre du livre est inspiré du film Eyes Wide Shut, de Stanley Kubrick, dans lequel les personnages, à partir d'un fantasme amoureux, naviguent entre rêve et réalité[1].

Michèle Tribalat associe donc à son travail scientifique, dans ce livre, une critique de l'approche des questions liées à l'immigration en France, tant au niveau politique que médiatique et universitaire. Elle estime que cette approche est idéologique, au lieu d'être basée sur les faits, et dénonce en premier lieu « l'insuffisance de l'appareil statistique français pour étudier l'immigration et les populations d'origine étrangère », avec en particulier l'interdiction d'établir des statistiques ethniques[1],[2]. L'ouvrage est cependant vivement critiqué dans le mensuel Alternatives économiques qui lui reproche de « [s'appuyer] sur des études étrangères provenant de sources politiquement très marquées », et « quand elle cite des chercheurs français, comme Éric Maurin ou Hervé Le Bras, c'est en tronquant leur œuvre pour aller dans le sens de ses partis pris[3] ».

Elle déplore également que « l'antiracisme idéologique structure l'expression savante et ordinaire sur l'immigration » et accuse les responsables politiques, portés par une « idéologie progressiste transnationale », d'avoir « rusé avec les chiffres pour relativiser l'immigration étrangère aux yeux de l'opinion publique », en ayant laissé s'étioler la souveraineté de la France au profit de structures supranationales, dont l'Union européenne. À tel point que l'État - comme c'est le cas pour tout pays membre de l'UE - ne pourrait plus avoir prise sur les flux migratoires[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean Sévillia, « Tribalat, la démographe rebelle », Le Figaro Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2014).
  2. a et b Laetitia Van Eeckhout, « Les Yeux grands fermés. L'Immigration en France de Michèle Tribalat : sociologie souverainiste », sur Le Monde.fr, (consulté le 21 octobre 2014).
  3. Naïri Nahapétian, « Les yeux grands fermés. L'immigration en France », sur Alternatives économiques, (consulté le 26 décembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]