Les Trois Visages de la peur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Trois Visages de la peur
Description de cette image, également commentée ci-après
Michèle Mercier (Rosy) dans la scène du téléphone
Titre original I tre volti della paura
Réalisation Mario Bava
Scénario Marcello Fondato
Alberto Bevilacqua
Mario Bava
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fantastique
Durée 92 minutes
Sortie 1963

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Trois Visages de la peur (I tre volti della paura) est un film italien en trois volets de Mario Bava datant de 1963.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après un prologue présenté par Boris Karloff, démarre la première partie Le téléphone, avec Michèle Mercier. C'est un giallo triangulaire. Le second épisode Les Wurdalaks puise dans l'imagerie russe, inspiré par La Famille du Vourdalak d'Alexis Tolstoï, on retrouve Massimo Righi et Boris Karloff dans la distribution. Enfin La goutte d'eau, le plus terrifiant des trois, fait appel à une horreur plus viscérale. Le film se clôt sur une postface de Boris Karloff.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : I tre volti della paura
  • Titre français : Les Trois Visages de la peur
  • Réalisateur : Mario Bava
  • Scénaristes : Marcello Fondato, Alberto Bevilacqua et Mario Bava d'après des histoires de F. G. Snyder, Aleksei Tolstoy et Ivan Chekhov
  • Producteurs : Salvatore Billitteri et Paolo Mercuri
  • Musiciens : Roberto Nicolosi (version italienne) et Les Baxter (version américaine)
  • Monteur : Mario Serandrei
  • Créateur des décors : Riccardo Domenicci
  • Créatrice des costumes : Tina Grani
  • Créateurs des maquillages : Otello Fava et Eugenio Bava
  • Compagnies de production : Emmepi Cinematografica (Italie) - Galatea Film (France) - Société Cinématographique Lyre (France) - Alta Vista Productions (Etats-Unis)
  • Pays d'origine : Drapeau de l'Italie Italie / Drapeau de la France France / Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Langue : italienne mono
  • Image : Couleurs
  • Ratio écran : 1.85:1
  • Format : 35 mm
  • Durée : 92 minutes
  • Qualification film : interdit aux moins de 16 ans
  • Date de sortie : Drapeau de l'Italie Italie : - Drapeau des États-Unis États-Unis : - Drapeau de la France France :

Distribution[modifier | modifier le code]

Le téléphone (Il telefono)

Les Wurdalaks (I Wurdalak)

La goutte d'eau (La goccia d'acqua)

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La version américaine titrée Black Sabbath et distribuée par la American International connut de notables changements : l'ordre des sketchs y fut bousculé, une bande musicale à la tonalité plus jazzy composée par Les Baxter remplaça l'originale de Roberto Nicolosi, certains bouts de séquence furent soit tronqués soit allongés et des intermèdes inédits avec Boris Karloff dans son propre rôle s'ajoutèrent à ses interventions en début et en fin de film. Le sketch le plus altéré fut notamment Le téléphone, travesti en une plus conventionnelle histoire de fantômes où toute allusion au lesbianisme fut gommé.
  • En août 1969, le groupe de rock britannique précurseur du heavy metal initialement nommé Earth dut renoncer à ce nom parce qu'un groupe concurrent l'avait déjà adopté, et en choisit un nouveau, Black Sabbath, en référence au titre anglo-saxon de ce film.
  • D'après Quentin Tarantino et Roger Avary, ce film est la source d'inspiration principale du film Pulp Fiction[réf. souhaitée].
  • Le titre Les Wurdalaks a inspiré Christian Vander pour le nom d'une de ses premières formations.

Lien externe[modifier | modifier le code]