Les Carnets de Turner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Carnets de Turner
Auteur William Luther Pierce
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fiction
Éditeur National Vanguard Books
Date de parution 1978

Les Carnets de Turner (The Turner Diaries) est un roman américain écrit par William Luther Pierce sous le pseudonyme d'« Andrew Macdonald » et publié en 1978. Marqué par le « suprémacisme blanc », ouvertement raciste et antisémite, il justifie aussi les massacres d'innocents (comme moyen de contrôle de la population).

Ce roman d'anticipation décrit un coup d'État mené aux États-Unis par des suprémacistes blancs. Les protagonistes du livre, décrits sous un jour positif, s'en prennent au gouvernement des États-Unis, mais aussi aux Noirs et aux Juifs, ces derniers étant décrits comme contrôlant l'État américain.

Les ventes du livre ont contribué à financer les activités de la National Alliance de William Pierce. L'ouvrage est considéré par l'écrivain Aidan Doyle[1] comme ayant inspiré des attentats d'extrême droite comme celui d'Oklahoma City en 1995[2].

L'ouvrage a été un temps interdit en France[3].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le protagoniste, Earl Turner, prend part au renversement apocalyptique du gouvernement fédéral des États-Unis (appelé "le système" tout au long du roman). Turner et ses compagnons insurgés mènent une guerre raciale qui commence en Amérique du Nord et se propage au reste du monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un dispositif d'encadrement qui a lieu en 2099 (cent ans après les événements représentés) donne au texte principal du roman un contexte historique, qui est présenté comme le journal d'Earl Turner, membre actif d'un mouvement révolutionnaire blanc. Alors que l'histoire commence, le gouvernement fédéral a confisqué toutes les armes à feu civiles du pays en vertu de la loi Cohen. Turner et ses cohortes soutiennent leur organisation pour mener une guérilla contre le système, qui est décrit comme étant sous contrôle juif[4].

Le «système» commence par la mise en œuvre de nombreuses lois répressives contre diverses formes de haine, en en faisant un «crime de haine» pour les blancs de se défendre lorsque des crimes sont commis contre eux par des non-blancs même après que toutes les armes ont été confisquées, et en poussant pour de nouvelles mesures de surveillance afin de surveiller ses citoyens, par exemple en les obligeant à posséder un passeport spécial à tout moment et en tout lieu afin de surveiller en permanence où se trouvent les individus. L '«Organisation» commence ses campagnes en commettant des actes tels que le bombardement du siège du FBI, puis en exécutant une campagne continue de bas niveau de résistance et de sabotage économique aux États-Unis. Turner joue un grand rôle dans les activités dans la région de Washington, D.C. Lorsque le président des États-Unis prononce un discours dénonçant les racistes et exigeant que tous les membres de l'Organisation soient traduits en justice, Turner et d'autres membres de l'Organisation lancent des mortiers dans les rues de Washington de loin, forçant le président et d'autres représentants du gouvernement à être évacué. Dans une autre scène, Turner assiste à un défilé antiraciste au cours duquel des Blancs qui ne font pas partie du défilé sont écartés et battus (parfois à mort) par des marcheurs non blancs; la marche finit par se transformer en une émeute à grande échelle. Les exploits de Turner conduisent à son initiation à l '"Ordre", un groupe rebelle secret qui se compose d'un groupe d'élite de cerveaux de la révolution, qui dirigent secrètement l'Organisation et dont l'existence reste inconnue à la fois des membres ordinaires de l'Organisation et du Système.[4] Plus tard, la cachette de Turner est pillée par les forces de l'ordre. Au cours d'une bataille d'armes à feu qui a suivi avec les autorités, tout le monde dans l'unité parvient à s'échapper, mais Turner est capturé après avoir presque été tué. Il est arrêté et envoyé dans une base militaire pour être interrogé par le FBI et un officier du renseignement israélien. Il est torturé pour forcer la divulgation d'informations, mais résiste. Les interrogateurs ne parviennent pas à lui extraire les informations les plus précieuses, ignorant l'existence de l'Ordre. Les journaux intimes reprennent deux ans plus tard, lorsque la prison militaire est attaquée par d'autres membres de l'Organisation et Turner est libéré.

Finalement, l'Organisation prend le contrôle physique des armes nucléaires à la base aérienne de Vandenberg en Californie du Sud et cible New-York et Tel-Aviv.

L'une des dernières étapes de la victoire de l'Organisation est sa trêve avec le reste des généraux de l'armée américaine, qui acceptent de se rendre si le premier jure de ne pas leur faire de mal ni à leur famille immédiate. L'Organisation accepte volontiers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Aidan Doyle, « When books kill », sur salon.com,
  2. John Sutherland, « Gospels of hate that slip through the net », The Guardian, 3 avril 2000
  3. Arrêté du 21 octobre 1999 portant interdiction de circulation, de distribution et de mise en vente d'une publication, JORF no 252 du 29 octobre 1999, p. 16241, NOR INTD9900515A, sur Légifrance.
  4. a et b « Extremism in America: The Turner Diaries », sur ADL.org, (consulté le 26 décembre 2018)