Les Anges dans nos campagnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Anges dans nos campagnes est un célèbre cantique de Noël français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Parmi les premiers ouvrages connus où ce cantique ait été publié, on peut citer le Choix de cantiques offerts aux élèves des écoles chrétiennes[1], Bordeaux, 1846 (sans musique), et le recueil de Louis Lambillotte Choix de cantiques sur des airs nouveaux, Paris, 1848. Malgré des spéculations faisant remonter ce cantique à une époque très haute (selon certaines, la partie latine daterait du IIe siècle), les spécialistes pensent que le texte et la musique trahissent une origine beaucoup plus récente[2], non antérieure au XVIIIe siècle[réf. souhaitée].

Le poème de Noël Angels from the Realms of Glory (en) du poète écossais James Montgomery (en), publié pour la première fois en 1816, est souvent chanté sur l'air du cantique, mais cela ne prouve rien sur la date de celui-ci, car l'association du poème anglais avec l'air du cantique français ne remonte qu'à l'Oxford Book of Carols de 1924[3].

Paroles[modifier | modifier le code]

Cinq versions sont disponibles sur Wikisource

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

A la télévision[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Consultable sur Gallica.
  2. (en) William D. Crump, The Christmas Encyclopedia, McFarland, , 3e éd., p. 17, partiellement consultable sur Google Livres.
  3. Ian Bradley, The Penguin Book of Carols, Penguin (1999), p. 27–29.

Liens externes[modifier | modifier le code]