Leon Spinks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Leon Spinks
Image illustrative de l’article Leon Spinks
Fiche d’identité
Nom complet Leon Spinks
Surnom Neon Leon
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de naissance
Lieu de naissance Saint Louis, Missouri
Taille 1,85 m (6 1)
Catégorie Poids lourds et lourds-légers
Palmarès
  Professionnel
Combats 46
Victoires 26
Victoires par KO 14
Défaites 17
Matchs nuls 3
Titres professionnels Champion du monde poids lourds
WBA & WBC (1978)
Titres amateurs Champion olympique aux Jeux de Montréal en 1976 (poids mi-lourds)
Dernière mise à jour : 7 février 2014

Leon Spinks est un boxeur américain champion olympique des poids mi-lourds en 1976 et champion du monde des poids lourds en 1978.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Né le et frère de Michael Spinks, Leon Spinks devient en même temps que son frère champion olympique en 1976, dans la catégorie des mi-lourds. Le début de sa carrière professionnelle, le 15 janvier 1977 est assez médiatisé. Il remporte cinq premiers combats avant de faire un match nul contre Scott LeDoux le 22 octobre 1977.[1] Moins d'un mois plus tard, il bat par décision unanime Alfio Righetti, un boxeur jusqu'alors invaincu en 27 combats. Mohamed Ali lui propose alors un match pour le titre de champion du monde.

Spinks contre Ali I et II[modifier | modifier le code]

Vieillissant, Ali cherche un challenger moins dur que son précédent adversaire, le redoutable puncher Earnie Shavers. Spinks n'a disputé que 7 combats, ce qui est sensiblement moindre que les autres challengers d'Ali. Pour la promotion du combat, Ali fait valoir qu'il a déjà battu 3 médaillés d'or : Floyd Patterson, Joe Frazier et George Foreman. Il en ajouterait un 4e avec Spinks. Les pronostics le donnent vainqueur à 10 contre 1. Pourtant le 15 février 1978, Spinks parvient à l'emporter aux points par décision partagée des juges, à la surprise générale. Il devient le champion du monde des lourds à avoir disputé le moins de combats avant de s'emparer du titre[2]. Toujours en 1978, il refuse de combattre Ken Norton. La WBC le destitue alors du titre, mais il demeure champion WBA. Les deux ceintures étaient associés chez les poids lourds depuis 12 ans.

Spinks, n'est cependant pas un boxeur sérieux : il se drogue et est un alcoolique, il est d'ailleurs fréquemment raillé par la presse. Le 15 septembre 1979 a lieu la revanche contre Ali. Spinks s'est mal entrainé, au contraire d'Ali qui remporte la revanche par décision unanime[3]. Pour son combat suivant, le 24 juin 1979, Spinks est mis KO au premier round par Gerrie Coetzee, un boxeur invaincu en 21 combats[4].

L'après Ali[modifier | modifier le code]

En 1980, il combat 4 fois, battant l'ancien challenger mondial Alfredo Evangelista par KO en 5 rounds, faisant match nul contre Eddie Lopez, et battant avant la limite Eddie Lopez et Kevin Isaac. Ces bons résultats lui permettent de disputer à nouveau un titre mondial, contre Larry Holmes le 12 juin 1981, mais il est battu en 3 rounds[5].

Changements de catégories[modifier | modifier le code]

Il change alors de catégorie pour descendre en lourds légers. En 1982, après une victoire contre Ivy Brown, il remporte le titre Nord américain en battant Jesse Burnett [6]. Mais il est battu en mars de l'année suivante par le quadruple champion du monde Carlos De Leon, Spinks ne reprend pas après le 6e round. Il ne combat pas en 1984, et revient en 1985 pour une victoire en lourds-légers, et 4 victoires en lourds, remportant en décembre le titre continental américain WBC. En mars 1986, il revient en catégorie lourds-légers pour un match pour le titre de champion du monde WBA, détenu par Dwight Muhammad Qawi[7]. Il est battu par KO technique au 6e round.

La déchéance[modifier | modifier le code]

À partir de ce moment, Leon Spinks, obligé de boxer pour payer ses dettes, va se brûler les ailes. Sa dernière victoire importante est sa reconquête du titre continental des poids lourds le 28 avril 1987, mais ce sera seule victoire d'août 1986 à juin 1988, au milieu de 6 défaites et un match nul. Il est arrêté plus de 50 fois entre 1988 et 1990 pour excès de vitesse, usage de drogues, bagarres.

Il fait son retour en 1991 et remporte 5 victoires consécutives contre des boxeurs comptant plus de défaites que de victoires, mais connaitra par la suite d'autres défaites. En 1993, il perd notamment contre un certain James Wilder qui comptait précédemment 34 défaites pour 2 victoires. Il est découvert en train de vendre ses dents et son titre. Il dispute des combats de kickboxing et met sa célébrité en jeu pour gagner un peu d'argent. Il arrête sa carrière en 1995 sur une défaite contre un autre inconnu.

Il a par la suite arrêté de boire et est devenu agent d'entretien. Son fils Cory Spinks est devenu champion du monde des welters.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :