Le Général de l'armée morte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Général de l'Armée.
image illustrant la littérature <adjF> image illustrant l’Albanie
Cet article est une ébauche concernant la littérature et l’Albanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Général de l'armée morte
Auteur Ismail Kadare
Pays Flag of Albania (1946-1992).svg République populaire socialiste d'Albanie
Genre Roman
Version originale
Langue Albanais
Titre Gjenerali i Ushtrisë së vdekur
Éditeur Sh.B. Naim Frashëri
Lieu de parution Tirana
Date de parution 1963
ISBN original 9992745533
Version française
Traducteur Jusuf Vrioni
Éditeur Albin Michel
Lieu de parution Paris
Date de parution Février 1970
Nombre de pages 288
ISBN 9782226017598
Chronologie
La Peau de tambour Suivant

Le Général de l'armée morte (Gjenerali i Ushtrisë së vdekur) est le premier roman de l'auteur albanais Ismail Kadare en 1963. Il a été adapté au cinéma en 1983 par Luciano Tovoli (Le Général de l'armée morte).

Il figure à la 81e place dans les cent livres du siècle.

Résumé[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, presque 20 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, un général italien, accompagné par un prêtre qui est aussi colonel de l'armée italienne, est envoyé par le gouvernement italien en Albanie pour localiser, recueillir et rapporter en Italie les ossements de ses compatriotes morts pendant la guerre afin de les enterrer dignement.

Comme ils organisent les fouilles et l'exhumation, ils se questionnent sur le sens de leur tâche. Les débats de portée générale portent sur la futilité de la guerre et le sens de cette entreprise.

Alors qu'ils vont plus loin dans la campagne albanaise, ils découvrent qu'ils sont suivis par un autre général, un Allemand, à la recherche des corps des soldats allemands tués durant la Seconde Guerre mondiale.

Comme son homologue italien, il lutte avec ce travail de recherches ingrates et s'interroge, lui aussi, sur la valeur de ces gestes de fierté nationale.