Le Comte de Chanteleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Comte de Chanteleine
image illustrative de l’article Le Comte de Chanteleine
Une des premières éditions du roman.

Auteur Jules Verne
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman historique
Éditeur Musée des familles
Lieu de parution Paris
Date de parution 1864
Illustrateur Jean-Valentin Foulquier

Le Comte de Chanteleine est un roman historique de Jules Verne publié en 1864 dans la revue Musée des familles. Jules Verne a tenté de le faire rééditer en 1879 mais s’est heurté au refus de l’éditeur Hetzel[1]. C’est le seul roman de Jules Verne situé dans sa Bretagne natale. L’action se déroule entre Nantes et Douarnenez, du 14 mars 1793 au 9 Thermidor (27 juillet 1794). L’auteur se montre clairement favorable aux insurgés royalistes (le premier chapitre est intitulé Dix mois d’une guerre héroïque) et multiplie les notations hostiles à la répression républicaine (« Depuis ce jour, Quimper fut livré à l'arbitraire des républicains et de la Municipalité »).

Ce livre serait librement inspiré d’un personnage réel, Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, l’un des lieutenants de Charette pendant les guerres de Vendée[2]. Le fait est que Jules Verne a souvent rencontré les enfants de Lucas-Championnière chez son oncle Prudent, à Brains près de Nantes, et qu’il a pu lire le manuscrit de ses Mémoires sur la guerre de Vendée bien avant leur publication en 1904[3].

L’intrigue[modifier | modifier le code]

Thèmes abordés dans le récit[modifier | modifier le code]

  • Les guerres de Vendée durant la Révolution française et les horreurs d’une guerre civile.
  • Le rôle de la noblesse, l’engagement des paysans et la rigueur de la répression républicaine.
  • Le destin dramatique des prêtres qui ont prêté serment à la constitution civile du clergé (à l’exemple du personnage d’Yvenat, néanmoins sauvé de la noyade par le royaliste Kernan).

Liste des personnages[modifier | modifier le code]

  • Comte Humbert de Chanteleine.
  • Comtesse de Chanteleine.
  • Marie de Chanteleine.
  • Abbé Fermont, chapelain des Chanteleine.
  • Guermeur et Julien, délégués du Comité de salut public.
  • Karval, domestique voleur devenu officier républicain (« un Breton, mais un Breton qui avait voyagé, vu du pays, et sans doute de vilains exemples avec »).
  • Kernan, paysan royaliste.
  • Le bonhomme Locmaillé.
  • Mutius Scévola, aubergiste.
  • Henri de Trégolan.
  • Yvenat, prêtre constitutionnel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Noël Martin. Préface. Éditions Rencontre. Tome 49. Lausanne. 1971.
  • Adrien Carré. Un roman vendéen et chouan de Jules Verne, "Le Comte de Chanteleine". Comparaison avec une œuvre populaire en breton, "La Bataille de Kergidu". in Vendée, chouannerie, littérature. Actes du Colloque d'Angers. Presses de l'Université. 1986.
  • Claudine Sainlot. Les Tribulations du comte de Chanteleine. Postface. Nantes. Joca Seria. 1994.
  • Christian Robin. Jules Verne et la Vendée. Journal historique de Legé. 3 juillet 1999.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Comte de Chanteleine, Éditions Rencontres, Lausanne 1970, présentation par Charles Noël Martin.
  2. Préface du Comte de Chanteleine par Luce Courville, édition Joca Seria de 1994. V. aussi « Brains et Jules Verne », par Yves Lostanlen, in Bulletin municipal de Brains, no 27. Egalement Le Grand Roman de Jules Verne, sa vie, par Robert Prouteau, Stock, 1979, p. 66.
  3. Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, Mémoires sur la guerre de Vendée, Plon, Paris 1904 ; reprint La Guerre de Vendée au pays de Charette, Les éditions du bocage, Cholet 1994.