Le Chat et la Souris (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Chat et la Souris
Image illustrative de l’article Le Chat et la Souris (roman)
Couverture d'une édition de 1993.

Auteur Günter Grass
Pays Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Genre Roman
Version originale
Langue Allemand
Titre Katz und Maus
Date de parution 1961
Version française
Traducteur Jean Amsler
Éditeur éditions du Seuil
Lieu de parution Paris
Date de parution 1962
Série Trilogie de Dantzig
Chronologie

Le Chat et la Souris (titre original : Katz und Maus) est un court roman de Günter Grass, publié en 1961. Il constitue le deuxième volet de la trilogie de Dantzig, entamée par Le Tambour et close par Les Années de chien. L'ouvrage a été traduit par Jean Amsler et est paru chez Point-Seuil en 1962.

Après Le Tambour, Grass revient sur les heures sombres du nazisme et continue d'explorer la monstruosité de l'Histoire et la banalité du mal. Il reste également fidèle à sa technique d'enchevêtrement des temporalités, des récits et des perspectives narratives. Comme dans Le Tambour, merveilleux, réalisme, fantasme, souvenir, monde quotidien et hallucination se confondent.

À travers ce récit, l'auteur affirme avoir voulu produire une réinterprétation du Grand Meaulnes d'Alain-Fournier[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur Pilensz raconte rétrospectivement l'histoire et les relations qu'il entretenait avec Mahlke, son camarade d'école à moitié orphelin. L'action se déroule à l'époque de la Deuxième Guerre mondiale dans l'ancienne Ville libre de Dantzig, anciennement située en Prusse-Orientale et rattachée aujourd'hui à la Pologne. Mahlke avait une pomme d'Adam hypertrophiée et était le chef incontesté d'une petite bande. Il rêvait d'être clown et d'obtenir la Croix de guerre du IIIe Reich. Entre Pilensz et Mahlke qui est suivi à la trace, commence un jeu du chat et de la souris.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Blain, « Interview de Günter Grass », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2014)