Laxisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la société
Cet article est une ébauche concernant la société.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le laxisme (du latin laxus, large, relâché), dans son sens plus général, est défini comme un système qui tend à limiter les interdictions de la société, causant ainsi une tolérance excessive[1]. Dans le cadre plus restreint d'éthique ou de la philosophie morale il consiste à soutenir qu'en cas de doute concernant la moralité d'une action, il est permis de suivre une opinion dont la probabilité n'est que mince, et ceci à l'encontre des normes morales établies.

Bien que cette doctrine n'ait jamais été présentée comme un système moral authentique, certains auteurs, en particulier au XVIIe siècle (Antonio Escobar y Mendoza, Tomás Tamburini, Esteban Bauny, Juan Caramuel), ont soutenu des maximes morales considérées comme laxistes par le Magistère de l'Église, et condamnées comme telles [2].

Dans le sillage du mouvement janséniste, Blaise Pascal lança à travers ses Provinciales, publiées en 1656-1657, une attaque mémorable contre ce qu'il jugeait être le « laxisme moral » des jésuites.

Innocent XI condamna le laxisme en 1679.

Aujourd'hui, le laxisme est utilisé pour définir une "politique de relâchement" à l'encontre des infractions, délits et crimes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trésor de la langue française [lire en ligne]
  2. Les 45 propositions condamnées sous Alexandre VI en 1665-1666 : DS 2021-2065, et les 64 propositions condamnées par le Saint-Office sous Innocent XI dans 1678 » DS 2101-2167)