Laurent Cuniot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laurent Cuniot
Description de cette image, également commentée ci-après
Laurent Cuniot en 2013

Naissance (63 ans)
Reims, France
Activité principale Compositeur, chef d'orchestre
Collaborations TM+, ensemble orchestral de musique d'aujourd'hui
Éditeurs Billaudot
Site internet www.laurent-cuniot.com

Répertoire

De 1906 (Première symphonie de chambre d'Arnold Schoenberg) à nos jours

Laurent Cuniot, né le à Reims en France, est un compositeur, chef d'orchestre et pédagogue français. Après avoir été professeur de composition liée aux nouvelles technologies au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris[1] et producteur d'émissions publiques à Radio-France (Concerts-lecture), il conduit depuis 2000 une double carrière de compositeur et de chef d'orchestre. Directeur musical de TM+[2], ensemble orchestral de musique d'aujourd'hui implanté à Nanterre en Ile-de-France, il se consacre à la diffusion et à la valorisation de la création musicale contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurent Cuniot fait ses premières études musicales au Conservatoire national de région de Reims qu’il poursuit au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (violon, musique de chambre, analyse, harmonie).

En 1976 il entre dans la classe de composition et recherche musicale de Pierre Schaeffer et Guy Reibel dont l’enseignement est dispensé au CNSMDP et au Groupe de recherches musicales. Il complète sa formation auprès de Youri Simonov dans le cadre de master classes de direction d’orchestre à Miskolc (Hongrie).

En 1977, il forme avec Denis Dufour et Yann Geslin le trio GRM + (rebaptisé TM+ en 1982)[3], initié par le compositeur et directeur du GRM François Bayle, pour explorer, dans le cadre du concert, les nouvelles lutheries électroniques. Il devient en 1978 l’assistant de Guy Reibel avant de prendre sa succession comme professeur en 1991, avec à ses côtés Luis Naón et Yann Geslin.

En 1985 le trio s'agrandit pour devenir l'Ensemble TM+, ensemble orchestral de musique d’aujourd’hui dont Laurent Cuniot prend la direction en 1986[4]. Dans cette période il compose plusieurs œuvres influencées par sa double pratique de l’écriture et de la musique électroacoustique: L’Exil au miroir pour six voix d’hommes et bande magnétique, l’opéra de chambre Cinq pièces pour Hamlet et La Lice des nuits pour grand orchestre (dont deux synthétiseurs). De 1987 à 1992 il est producteur à Radio-France des “Concerts-lecture”, émissions publiques consacrées à l’analyse et l’interprétation d’œuvres du Moyen Âge à nos jours.

À partir de 1994 il développe son activité de chef d’orchestre et est invité à diriger des formations comme l’Orchestre national de Lille, l’Orchestre philharmonique de Radio-France, l’Orchestre de la Radio de Belgrade, le KZN Orchestra… Il collabore régulièrement avec des ensembles spécialisés tels que Court-circuit (Fr), Ensemble Orchestral Contemporain (Fr), Alter Ego (It), Recherche (Al), Sond’Ar-te(Port)[5].

En 2000 il quitte sa charge de professeur au CNSMDP et se consacre à son travail de compositeur et au développement de TM+, pour lequel il bâtit depuis 1996 une résidence à la Maison de la musique de Nanterre.

L’influence des nouvelles technologies très présentes dans ses premières œuvres[6] reste déterminante dans son approche du phrasé, de l’énergie, de l’orchestration. Et si son langage harmonique est fortement influencé par les acquis de l’école spectrale, ses œuvres plus récentes comme Spring and all pour voix et ensemble, Ombrae pour hautbois/cor anglais et ensemble et To deep and deeper blue pour huit musiciens, interrogent la puissance expressive de l’écriture contemporaine au service d’une dramaturgie sonore.

Depuis 2013 il enseigne la composition au Conservatoire à rayonnement régional de Rueil-Malmaison.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

  • Des pétales dans la bouche (2011) opéra pour une voix et 15 instruments
  • Cinq pièces pour Hamlet (1987) pour 7 chanteurs, 7 instrumentistes et dispositif électroacoustique

Musique d’orchestre[modifier | modifier le code]

  • Just before… (2014) pour orchestre de chambre
  • Verra la morte (1997) pour clarinette et orchestre
  • To C. from C. (1995) pour voix et orchestre
  • La Lice des nuits (1989) pour grand orchestre

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Spring and all (2010) pour mezzo-soprano et 10 instruments
  • Ihm, eine Hymne (2001) pour 6 voix et 7 instruments
  • Lascaux (1992) pour 6 voix de femmes et 6 instruments
  • L’exil au miroir (1984) pour 6 voix d’hommes et dispositif électroacoustique
  • Meteora (1982) pour six voix mixtes et trois synthétiseurs

Musique d’ensemble[modifier | modifier le code]

  • To deep and deeper blue (2010) pour 8 instruments
  • Ombrae (2006) pour cor anglais et 9 instruments
  • Solaires (2001) pour 7 instruments, version sans dispositif électroacoustique
  • Solaires (1998) pour 7 instruments et dispositif électroacoustique
  • Les arches liminaires (1986) pour 11 instruments
  • Lignes figurées (1986) pour 7 instruments

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Les couleurs silencieuses (2014) pour flûte, clarinette et piano
  • Villa adriana (2013) pour sextuor à cordes
  • E la mezzanotte libera voli (2013) pour cor, trompette, trombone et vibraphone
  • Prélude démesuré (révision Passages 2012) pour violon et clarinette
  • Les mains invisibles (2000) cinq mouvements pour clarinette, cor et vibraphone
  • Quatuor (1983) pour violon, violoncelle et 2 synthétiseurs

Musique soliste[modifier | modifier le code]

  • Efji (2005) pour percussion
  • Passages (1995) pour violon

Electroacoustique[modifier | modifier le code]

  • Reverse flows suite acousmatique (2018)

Œuvres à caractère pédagogique[modifier | modifier le code]

  • Dans le miroir d’Alice (2014) musique de scène
  • La nuit bleue (1983) pour piano et bande magnétique
  • Metamorphosalides (1980) opéra pour enfants

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2009 Prix Tornov-Loeffler de l’Académie des beaux-arts
  • 2006 Prix SACEM de la meilleure création contemporaine instrumentale pour Ombrae
  • 1989 Prix SACEM Stéphane Chapelier Clergue Gabriel Marie
  • 1983 Prix SACEM Hervé Dugardin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Conservatoire de Paris, 1795-1995 Deux cents ans de pédagogie ed.Buchet/Chastel
  2. Entretien avec Jean-Marc Warszawski, revue Demeter.
  3. GRM Le Groupe de Recherches Musicales Cinquante ans d'histoire Evelyne Gayou ed.Fayard
  4. Historique de TM+, site de l'ensemble.
  5. Biographie musicologie.org
  6. Le mouvement comme valeur du langage musical in Analyse Musicale juin 1987

Liens externes[modifier | modifier le code]