Laurence Feininger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laurence Feininger
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Laurence Karl Johann FeiningerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Fratrie
Lore Feininger (d)
Theodore Lux Feininger (en)
Andreas FeiningerVoir et modifier les données sur Wikidata

Laurence Feininger (Berlin-Campo di Trens) est un musicologue américain d'origine allemande, actif en Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurence Feininger est le fils du peintre Lyonel Feininger. Il grandit en Allemagne, dans un milieu artistique proche de l'école du Bauhaus. Il étudie la composition et l'orgue et laisse onze préludes et fugues pour orgue publiés en 1972. Il obtient son doctorat en musicologie à l'Université de Heidelberg (1935), où il étudie avec Besseler, ainsi que la philosophie avec Jaspers[1]. Le sujet de sa thèse est sur les origines du canon[1]. En raison du harcèlement anti-Juifs, sa famille décide de s'exiler aux États-Unis en 1937, alors que lui — baptisé en 1934 — part pour l'Italie[1]. En 1938, il se rend à Trente pour étudier les premières sources de la musique de l'Église catholique, et plus particulièrement les codices de la région du Trentin, une source importante pour la musique sacrée européenne du XVe siècle. En 1943–1944 il est interné en tant qu'ennemi étranger et après la guerre étudie la théologie à Trente et Rome[1]. Ordonné prêtre à Rome en 1947, il s'installe à Trente définitivement.

Il a étudié en profondeur la musique liturgique catholique de 1200 à 1600 environ, en prenant soin de réaliser des catalogues d'œuvres et l'édition de plusieurs messes et motets des auteurs de la polyphonie de la tradition européenne et italienne, tels que Giovanni Giorgi[2], Pompeo Cannicciari[3], Francesco Antonio Bonporti[4], Orazio Benevoli et Giuseppe Ottavio Pitoni[5]. À Trente, il fonde et dirige également la chorale du conseil, active pendant plus de vingt ans. Sa collection de notices et de documents, de grande importance, est offerte à la ville de Trente et conservée au Château du Bon-Conseil[6]. Il meurt dans un accident de voiture.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Die Frühgeschichte des Kanons bis Josquin des Prez (um 1500), Emsdetten, H. & J. Lechte, 1937
  • Membra disjecta reperta, Trente, Acta societatis universalis Santae Ceciliae, 1964
  • Il codice 87 del Castello del Buonconsiglio di Trento, Bologne, Forni, 1971
  • Repertorium cantus plani, 3 vols., édition de Laurence Feininger, Trente, Societas universalis Sanctae Ceciliae, 1969–1975

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) La scuola policorale romana del Sei-Settecento: atti del Convegno internazionale di studi in memoria di Laurence Feininger, Trento, Castello del Buonconsiglio, Biblioteca Clesiana, 4-5 octobre 1996, édition de Francesco Luisi, Danilo Curti et Marco Gozzi, Trente, Provincia autonoma, Servizio beni librari e archivistici, 1997
  • (en) Jeffrey Dean, « Feininger, Laurence [Laurentius, Lorenzo] (Karl Johann) », dans Stanley Sadie (éd.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan, , 2e éd., 25 000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Laurence Feininger » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c et d Grove 2001.
  2. Catalogus thematicus et bibliographicus Joannis de Georgiis operum sacrorum omnium, organisée par Lorenzo Feininger, Tridenti, Societas Universalis Sanctae Ceciliae, 1962
  3. Catalogus thematicus et bibliographicus Pompéi Cannicciarii operum sacrorum omnium, organisée par Lorenzo Feininger, Tridenti, Societas Universalis Sanctae Ceciliae, 1964
  4. Francesco Antonio Bomporti: catalogus thematicus omnium operum, cura et studio Laurentii Feininger, Tridenti, Societas universalis Sanctae Ceciliae, 1975.
  5. Monumenta liturgiae polychoralis sanctae ecclesiae romanae, Romae, Societas Universalis Sanctae Ceciliae, 1950-1963.
  6. Les manuscrits de polyphonique de la musique de la Bibliothèque de L. Feininger au Château de Buonconsiglio à Trento, édité par Clemente Lunelli; présentation de Francesco Luisi, Trento, Province autonome, bibliothèque du Service du patrimoine et des archives, 1994 ; Les sources liturgiques, pour imprimer la Bibliothèque de musique dans L. Feininger au Château de Buonconsiglio à Trento, édité par Marco Gozzi ; présentation de Bonifacio Giacomo Baroffio, Trento, Province autonome, bon Service, la bibliothèque et les archives, 1994

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]