Lanterne de la SNCF

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les lanternes de la société nationale des chemins de fer français sont, dans les chemins de fer, utilisées de nuit pour la signalisation lumineuse en manœuvre, ou bien en remplacement d'une signalisation fixe défaillante des trains (les feux blancs à l'avant ou rouge à l'arrière) ou encore de l'éclairage. À la SNCF la signalisation temporaire est réalisée à l'aide d'EMS (ou ensembles mobiles de signalisation), ou de signaux spécifiques.

Le métier de lampiste a depuis longtemps disparu. Avec l’avènement de l’électricité, la rationalisation et la simplification, les modèles de lanternes ont été réduits.

En dehors du mode d’énergie, la fabrication des lanternes elle-même a évolué : les métaux ont disparu (cuivre, laiton, aluminium, tôles…) au profit du plastique. La dernière évolution concerne l’unité lumineuse : les lampes à incandescence ont disparu des fanaux, remplacés par des diodes électro-luminescentes.

Le cahier de charge de la SNCF distingue plusieurs types de lanternes à main. Ces lanternes sont utilisées depuis 1987. Fabriquées par Oldham jusqu’à une époque récente, elles sont désormais distribuées par MFI, Oldham ayant cessé cette activité.

Lanternes de bord des engins moteurs[modifier | modifier le code]

Les lanternes de bord sont pourvues d’un crochet UIC, car en cas d’extinction de la signalisation d’arrière d’un train, elles peuvent compléter une plaque de queue en remplacement de la signalisation défaillante (cas de l’extinction de la signalisation d’arrière sur du matériel voyageurs).

Deux modèles existent.

Lanterne de bord[modifier | modifier le code]

Lanterne de bord.
  • Feux : face avant, un feu blanc et un feu rouge
  • Organes de commande : interrupteur de commande de feu blanc et rouge.
  • Poignée : possibilité de préhension par la face supérieure ou arrière + crochet UIC.
  • Alimentation : pile 6LR20 uniquement.

Lanterne de bord avec test thermique[modifier | modifier le code]

Ces lanternes étaient spécifiquement destinées aux TGV ; l’évolution du matériel a entraîné leur suppression.

  • Feux : face avant, 1 feu blanc et un feu rouge
  • Organes de commande : interrupteur de commande de feu blanc et rouge.
  • Poignée : possibilité de préhension par la face supérieure ou arrière + crochet UIC.
  • Alimentation : pile 6LR20 uniquement
  • test thermique : sonde avec indicateur à diodes

Lanternes des établissements (gares, postes, BV…)[modifier | modifier le code]

Lanterne de visiteur[modifier | modifier le code]

Lanterne de visiteur.
  • Feux : face avant, 1 feu blanc et un feu rouge
  • Organes de commande : interrupteur de commande de feu blanc et rouge.
  • Poignée : possibilité de préhension par la face supérieure ou arrière. (pas de crochet UIC)
  • Alimentation : accus cadmium nickel uniquement

Lanterne de manœuvre[modifier | modifier le code]

  • Feux :
    • Face avant : 1 feu blanc et un feu rouge
    • Faces latérales : feu jaune fonctionnant en permanence quand le feu blanc est allumé
  • Organes de commande : bouton poussoir de feu rouge, interrupteur de commande de feu blanc et jaune.
  • Poignée : possibilité de préhension par la face supérieure ou arrière.
  • Alimentation : pile 6LR20 ou accus cadmium nickel

Lanterne d’Agent Circulation[modifier | modifier le code]

  • Feux :
    • face avant : 1 feu blanc et un feu rouge,
    • côté gauche : feu vert
  • Organes de commande : bouton poussoir de feu rouge, interrupteur de commande de feu blanc et jaune, bouton poussoir à maintien d’appui du feu vert.
  • Poignée : possibilité de préhension par la face supérieure ou arrière.
  • Alimentation : pile 6LR20 ou accus cadmium nickel.

Signalisation amovible des trains : fanal de queue de train[modifier | modifier le code]

Lanterne de queue.

La simplification de la réglementation des signaux portés par les trains a entraîné la modification des modèles : en effet, les anciens règlements prévoyaient sur certaines lignes désignées, l’annonce de train supplémentaire, la fermeture de la ligne… grâce à la signalisation portée en queue de train qui donnait donc la double indication que le train était complet et qu’une mesure pouvait être prise après le passage du train (par exemple la cessation du gardiennage d’un PN après le passage du train)… les fanaux devaient donc pouvoir donner un feu rouge, blanc, vert ou jaune…

Aujourd’hui la seule indication nécessaire est « train complet » et donc seul le feu rouge est nécessaire.

En Belgique, les lanternes de queue utilisées précédemment ont été remplacées en 2007 par le même modèle qu'en France (voir ci-dessous).

Lanterne de queue[modifier | modifier le code]

  • Feux : unité lumineuse à diodes électroluminescentes
  • Organes de commande : interrupteur de commande à fonctionnement automatique dès que la lampe est enclenchée dans un support de lanterne.
  • Poignée : possibilité de préhension par la face supérieure
  • Alimentation : pile spéciale avec indicateur de charge (voyant sur le côté gauche)

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]