Langues nguni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne les langues nguni. Pour les peuples nguni, voir Nguni (peuple).
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Ngoni (langue).
Guerriers zoulous de la fin du XIXe siècle

Le groupe nguni de langues bantoues d’Afrique australe rassemble quatre langues : le zoulou et le xhosa en Afrique du Sud, le ndébélé zimbabwéen (ou sindebele), et le swati en Afrique du Sud et au Swaziland. Elles sont étroitement apparentées et souvent mutuellement intelligibles.

« Nguni » est un terme artificiel employé par les linguistes et ethnologues blancs depuis les années 1930. Une autre distinction tout aussi artificielle distingue entre les Ngunis septentrionaux – comprenant les Zoulous et les Swazis – et les Ngunis méridionaux, au nombre desquels on compte les Xhosas, les Thembus, les Mfengus, les Mondos et les Mondomises.

Il faut distinguer les Ndebele du Zimbabwe d’un peuple du même nom en Afrique du Sud. Les Ndébélé sud-africains, qui parlent la langue nrebele, appartiennent au groupe sotho-tswana et ne font pas partie du groupe nguni.

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nguni (peuple).

On associe quelques traits culturels aux ethnies parlant les langues nguni : l’organisation traditionnelle en clans patrilinéaires sous le leadership de chefs quasi méritocrates ; l’élevage de bétail ; une certaine esthétique musicale, etc. Les notables y tentaient de se rendre indépendants en créant leur propre clan. Le pouvoir d’un chef dépendait souvent de sa capacité à maintenir l’unité de son clan.

À partir de 1800 environ, l’ascension du clan zoulou au sein des Ngunis et la période de mfecane qui suivit, accompagnant l’expansion des Zoulous dirigés par Chaka, ont contribué à cimenter et à consolider des alliances entre de nombreux clans mineurs. Par exemple, le royaume du Swaziland fut créé au début du XIXe siècle par différents groupes nguni qui s’allièrent avec le clan des Dlamini (en) contre la menace d’une attaque extérieure. Il groupe aujourd’hui de nombreux clans différents qui parlent une langue nguni appelée swati et sont loyaux envers le roi du Swaziland, qui est aussi le chef du clan Dlamini.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mbulelo Jokweni (et al.), A unified standard orthography for Nguni languages : South Africa, Swaziland, Zimbabwe, Tanzania, Malawi and Zambia, CASAS, Cape Town, 2003, 19 p. (ISBN 1-919932-12-7)
  • (en) Sizwe Satyo, Cross-fertilizing vocabularies : the case of the Nguni languages, Vivlia, Florida Hills, 1998, 7 p. (ISBN 978-1-919799-06-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]