Lamía (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamia.
Lamía
(el) Λαμία
Lamía (ville)
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Grèce-Centrale
District régional Phthiotide
Code postal 351 00
Indicatif téléphonique 22310
Immatriculation MI
Démographie
Population 52 006 hab. (2011[1])
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 54′ 00″ nord, 22° 26′ 00″ est
Altitude 50 m
Superficie 41 350 ha = 413,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Lamía

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Lamía

Lamía (en grec : Λαμία / Lamía) est une ville de Grèce, chef-lieu de la périphérie de Grèce-Centrale et du district régional de Phthiotide.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville pourrait venir de Lamia, fille de Poséidon dans la mythologie grecque. Elle est aussi connue sous les noms de Zitoúni, El Sito ou Izdin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lamía
Makrakomi Stylida Stylida
Makrakomi Lamía Stylida
Doride Molos-Agios Konstantinos Molos-Agios Konstantinos

Lamía se situe à 152 km de la capitale Athènes, et à 68 km de la grande ville la plus proche, Vólos. Elle est le chef-lieu Phthiotide, dans la région Grèce-Centrale.

La municipalité est issue de la fusion de cinq municipalités, lors de la réforme de 2011 : Gorgopotamos, Leianokladi, Lamia, Pavliani et Ypati.

Dème de Lamía à la suite de la réforme Kallikratis (2010)

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Lamía fut peuplé dès le Ve millénaire av. J.-C., mais la ville n'est mentionnée qu'après le tremblement de terre de -424, alors qu'elle était une importante base militaire de Sparte.

Lors de la guerre lamiaque, le diadoque Antipater, régent de Macédoine, s'y réfugia en -322 dans sa lutte contre les athéniens.

La ville fit ensuite partie de la Ligue étolienne; en 218/217 av. J.-C., elle honore dans un décret la poétesse Aristodama pour avoir donné des conférences célébrant le passé de la cité, et lui accorde le droit de cité[2].

Manius Acilius Glabrio prend la ville en -190, qui est alors intégrée dans l'Empire romain. En se christianisant, celui-ci évolue en ce que nous appelons l'empire et la civilisation « byzantines ». Mais Lamía décline à cette époque, marquée par les invasions des Goths (IVe siècle), des Slaves (VIe siècle) et des Arabes (VIIIe siècle). Elle est alors mentionnée sous le nom de Zitoúni (Ζητούνι) : on trouve le nom de Zitoúnion (Ζητούνιον) dans les actes du quatrième concile de Constantinople de 869, puis sous différentes variantes : Zirtoúnion, Zitonion, Gipton, Situn (sous l'occupation franque), El Sito (sous la brève occupation catalane) et Izdin (sous les Ottomans). L'origine de ce nom reste incertaine, et l'on a pu avancer une origine arabe (Zeitun, « olive »), ou slave (Sitonion « la terre au-dessus de la rivière »).

Après l'indépendance grecque, la ville (comme beaucoup d'autres toponymes) reprend son nom antique de Lamía et entame une croissance favorisée par l'arrivée du train, devenant le siège de la Nome de Phthiotide. Pendant l'Occupation, elle est d'abord la base d'une garnison italienne de 1941 à 1943, puis allemande en 1943 et 1944 ; le viaduc d'Asopos construit sur la commune est détruit lors de l'opération Washing) par l'officier britannique Edmund Charles Wolf Myers le 18 juin 1943[3].

Fin 1944, elle subit les combats de la Libération entre l'occupant et la Résistance, mais elle est relativement épargnée par la guerre civile (qui se déroule surtout dans la capitale et dans le nord de la Grèce). Sa croissance économique et en étendue s'accélère dans les années 1980-2008, puis, comme ailleurs en Grèce, est interrompue par la crise financière des années 2010, due à la dérégulation mondiale et aux endettements de la Grèce.

Climat[modifier | modifier le code]

La région dispose d'un climat méditerranéen, avec des étés chauds. La température moyenne y est de 16,7 °C[4]. Et le fuseau horaire, est UTC+2, et UTC+3 en été.

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Exposition au musée archéologique de la ville
  • Le château du Ve siècle
  • La place de la Liberté, avec son église du XVIIIIe siècle
  • La place Athanásios Diákos
  • Le musée archéologique de Lamia
  • Le monastère Agathonos d'Ypatis, du XVe siècle av. J.-C.[6]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (el) « Résultats du recensement de la population en 2011 »
  2. Sandra Boehringer (dir.) et Violaine Sebillotte Cuchet (dir.), Hommes et femmes dans l'Antiquité grecque et romaine : Le genre : méthode et documents, Paris, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-25913-6).
  3. « Viaduc d'Asopos », sur https://structurae.info/ (consulté le 30 aout 2017).
  4. « Météo et climat à Lamía en Grèce », sur planificateur.a-contresens.net (consulté le 11 octobre 2017)
  5. « Ville de Lamia », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 11 octobre 2017)
  6. « La ville de Lamia et alentours dans le Centre de la Grèce », sur decouvrirlagrece.com, (consulté le 11 octobre 2017)

Sur les autres projets Wikimedia :