Lac de Bret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac de Bret
Vue du lac de Bret depuis sa rive sud.
Vue du lac de Bret depuis sa rive sud.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
Commune Puidoux
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 48.3″ N 6° 46′ 21.9″ E / 46.513417, 6.7727546° 30′ 48.3″ Nord 6° 46′ 21.9″ Est / 46.513417, 6.77275
Superficie 36 ha
Longueur 1,5 km
Largeur 400 m
Altitude 674 m
Profondeur 20 m
Volume 5 millions de m3
Hydrographie
Bassin versant 21 km2

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Lac de Bret

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Lac de Bret

Le lac de Bret est situé sur le territoire de la commune de Puidoux dans le canton de Vaud, en Suisse.

Hydronyme[modifier | modifier le code]

En 1529, le lac de Bret était connu sous le nom de « Bryt ». En 1590 apparaît le désignation « Brel » puis « Bruict » en 1650. Il est aussi nommé « Lac de Bro », notamment sur la carte d'Antoine Chopy 1730 [1]. Le nom viendrait du vieil allemand brestan (brechen, casser).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur le Plateau suisse, il s'étend sur une superficie de 0,36 km2 et se trouve à 674 m d'altitude, au nord du lac Léman entre les hauteurs de la tour de Gourze à l'ouest et des monts Chesau et Pélerin à l'est.

Le lac appartient au bassin du Rhône, cependant il reçoit des eaux du Grenet, cours d'eau à 350 mètres au nord du lac, qui appartient lui au bassin versant du Rhin. Ce détournement réalisé en 1875 avait pour but d'assurer l'apprivoisement du lac (28% en 2008[2]), alors réservoir d'eau industrielle et source d'énergie motrice. Avant ces travaux, seul le ruissellement et des infiltrations sous-lacustres alimentait le lac de Bret. Le Forestay, dont le cours se jette dans le Léman, était alors son émissaire.

Le niveau du lac peut considérablement varié, le Mont Chesau en arrière plan.

Sa longueur est d'environ 1,5 km pour une largeur de 400 m, ses rives ont une longueur de 4,1 km ; sa profondeur est de 20 m[3]. Son volume total s'élève à 5 millions de m³. Il alimente la région de Lavaux et la ville de Lausanne en eau potable avec environ 5 millions de m³ par année[4]. Selon le débit de l'eau pour l'usine de traitement, il arrive que le niveau du lac diminue de plusieurs mètres, la prise d'eau se trouve toutefois à 11 mètres de profondeur et un niveau minimal est garanti. Il n'est pas rare qu'en hiver sa surface soit totalement gelée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la fin du XIXe siècle, le lac ressemblait davantage à un marais avec un bassin limité (2,5 km²) et un faible brassage des eaux.

En 1871, la Compagnie du chemin de fer Lausanne-Ouchy commença à utiliser les eaux du lac comme moyen mécanique pour déplacer un funiculaire en ville de Lausanne. Le surplus était distribué dans la ville. Quatre ans plus tard, une retenue et une conduite furent construites pour dévier le cours d'un ruisseau le Grenet de Forel (Lavaux) alors distant de 900 m. Cette mesure permit d'augmenter le bassin d'alimentation du lac et de le multiplier par dix pour atteindre environ 21 km². Une digue sur la rive sud du lac fut également construite afin d'augmenter son volume, coupant son émissaire. En 1957, la gestion des eaux fut transférée au Service des eaux de la ville de Lausanne[4].

Écologie[modifier | modifier le code]

Le lac de Bret est eutrophe, c’est-à-dire qu'il contient une grande quantité de nutriments avec un manque d'oxygénation [5]. La faible profondeur du lac accentue ce phénomène.

Pour quantifier l'état du lac, certains hydrobiologistes se sont basés sur la présence d'une espèce de vers. En 1998, on comptait 1000 individus par m² au fond du lac (contre 20 000 dans le lac de Morat qui souffre également d'une abondance de substances nutritives). L'activité agricole sur les communes environnantes n'y est pas étrangère[6]. Une baisse de phosphore fut toutefois constatée par rapport aux années précédentes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1](consulté le 12 janvier 2016)
  2. Brigitte LODS-CROZET, Michaël DE LA HARPE, Olivier REYMOND et Andrés STRAWCZYNSKI, « Evaluation de la qualité chimique et biologique d’un petit lac du Plateau suisse (lac de Bret, canton de Vaud) », Bulletin Société vaudoise des Sciences naturelles, no 91.4,‎ , p. 363-387 (lire en ligne [PDF])
  3. Lac de Bret, sur le site la ville de Lausanne, consulté le 10 juin 2009.
  4. a et b (en) http://www.unil.ch/webdav/site/igul/shared/Memoires-IGUL/610_Bochatay_memoire.pdf
  5. Document sans titre
  6. http://www.dse.vd.ch/eaux/eaux/qualite/evolution/rapport.htm#morat

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]