La Télévision

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Télévision.

La Télévision
Auteur Jean-Philippe Toussaint
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman
Éditeur Éditions de Minuit
Date de parution
Nombre de pages 272
ISBN 9782707315823

La Télévision est un roman de Jean-Philippe Toussaint paru le aux éditions de Minuit et ayant reçu le prix Victor-Rossel la même année[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Pour écrire son essai sur Titien – en partant de la rencontre du maître avec Charles Quint –, un auteur en résidence à Berlin décide après l'arrivée d'une étape du Tour de France de débrancher définitivement sa télévision pour se concentrer sur ses recherches. Volontiers perdu dans ses rêveries et ses réflexions, prompt à déambuler dans les rues et les parcs de la capitale allemande, facilement distrait par les recommandations faites par ses voisins, celui-ci met en œuvre toutes sortes de stratégies dilatoires et éprouvera une certaine difficulté à mener à bien sa tâche, constatant qu'en réalité :

« dans la perspective-même d'écrire, ne pas écrire est au moins aussi important qu'écrire[2]. »

Réception critique[modifier | modifier le code]

Livre particulièrement bien reçu par la presse au moment de sa parution[3], il est associé à la veine comique – avec une « perfection [de] l'équilibre entre cocasserie et esprit de sérieux » – de l'auteur dans la lignée de deux de ses précédents romans que sont La Salle de bain (1985) et L'Appareil-photo (1988). Particulièrement enthousiaste, Jean-Claude Lebrun dans L'Humanité souligne que « le burlesque et l'absurde fonctionnent comme de puissants leviers de sens » aboutissant à « une véritable profondeur, qui font de ce livre un petit joyau de plaisir et de stimulation intellectuelle[4] » quand Michel Crépu dans La Croix, rejoignant cette analyse quant à cette « irrésistible pochade », ajoute cependant que le prétexte de l'auteur à l'étude de l'objet télévisuel, l'« objet unique », n'est autre qu'un « autoportrait » de son auteur « cumul[ant] ici [...] un art de peindre la réalité du dehors et celle du dedans, à l'exact endroit de leur secrète jointure[5] ».

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ex-æquo avec Antigone d'Henry Bauchau paru chez Actes Sud.
  2. Jean-Philippe Toussaint :"Pour que le livre se dénoue, il faut l'urgence et la patience" dans l'émission À voix nue de Sandrine Treiner sur France Culture le 16 septembre 2014.
  3. Recensions de presse sur le site des éditions de Minuit.
  4. Jean-Philippe Toussaint en janséniste rigolard, Jean-Claude Lebrun dans L'Humanité du 14 février 1997.
  5. Jean-Philippe Toussaint, exercice de la solitude par Michel Crépu dans La Croix du 2 février 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]