La Rambla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rambla.
La Rambla
Image illustrative de l'article La Rambla
Vue aérienne de La Rambla.
Situation
Coordonnées 41° 22′ 53″ nord, 2° 10′ 29″ est
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Région Catalogne Catalogne
Ville Barcelone
Quartier(s) Quartier gothique
El Raval
Port Vell
Tenant Place de Catalogne
Aboutissant Port Vell
Morphologie
Type Avenue
Fonction(s) urbaine(s) Circulation, promenade
Longueur 1 200 m
Largeur 35 m

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
La Rambla

Géolocalisation sur la carte : Barcelone

(Voir situation sur carte : Barcelone)
La Rambla

La Rambla ou les Ramblas est une avenue emblématique de Barcelone qui relie la place de Catalogne, centre névralgique de la ville, au Port Vell où se dresse la colonne de Christophe Colomb.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le mot catalan Rambla est dérivé du mot arabe signifiant « sable »[1], ce qui pourrait suggérer qu'il date de la prise de Barcelone de 985.

La Rambla reçoit plusieurs noms selon le tronçon considéré. Du nord au sud, les noms sont les suivants :

  • la Rambla de Canaletes, avec la fontaine de Canaletes, est installée là depuis très longtemps. Selon la tradition, le visiteur qui boit son eau reviendra voir Barcelone.
  • la Rambla des Études, nommée ainsi à cause de la présence de l'université (édifice XVe siècle). Les bâtiments sont convertis en caserne par Philippe V, avant d'être détruits en 1843 ;
  • la Rambla de Saint-Joseph, à cause de l'ancien couvent de Saint-Joseph (ou Rambla des Fleurs), l'unique lieu de la ville de vente de fleurs au XIXe siècle. L'activité est maintenue avec la vente d'oiseaux ;
  • la Rambla des Capucins (ou Rambla du Centre), nommée ainsi à cause de l'ancien couvent des Capucins ;
  • la Rambla de Sainte-Monique, donnant sur le port et où se trouve la paroisse qui lui donne son nom.

Ce sont ces différents tronçons qui donnent le nom au pluriel : les Ramblas.

Localisation[modifier | modifier le code]

Les Ramblas.

La Rambla permet de traverser la vieille ville de Barcelone. Elle sépare El Raval (à l'ouest) du quartier gothique (à l'est). Les deux quartiers sont parmi les plus animés de la ville.

La Rambla se prolonge vers la mer dans le vieux port par la Ramble de Mer (Rambla de Mar), une promenade sur une passerelle de bois servant à relier le quai d'Espagne. La rambla se prolonge également vers la terre, au-delà de la place de Catalogne par la Rambla de Catalogne.

La Rambla s'ouvre sur la porte de la Paix, elle-même ouverte sur le Port Vell où est construit le monument à Christophe Colomb emblématique de la ville. Le musée maritime est construit dans les anciens chantiers navals royaux où étaient construits les navires permettant de relier Barcelone aux possessions de la couronne sur la mer Méditerranée. Le Port Vell est en lui-même un quartier qui offre nombre de boutiques, de restaurants, de cinémas et un important aquarium sous-marin.

Description[modifier | modifier le code]

Voie piétonne centrale de la Rambla.
La Rambla.

L'avenue se compose d'une voie piétonne centrale bordée par deux voies carrossables de sens inverses. L'ensemble mesure en moyenne 35 m de large sur 1,2 km de long.

La promenade est particulièrement fréquentée, aussi bien le jour que la nuit. Elle est jalonnée de petits kiosques de presse, de marchands de fleurs, d'oiseaux et d'animaux, de bars et restaurants, de mimes, de commerces et de vendeurs ambulants, le plus souvent d'origine indo-pakistanaise[2]. On y trouve plusieurs immeubles d'intérêt comme le palais de la vice-reine, le marché couvert de la Boqueria, l'ancienne maison Figueres et célèbre théâtre du Liceu qui sert d'opéra à la ville. Au bout de la Rambla, le grand magasin El Corte Inglés. Les rues avoisinantes sont représentatives du quartier telles que la rue Ferran et la plaça Reial. Un peu plus loin se trouve la place Sant Jaume, cœur politique de la ville. La Rambla compte un grand nombre de cafés et de restaurants. C'est le lieu de réunion le dimanche de collectionneurs de timbres et de monnaies et un des principaux lieux touristiques de la ville. Autrefois promenade populaire et bourgeoise, le tourisme de masse (notamment depuis les Jeux olympiques d'été de 1992) lui a fait perdre son caractère authentique, et n'est presque plus fréquentée par les habitants[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Barcelonne vers 1700, montrant La Rambla descendant le centre et flanqué par le vieux mur de la vieille ville côté droite (en descendant)

La Rambla est construite sur le lit de l'ancien ruisseau, connu en 1850 sous le terme de riera d'en Malla[4],[5]. Des murailles et plusieurs couvents furent construits le long de ce ruisseau[6], qui fut dévié en plusieurs étapes[7] (d'où le nom « rambla », qui renvoie au « sable » de cette rivière)[3]. Le ruisseau ne coule plus depuis la fermeture de la Rambla par les murailles[8].

Le terme de Rambla est présent par exemple sur un plan du Siège de Barcelone (1697)/Siège de Barcelone (1713-1714), entre l'ancienne ville et la ville nouvelle, à l'extérieur des murailles de la ville ancienne[9].

En 1704, les murailles furent remplacées par des maisons autour du marché de la Boqueria[6]. Au XVIII° siècle déjà la place de La Rambla est un lieu de rassemblement les soirées d'été[10].

En 1820, La Rambla fait l'objet d'une peinture au pla de la Boqueria
La Rambla en 1899, à hauteur de la place de la Boqera
La Rambla en 1905

En 1805, le passeo de la Rambla est mentionné dans un carnet de voyage d'Europe[11]. En 1820, La Rambla fait l'objet d'une peinture au pla de la boucherie par le peintre français Joseph-Bernard Flaugier. En 1828, la Rambla reste dans la promenade autour de la ville conseillée par le guide du voyageur[12].

La majeure partie des couvents disparut lors des incendies volontaires de 1835. La ville fut aussi bombardée en 1840/1842[13]. Sur l'espace libéré, des édifices actuels ont été construits, tels que le Liceu. Les platanes ont été plantés à partir de 1859, mais dès 1702 il y a eu des arbres à la Rambla. Au début il y avait 280 peupliers, remplacés plus tard par des ormes. Remplacés à nouveau en 1832 par des acacias pour finalement avoir les platanes déjà mentionnés.[14].

La fontaine de Canaletes fut inaugurée en 1860, mais en 1862, les deux rues perpendiculaires (rue de la Boqueria, et rue de l’Hôpital) furent inondées[15].

La vente de fleurs traditionnelle a commencé au milieu du XIXe siècle.

Au XIX° siècle, l'écrivain Edmondo De Amicis écrit « Une rue droite et très large, appelée la Rambla, ombragée par deux rangées d'arbres, coupe presque la ville en deux moitiés, du port à l'autre extrémité. »[16].

En 1837, l'écrivain Stendhal écrit dans ses Mémoires d'un touriste : « La Rambla m'a charmé »[3].

En 1976, le Pla de la Boqueria est décorée par Joan Miró d'une mosaïque en céramique réalisée en même temps que Dona i ocell, toutes deux sur commande de la ville.

En 1976, la Mosaic del Pla de l'Os, ou Paviment Miró, une œuvre réalisée par Joan Miró est située sur La Rambla de Barcelone.

Le , la Rambla est le théâtre d'un attentat à la voiture bélier losqu'un véhicule de type fourgonnette entre dans cette allée piétonne et fauche des passants tuant et blessant de nombreuses personnes[17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Riba Arderiu et Colombo i Piñol 2009, p.52, note 29.
  2. « Barcelone : Une confusion des genres ? », AgoraVox,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c Mathieu de Taillac, « Las Ramblas - Le "paseo" où il faisait bon voir et être vu », Le Figaro, mardi 6 août 2013, page 11.
  4. https://books.google.fr/books?id=Aoe7LjvbiwgC
  5. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5679956n/f141.image
  6. a et b Histoire de la Rambla, sur le site de la mairie de Barcelone.
  7. Riba Arderiu et Colombo i Piñol 2009, p.52-54.
  8. https://books.google.fr/books?id=Aoe7LjvbiwgC
  9. Plan de Barcelone : et des attaques fait par l'armée du Roy commandée par M. le Maréchal de Berwick le 7 juillet 1714 et rendu à discrétion le 12 septembre de la mesme année / Par le S[ieu]r Dubuisson, Ingén[ieu]r, 1697-1714 (lire en ligne)
  10. Giuseppe (1719-1789) Baretti, Voyage de Londres à Gênes. Tome 4 / . Passant par l'Angleterre, le Portugal, l'Espagne et la France . Par Joseph Baretti,... Traduit de l'anglois sur la 3e édition..., M. M. Rey, (lire en ligne)
  11. Heinrich August Ottokar (1751-1828) Auteur du texte Reichard, Guide des voyageurs en Europe, par Reichard,... 3e édition..., au Bureau de l'Industrie, (lire en ligne)
  12. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k432316m/f580.image
  13. Étienne (1788-1856) Cabet, Bombardement de Barcelone, ou voilà les Bastilles ! : histoire de l'insurrection et du bombardement, documents historiques, opinion des journaux espagnols, anglais et français, appréciation des faits / par M. Cabet,..., au bureau du "Populaire", (lire en ligne)
  14. Pepi Bauló, « Les fleuristes de la Rambla: une tradition florissante », Barcelonina,‎ (lire en ligne)
  15. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k479560k/f3.item
  16. Charles de (1829-1899) Varigny, Nouvelle géographie moderne des cinq parties du monde. II. Europe : Europe méridionale, Europe occidentale / par C. de Varigny, E. Girard et A. Boitte, (lire en ligne)
  17. Un véhicule fonce sur la foule à Barcelone, plusieurs blessés, Le Monde, 17 août 2017.
  18. Atentado en La Rambla de Barcelona, El País, 17 août 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ca) Oriol Riba Arderiu et Ferran Colombo i Piñol, Barcelona : la Ciutat Vella i el Poblenou, Institut d'Estudis Catalans, , 278 p. (ISBN 9788492583393, lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]