La Peur de la liberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Peur de la liberté
Auteur Erich Fromm
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Essai
Éditeur Farrar & Rinehart (en)
Date de parution 1941
Type de média Livre
Nombre de pages 257
ISBN 0-7448-0014-5

La Peur de la liberté, (titre original : Escape from Freedom, également connu sous le nom de The Fear of Freedom), est un essai écrit par Erich Fromm publié pour la première fois en 1941[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Erich Fromm analyse les origines psychanalytiques du totalitarisme et son recours aux moyens de fuite de la liberté que sont l'autoritarisme, la destructivité et le conformisme[1].

Entre autres, l'auteur définit les bases psychologiques de ce qui deviendra plusieurs décennies après, le Syndrome de Stockholm. Il décrit la vénération de l'enfant envers un père despotique et autoritaire ainsi que son identification avec lui, comme un moyen d’échapper à l'angoisse que lui provoquerait la confrontation ainsi que pour éviter le sentiment de culpabilité que lui procurerait du fait de le haïr. Il décrit ce même phénomène dans la relation que le citoyen d'un régime despotique entretient avec le dictateur. L'amour ou la vénération deviennent ainsi des palliatifs qui résolvent "magiquement" toute la complexité conflictuelle de la situation. Ce même type de relation a été constaté chez certains "collabos" envers les forces d'occupation pendant la guerre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La peur de la liberté », sur laprocure.com (consulté le 3 août 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]