La Noblesse d'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps
La Noblesse d'État - Pierre Bourdieu.jpg
Page de couverture.
Partie de
Langue
Auteur
Genre
Date de parution
Pays
Éditeur

La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps est un livre du sociologue français Pierre Bourdieu paru en 1989.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est le résultat d'une enquête sociologique d'ampleur portant sur la sociologie des Grandes écoles françaises[1]. Son enquête est permise par la collecte de statistiques issues de questionnaires distribués dans les Grandes écoles étudiées et de données obtenues de manière non révélée[2].

Pierre Bourdieu égalise le statut social des diplômés de ces Grandes écoles, qui travaillent ensuite au service de l’État comme hautes fonctionnaires, à celui de la noblesse française d'Ancien Régime. Il les qualifie par conséquent de « noblesse d’État »[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Expression de noblesse d’État[modifier | modifier le code]

L'expression de « noblesse d’État » acquiert une certaine notoriété à la suite de la publication du livre. Elle est notamment réutilisée pour décrire certains des présidents de la République ultérieurs[4]. Et elle est utilisée dans des études sociologiques relatives à la gouvernance de certains pays (dont par exemple la Turquie et la Chine)[5],[6].

Critiques subséquentes[modifier | modifier le code]

Fin 2021, Vincent Jauvert, dans son ouvrage « La Mafia d’Etat » (Le Seuil, novembre 2021)[7],[8] reprend le concept de noblesse d’État et observe, en citant de nombreux exemples, comment subsiste et s'auto-entretient et évolue la caste constitués d'au moins une centaine de très hauts-fonctionnaire devenus acteurs majeurs et incontournables des très grandes entreprises publiques et privées : de hauts fonctionnaires (énarques, inspecteurs des finances, polytechniciens et membres d'autres Grand corps de l'État) se cooptant dans les conseils d'administration d'une grande partie des très grands groupes privés, d'anciennes entreprises d’État privatisées, pantouflant et occupant des postes clés (parmi les plus "hauts" et les plus lucratifs) au sein de l'Etat et également en politique parfois[9].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Bourdieu, La Noblesse d'État: Grandes écoles et esprit de corps, Minuit, (ISBN 978-2-7073-3815-0, lire en ligne)
  2. Encyclopaedia Universalis, La Noblesse d'État de Pierre Bourdieu: Les Fiches de lecture d'Universalis, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 978-2-85229-710-4, lire en ligne)
  3. « La noblesse d'Etat : grandes écoles et esprit de corps », sur France Culture (consulté le )
  4. Éric Maigret, L'Hyperprésident, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-24374-6, lire en ligne)
  5. Corine Eyraud, L'entreprise d'Etat chinoise : de "l'institution sociale totale" vers l'entité économique?, L'Harmattan, (ISBN 978-2-7384-8264-8, lire en ligne)
  6. Didier Lancien et Monique de Saint-Martin, Anciennes et nouvelles aristocraties de 1880 à nos jours., Les Editions de la MSH, (ISBN 978-2-7351-1371-2, lire en ligne)
  7. « Pour une critique non poujadiste de la haute fonction publique », sur LExpress.fr, (consulté le )
  8. « Le dossier de L'Express - Hauts fonctionnaires et petits arrangements », sur LExpress.fr, (consulté le )
  9. Denis Robert, « Un journaliste (Vincent Jauvert) brise l'omerta sur la mafia d'État en France ; BLAST, Le souffle de l'info », (consulté le )