Patrick Eveno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Patrick Eveno
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Histoire des médias (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Patrick Eveno, né en 1947, est un universitaire français, spécialiste de l’histoire des médias.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est professeur agrégé au lycée Jean Renoir de Bondy jusqu’en 1990, puis à l’Université Paris X-Nanterre. Docteur en histoire en 1996, il devient maître de conférences puis professeur des universités en histoire contemporaine à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne et membre du laboratoire IDHE[1]. Il enseigne l’histoire des médias en licence et dans les Masters recherche « Histoire et audiovisuel »[2] et « Histoire des sociétés occidentales contemporaines »[3]. Il dirige le Master professionnel « Communication du savoir, technologies de la connaissance et management de l’information »[4]. Patrick Eveno enseigne également à l'École supérieure de journalisme de Lille et à l'Institut pratique du journalisme à Paris.
Il a dirigé le sous-pôle « concentration, pluralisme et développement » des Etats généraux de la presse écrite[5] où il a plaidé pour la création d'un observatoire du pluralisme et de la transparence dans les médias[6]. Il a également participé à la Commission de réforme des aides à la presse[7].Très actif dans la réflexion sur l’information et le journalisme, il est membre de l’Association de préfiguration d’un Conseil de presse[8] et de l’Observatoire de la Déontologie de l’Information[9] dont il est le président depuis février 2014. Le deuxième rapport de l'ODI, "L'Information sous pressions" a été présenté le 17 octobre 2014 aux Assises Internationales du journalisme. http://www.odi.media/wp-content/uploads/2014/09/Rapport-ODI-2014-17-octobre-2014.pdf

En janvier 2013, il a été nommé par Aurélie Filippetti à la Commission de réflexion sur la réforme des aides à la presse[10].
Il est le frère de Bertrand Eveno, qui fut PDG de l'AFP de 2000 à 2005.

Patrick Eveno a été rédacteur en chef de la revue semestrielle Le Temps des médias et secrétaire général de la Société pour l'histoire des médias de 2000 à 2007. Pour lui, le fait que la concentration dans les médias soit insuffisante est "la cause principale de leur faiblesse"[11].

Patrick Eveno était ami avec l'universitaire Jacques Marseille, dont il a partagé le bureau à la Sorbonne pendant douze ans[12]. Tous deux ont été des promoteurs du "Prix Crédit Lyonnais pour l’histoire d’entreprise", qui récompensait des thèses ou des manuscrits ayant pour objet l'histoire des entreprises ou des branches d'activité françaises à l'époque contemporaine[13] Patrick Eveno avait été lui-même le lauréat de ce prix en 1996.

Analyses[modifier | modifier le code]

Il considère que les syndicats de journalistes, comme le Syndicat du livre CGT, « pensent à leurs intérêts corporatifs » et analysant les rigidités du syndicat face aux mutations de la presse évoque une « attitude suicidaire »[14].

Dans un entretien au site d'information Atlantico, Patrick Eveno a estimé que les sévices sexuel vis-à-vis des mineurs « intéressent beaucoup parce que ça fait partie de l’imaginaire, du fantasme, du mythe. Cela fait référence à l’humanité totale depuis l’époque mythique jusqu’à nos jours où c’est toujours un fantasme lié à la société actuelle »[15]. Dans un article du Pèlerin, du 12 mai 2011, "Les faits divers : fascination ou répulsion ?", il dit aussi: « Les faits divers concernent l'homme dans toute sa complexité et dévoilent le caractère extrême de son comportement. Ils sont très médiatisés parce qu'ils répondent à une demande forte du public. En même temps, ils ont besoin de cette médiatisation pour exister. »[16]

Lors de la polémique sur les conflits d'intérêt découlant de la liaison entre Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg, il estime que c'était le « reflet d'un monde médiatique qui se pose des questions qui n'en sont pas, qui se torture »[17]. Il a également pris position lors du débat sur les conflits d'intérêt liés aux rachats successifs des quotidiens économiques La Tribune et Les Échos par LVMH, en estimant que la vente de La Tribune en quasi-faillite pour racheter Les Échos n'avait rien de choquant économiquement, mais, dans un article du quotidien Les Échos le 27 juin 2007, "Presse d'influence ou presse d'information", il s'est opposé vivement au rachat du journal par LVMH[18].

Dans un article du quotidien Les Échos le 14 mars 2011, il souligne que « l'information n'a jamais été rentable. Avant-guerre, de nombreux journaux, comme « Le Petit Parisien » ou « Paris Soir » faisaient ainsi du marketing, des spectacles, des loteries ou des tombolas, et c'est ce qu'ils avaient autour de l'information qui les faisait vivre. C'est encore plus vrai aujourd'hui à l'heure d'Internet. »[19]

Lors des États généraux de la presse écrite organisés par Nicolas Sarkozy à l'automne 2008, il a été désigné président du pôle « concentration, pluralisme et développement »[20]. Dans Le Monde du 14 novembre 2008, il a considéré que le Forum permanent des sociétés de journalistes avait tort de ne pas participer à ces États-Généraux de la presse [21].

Patrick Eveno s'est exprimé en faveur de la loi de janvier 2010 sur la protection des sources d'information des journalistes, dite "Loi Dati" car votée à l'initiative de la ministre de la Justice Rachida Dati, en estimant qu'elle apportait « un progrès, même si elle n'est pas parfaite », dans une interview à l'AFP du 17 juillet 2008[22].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cent ans à travers les unes de la presse, Larousse, 2017
  • Guerre et médias, de la Grande Guerre à nos jours, CLEMI, 2014.
  • Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révolution numérique, Paris, Flammarion, 2012.
  • Les coulisses de l’histoire, études sur la protection sociale de la presse et du spectacle, des institutions et des hommes, Tome II, sous la direction de Patrick Bézier, Patrick Eveno et Pascale Goetschel, Jacob Duvernet, 2012.
  • La presse, Paris, PUF, coll. "Que sais-je ?", 2010.
  • Ils ont fait la presse, L’histoire des journaux en France en 40 portraits, avec Yves Agnès, Paris, Vuibert, 2010.
  • J’accuse et autres grands articles, anthologie du journalisme français, Paris, Le Monde-Flammarion, 2010.
  • La culture audiovisuelle en France, les années 1960-1980, Paris, L’Harmattan, 2010.
  • Les Grands articles qui ont fait l'histoire, Paris, Flammarion, 2010.
  • Culture et médias sous l'Occupation, Des entreprises dans la France de Vichy, sous la direction d'Agnès Callu, Patrick Eveno et Hervé Joly, Éditions du CTHS, 2009.
  • Les coulisses de l’histoire, études sur la protection sociale de la presse et du spectacle, Tome I, sous la direction de Patrick Bézier, Patrick Eveno et Pascale Goetschel, Jacob Duvernet, 2009.
  • Les médias sont-ils sous influence?, Paris, Larousse, 2008.
  • La presse quotidienne nationale. Fin de partie ou renouveau ?, Paris, Vuibert, 2008.
  • Histoire du journal Le Monde 1944-2004, Paris, Albin Michel, 2004.
  • L’argent de la presse française, des années 1820 à nos jours, Editions du CTHS, 2003.
  • Le journal Le Monde. Une histoire d'indépendance, Paris, Éditions Odile Jacob, 2001.
  • L'Algérie dans la tourmente, Bruxelles, Marabout, 1997.
  • Croissance et crise, cinquante ans d'histoire économique, en collaboration avec François Renard, Paris, Le Monde Editions, 1997.
  • Le Monde, histoire d’une entreprise de presse, 1944-1995, Paris, Le Monde Editions, 1996.
  • L’Histoire au jour le jour, 1944-1996, sous la direction de Daniel Junqua, Marc Lazar, Philippe Buton et Patrick Eveno, Paris, Le Monde Editions, 1996.
  • La Ve République, en collaboration avec Jean-Louis Andréani, Paris, Le Monde Editions, 1995.
  • La Deuxième Guerre mondiale, récits et mémoire, Patrick Eveno, Jean Planchais et Laurent Greilsamer, Paris, Le Monde Editions, 1994.
  • L'Algérie, Bruxelles, Marabout, 1994.
  • L'Europe de Yalta à Maastricht, en collaboration avec Pierre Servent, Paris, Le Monde Editions, 1993.
  • La Guerre d'Algérie, documents et témoignages, en collaboration avec Jean Planchais, Paris, La Découverte, 1989.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IDHE
  2. Master recherche « Histoire et audiovisuel »
  3. Master recherche « Histoire des sociétés occidentales contemporaines »
  4. Master professionnel « Communication du savoir, technologies de la connaissance et management de l’information » [1]
  5. Etats généraux de la presse écrite
  6. Proposition de loi visant à réguler la concentration dans le secteur des médias [2]
  7. Aides à la presse écrite
  8. Association de préfiguration d’un Conseil de presse
  9. Observatoire de la Déontologie de l’Information [3] http://www.odi.media/« Observatoire de la Déontologie de l'Information », sur http://www.odi.media/
  10. "Aides à la presse : le groupe de travail rendra ses conclusions en Avril" sur le site du Syndicat national des dépositaires de presse [4]
  11. Atelier débat du Club de la presse du Nord-Pas-de-Calais, après la publication du livre de Patrick Eveno sur Le Monde
  12. Hommage à Jacques Marseille, par Patrick Eveno
  13. Site officiel de la SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’HISTOIRE DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES [5]
  14. Confrontée aux mutations de la presse, la fédération CGT du Livre est divisée entre "rénovateurs" et "orthodoxes", Xavier Ternisien, lemonde.fr, 16 janvier 2010
  15. "Sensationnalisme et faits divers : les médias faisaient bien pire avant !", par Patrick Eveno, dans Atlantico du 24 novembre 2011 [6]
  16. "Les faits divers : fascination ou répulsion ?", dans Le Pèlerin du 12 mai 2011 [7]
  17. "Audrey Pulvar : l'impertinence contre l'industrie médiatique", dans le Nouvel Observateur du 14 décembre 2010 [8]
  18. "Presse d'influence ou presse d'information ?", par Patrick Eveno, dans Les Échos du 27 juin 2007 [9]
  19. "L'information n'a jamais été rentable", dans Les Échos du 14 mars 2011 [10]
  20. Site de l'Institut national de l'audiovisuel
  21. "Occasion manquée, hélas !", par Patrick Eveno, dans Le Monde du 14 novembre 2008 [11]
  22. "La loi Dati représente un progrès" AFP, 17 juillet 2008 [12]

Liens externes[modifier | modifier le code]