La Coupe à dix francs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Coupe à dix francs est un film français réalisé par Philippe Condroyer et sorti en 1974.

Synopsis[modifier | modifier le code]

De jeunes ouvriers d'une fabrique de province doivent se faire couper les cheveux s'ils ne veulent pas être licenciés. Certains, comme André, refusent d'obéir et essaient de se défendre en recourant à un syndicaliste. Mais, en vain… Esseulé et démuni, André dissimule ses problèmes à sa famille. Parallèlement, il vit une histoire sentimentale avec une fille de la région. Un jour, pourtant, le père d'André finit par connaître la situation et exige, à son tour, que son fils aille chez le coiffeur. André acquiesce. Gravement et intimement blessé, pourtant, il se réfugie dans le silence avant de s'immoler par le feu devant l'usine.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Didier Sauvegrain : André
  • Roseline Villaumé : Léone
  • Alain Noël : un copain d'André
  • Jean-Pierre Frescaline : un autre copain d'André
  • Marius Balbinot : le père d'André
  • Jean-François Dupas : le contremaître

et la présence de Dominique Lavanant

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La Coupe à dix francs de Philippe Condroyer est « l'exemple d'un film non commercial, interprété par de jeunes inconnus (en premier lieu, le formidable Didier Sauvegrain), se faisant l'écho d'une réalité contemporaine à travers une attention brûlante à un fait singulier. »[1] Le réalisateur écrivit son scénario à partir d'un évènement relaté par Le Nouvel Observateur.
  • Malgré un accueil favorable à la Quinzaine des réalisateurs en 1974, le film eut une sortie extrêmement discrète sur les écrans parisiens. Vendu puis revendu aux enchères, La Coupe à dix francs échappa à son réalisateur. Lors des Rencontres cinématographiques de la Seine-Saint-Denis, en novembre 2012, à la suite d'un long travail de recherche de copie, le film a pu, à nouveau, être projeté.
  • Florence Maillard[2] considère qu'il s'agit d'une œuvre importante du cinéma français des années 1970. Bien que le film ne soit guère nuancé lorsqu'il décrit des personnages puissants, il offre, en revanche, une ligne narrative pure et une écriture d'une concision absolue, affirme-t-elle. « Dépouillé dans sa forme, presque ascétique, La Coupe à dix francs n'en fait pas moins vibrer chaque plan par la beauté des cadres, une lumière de campagne pluvieuse, le retour de certains motifs (une route, un autocar) ou la grâce des interprètes. »[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Florence Maillard in : Cahiers du cinéma, n° 685, janvier 2013.
  2. article cité, in : Cahiers du cinéma.
  3. F. Maillard in : Cahiers du cinéma, art. cité.

Liens externes[modifier | modifier le code]