La Chambre noire de Longwood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 4 mars 2020 à 16:51 et modifiée en dernier par LPLT (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

La Chambre noire de Longwood
Image illustrative de l’article La Chambre noire de Longwood
Longwood House en 2008

Auteur Jean-Paul Kauffmann
Pays France
Genre Récit
Éditeur La Table ronde
Collection La Petite Vermillon
Date de parution
Nombre de pages 351
ISBN 2-7103-0772-3

La Chambre noire de Longwood, sous-titré Le Voyage à Sainte-Hélène, est un récit de Jean-Paul Kauffmann publié le aux éditions de la Table ronde. L'année de sa parution le roman reçoit le prix Roger-Nimier, le prix Joseph-Kessel et le grand prix RTL-Lire.

Résumé

Le récit romancé s'attache à décrire l'exil et la rétention de Napoléon Ier à Longwood House – maison battue par les vents, humide et moisie, attaquée par les termites et les rats – sur l'île de Sainte-Hélène et ses six dernières années de vie durant lesquelles l'empereur, nostalgique et ressassant, a été empoisonné par la... mélancolie.

L'auteur, sur les pas de l'illustre prisonnier, fait en 1993 le voyage à Saint-Hélène[1] où il réside neuf jours, rencontre l'administrateur des Domaines français de Sainte-Hélène (Michel Martineau et son père Gilbert Martineau), visite les principaux lieux fréquentés par Napoléon – réfléchit longuement sur la bataille d'Eylau ainsi que sa représentation, Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau (1807), par Antoine-Jean Gros –, et y trouve, en creux, un écho personnel à ses trois ans de détention comme otage au Liban.

Réception critique

Le critique littéraire de L'Humanité considère que ce « maître livre [...] est inestimable en ce qu'il jouxte la fiction, sans jamais renoncer au sérieux de rigueur en matière historique » et que son auteur « nous épate par la finesse de son intuition » quant à la « mélancolie historique » qui aurait été la cause première de la mort l'Empereur, concluant que ce récit « renouvelle, sinon invente, un genre littéraire infiniment libre et ouvert[2] ». Jean-Pierre Perrin pour Libération y voit « un livre sur le temps et la captivité » et s'attache surtout à souligner l'« impression que derrière un captif s'en cache un second au point que le récit ressemble parfois à un palimpseste » en qualifiant Jean-Paul Kauffmann de « pudique, sans jamais faire de référence directe à son ancienne condition [d'otage] »[3]. Olivier Barrot, dans son émission Un livre, un jour, remarque quant à lui le « goût des confins » de l'écrivain et l'« inspiration magistrale » qu'il confère à son livre[4].

Éditions

Notes et références

  1. Jean-Paul Kauffmann, Outre-Terre, éditions Gallimard, coll. « Folio » (no 6263), (ISBN 978-2-07-270142-9), p. 113.
  2. J.-P. L., « Sainte Hélène priez pour lui », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  3. Jean-Pierre Perrin, « Le reclus », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. Jean Paul Kauffmann : La Chambre noire de Longwood par Olivier Barrot pour Un livre, un jour sur France 3 le 20 janvier 1997 (consultable sur le site de l'INA).