Lídia Jorge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lídia Jorge
Lídia Jorge escritora portuguesa 2.jpg
Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Lídia Guerreiro Jorge
Nationalité
Portugaise
Formation
Activité
Écrivaine
Conjoint
Carlos Albino Guerreiro
Autres informations
Site web
Distinctions

Lídia Jorge (Loulé, Boliqueime, 18 juin 1946) est une écrivaine portugaise de la période post-révolutionnaire, auteur de romans, nouvelles, essais, poésie et chroniques.

Vie[modifier | modifier le code]

Lídia Jorge est née en Algarve, à Boliqueime, municipalité de Loulé, dans une famille d'agriculteurs et d'émigrants.

Elle est diplômé en Philologie Romane de la Faculté des Lettres de l'Université de Lisbonne, grâce à d'une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian. Plus tard, elle a été professeur dans l’enseignement secondaire. C'est en tant que telle qu'elle passe quelques années décisives en Angola et au Mozambique, pendant la dernière période de la Guerre Coloniale, ensuite l'essentiel de sa carrière d'enseignant se déroula au Portugal. Elle a également été professeure associée à la Faculté des Arts de l'Université de Lisbonne entre 1995 et 1999. Elle a été membre de la Haute Autorité pour la Communication Sociale et membre du Conseil Général de l'Université d'Algarve[1].

Oeuvre[modifier | modifier le code]

Son premier roman, O Dia dos Prodígios (Le Journée des Prodiges - 1980)[2], fut un événement dans une période où une nouvelle phase s’ouvrait dans la littérature portugaise et l'auteure devint immédiatement l'un des noms les plus cités dans le domaine littéraire.

Viennent ensuite O Cais das Merendas (1982) et Notícia da Cidade Silvestre (La Forêt dans le Fleuve - 1984), tous deux distingués par le Prix Littéraire de la Ville de Lisbonne, dont le premier en 1983, ex-aequo avec le Memorial do Convento (Le Dieu Manchot) de José Saramago.

La parution de Notícia da Cidade Silvestre (1984) confirme la valeur de l'œuvre de Lídia Jorge. Mais c'est avec A Costa dos Murmúrios (Le Rivage des Murmures - 1988)[3], un livre qui reflète son expérience passée en Afrique coloniale, que l'auteur confirme sa place prépondérante dans le panorama de la littérature portugaise. S’en sont suivis A Última Dona (La Dernière Femme - 1992) et O Jardim sem Limites (Le Jardin sans Limites - 1994), O Vale da Paixão (La Couverture du Soldat -1998)[4]. Lídia Jorge a également publié O Vento Assobiando nas Gruas (Le Vent qui siffle dans les grues - 2002)[5]. Combateremos a Sombra (Nous Combattrons l’Ombre)[6] publié au Portugal en 2007, a reçu en France le Prix Michel Brisset 2008, décerné par l'Association des Psychiatres français. Avec le sceau de Editora Sextante, elle a publié en 2009, le livre d'essais Contrato Sentimental, une réflexion critique sur l'avenir du Portugal. Il a été suivi par le roman A Noite das Mulheres Cantoras (La Nuit des Femmes qui Chantent - 2011)[7]. Os Memoráveis (Les Mémorables)[8], publié en 2014, est un livre sur la mythologie de la Révolution des Œillets, reprenant le thème de O Dia dos Prodígios, son premier livre. En 2018, elle publie Estuário (Estuaire)[9], sur la vulnérabilité du temps présent.

Bien qu'elle écrive de la poésie depuis son plus jeune âge, ce n'est qu'en 2019 qu'elle publie son premier livre, O Livro das Tréguas. Lídia Jorge a publié des anthologies de contes, Marido e outros Contos (1997), O Belo Adormecido (2003) et Praça de Londres (2008), en plus des éditions séparées de A Instrumentalina (1992) et O Conto do Nadador (1992 ). En 2016, elle publie O Amor em Lobito Bay.

En 2020, sous le titre Em Todos os Sentidos, elle rassemble les chroniques qu'elle lit, pendant un an, aux micros de la radio publique Antena 2[10].

Thèmes[modifier | modifier le code]

. le passé colonial et dictatorial;

. le sens des révolutions;

. les tensions entre la société moderne et postmoderne;

. les conflits entre générations;

. ruptures familiales;

. condition féminine;

. émigration.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Thêátre[modifier | modifier le code]

Sa pièce A Maçon a été mise en scène au Teatro National Dona Maria II en 1997, par Carlos Avilez. Une adaptation théâtrale de O Dia dos Prodígios a également été interprétée et mise en scène par Cucha Carvalheiro au Teatro da Trindade, à Lisbonne. Récemment, Instruções para Voar a été joué par l'ACTA, au Teatro Lethes et au Teatro da Trindade. Ce dernier a été mis en scène par Juni Dahr e Jean-Guy Lecat.

Cinema[modifier | modifier le code]

Le roman A Costa dos Murmúrios (Le Rivage des Murmures) a été adapté (2004) au cinéma par Margarida Cardoso. Et Miss Beijo a été adaptée à la télévision par RTP en 2021 par de Miguel Simal.

Représentation[modifier | modifier le code]

L'agence littéraire qui la représente est basée à Francfort, Literarische Agentur Dr. Ray-Güde Mertin (du professeur de littérature et agent littéraire homonyme), aujourd'hui dirigée par Nicole Witt.

Académie[modifier | modifier le code]

Les romans de Lídia Jorge ont été traduits en plusieurs langues. Ses œuvres, en plus des éditions au Brésil, ont été traduites dans plus de 20 langues, notamment en anglais, français, allemand, néerlandais, espagnol, suédois, hébreu, italien et grec, et font l'objet d'études dans des universités portugaises et étrangères, où plusieurs essais lui ont été consacrés.

L'Université d'Algarve, le 15 décembre 2010, lui a décerné un Doctorat Honoris Causa. En 2020, le numéro 205 du magazine COLÓQUIO LETRAS lui a été entièrement  consacré. En 2021, le numéro 136 du magazine espagnol TURIA lui dédie également son dossier principal. En septembre de la même année, l'Université de Genève, en Suisse, inaugure la Chair Lídia Jorge. Et en novembre, à l'Université du Massachusetts UMass Amherst, le protocole pour une Chair Lídia Jorge a été signé. Cette Chair a été inaugurée en avril 2022[11].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le 17 décembre 2004, la municipalité d'Albufeira a ouvert la bibliothèque municipale Lídia Jorge en son honneur. Pour marquer le 30e anniversaire de la publication de O Dia dos Prodígios, la municipalité de Loulé a organisé une grande exposition biobibliographique Trinta Anos de Escrita Publicada, entre novembre 2010 et mars 2011, au Couvent de Santo António dos Olivais. Cette exposition a ensuite été montrée à la Maison du Portugal de la Cité Universitaire de Paris.

Au Portugal, le président de la République, Jorge Sampaio, le 9 mars 2005, l'a décorée de la Grã-Cruz da Ordem do Infante D. Henrique de Portugal. Le Président de la République française, Jacques Chirac, le 13 avril 2005, l'a décorée Chevalier des Arts et des Lettres, puis le président français, François Hollande, l’a élevée au rang d'Officier, le 14 juillet 2015. En 2006, l’auteure a été distinguée en Allemagne avec la première édition du Prix Albatros de la Fondation Günter Grass, décerné pour l'ensemble de son œuvre. Le 5 mai 2011, Union Latine lui a décerné le Prix de la latinité, João Neves da Fontoura.

En 2021, Lídia Jorge a été nommée membre du Conseil d'État[12] par le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa pour la période 2021-2026.

L'écrivaine collabore régulièrement au bihebdomadaire Jornal de Letras[13] et écrit régulièrement pour les journaux Público [14]et El País[15].

Distinction[modifier | modifier le code]

PRT Order of Prince Henry - Grand Cross BAR.svg

Grã-Cruz da Ordem do Infante D. Henrique de Portugal[16] (9 mars 2005)

Ordre des Arts et des Lettres Chevalier ribbon.svg Chevalier de l’ Ordre des Arts et des Lettres (13 avril 2005)

Ordre des Arts et des Lettres Officier ribbon.svg Ordre des Arts et des Lettres Officier rang d’Officier (14 juillet 2015)

Livres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Dia dos Prodígios - 1980
  • O Cais das Merendas - 1982
  • Notícia da Cidade Silvestre - 1984
  • A Costa dos Murmúrios - 1988
  • A Última Dona - 1992
  • O Jardim Sem Limites - 1994
  • O Vale da Paixão - 1998
  • O Vento Assobiando nas Gruas - 2002
  • Combateremos a Sombra - 2007
  • A Noite das Mulheres Cantoras - 2011
  • Os Memoráveis - 2014
  • Estuário - 2018

Contes[modifier | modifier le code]

  • A Instrumentalina - 1992
  • O Conto do Nadador - 1992
  • Marido e outros Contos - 1997
  • O Belo Adormecido - 2004
  • Praça de Londres - 2008
  • O Organista - 2014
  • O Amor em Lobito Bay - 2016

Littérature jeunesse[modifier | modifier le code]

  • O Grande Voo do Pardal (2007)
  • Romance do Grande Gatão (2010)
  • O Conto da Isabelinha  (2018)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Contrato Sentimental - 2009

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • A Maçon - 1997
  • Instruções para Voar - 2016

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • La Forêt dans le Fleuve (1988) Notícia da Cidade Silvestre (1984)
  • Le Rivage des murmures (1989) A Costa dos Murmúrios (1988)
  • La Journée des Prodiges (1991) O Dia dos Prodígios (1980)
  • La Dernière Femme (1995) A Última Dona (1992)
  • Un Jardin sans Limites (1998) O Jardim Sem Limites (1994)
  • La Couverture du Soldat (1999) O Vale da Paixão (1998)
  • Le Vent qui Siffle dans les Grues (2004) O Vento Assobiando nas Gruas (2002)
  • Nous Combattrons l’Ombre (2008) Combateremos a Sombra (2007)
  • La Nuit des Femmes qui Chantent (2012) A Noite das Mulheres Cantoras (2011)
  • Les Mémorables (2015) Os Memoráveis (2014)
  • Estuaire (2019) traduction d'Estuário par Marie-Hélène Piwnik, éditions Métailié (ISBN 979-1022608893)

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

  • Prix Malheiro Dias de l'Académie des Sciences de Lisbonne (1981)
  • Prix Littéraire de la Ville de Lisbonne (1982 et 1984), O Cais das Merendas e Notícia da Cidade Silvestre (La Forêt dans le Fleuve)
  • Prix Dom Dinis, Fondation Casa de Mateus (1998), O Vale da Paixão (La Couverture du Soldat )
  • Prix Bordallo de Littérature de la Casa da Imprensa (1998), O Vale da Paixão (La Couverture du Soldat )
  • Prix Máxima Littérature (1998), O Vale da Paixão (La Couverture du Soldat )
  • Prix de Fiction du PEN Clube Português (1998), O Vale da Paixão (La Couverture du Soldat )
  • Prix Jean-Monnet de littérature européenne du département de la Charente (2000), O Vale da Paixão (La Couverture du Soldat )
  • Grand Prix de l'Association Portugaise des Écrivains (2002), O Vento Assobiando nas Gruas (Le Vent qui Siffle dans les Grues)
  • Prix Correntes d’Écriture (2002), O Vento Assobiando nas Gruas (Le Vent qui Siffle dans les Grues)
  • Prix Albatros de la Fondation Günter Grass (2006)
  • Grand Prix de la Société des Auteurs Portugais (SPA) | Millenium BCP (2007)
  • Prix Spécial Giuseppe Acerbi, Scrittura Femmenile (2007)
  • Prix Michel Brisset, attribué par l’Association Française de Psychiatrie (2008), Combateremos a Sombra (Nous Combattrons l’Ombre )
  • Prix de Latinité, João Neves da Fontoura, Union Latine (2011)
  • Prix Luso-Espagnol d’Art et Culture (2014)
  • Prix Virgílio Ferreira (2015)
  • Prix Urbano Tavares Rodrigues (2015)
  • Grand Prix de Littérature dst (2019), Estuário (Estuaire)
  • Prix Rosalía de Castro remis par le PEN CLub de Galice (2020)
  • Prix FIL de Littératures en langues romanes de Guadalajara (2020)
  • Grand Prix de chronique et textes épars littéraires, de l’Association Portugaise d’Ecrivains - APE (2021), Em Todos os Sentidos

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel du Prix Jean Monnet de littérature européenne
  2. « Brûlants prodiges », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Des femmes dans une "sale guerre" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Lidia Jorge : "La Couverture du soldat était un livre qui convenait à mon âme, c’est un livre discret qui n’est pas destiné à être populaire" - Ép. 13/10 - La Nuit rêvée d'Anne-Marie Métailié », sur France Culture (consulté le )
  5. Claire Devarrieux, « Lídia Jorge. Algarve à vue », sur Libération (consulté le )
  6. « Roman. Tempête sous un crâne portugais », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  7. « La nuit des femmes qui chantent », sur Revue Études - Culture contemporaine (consulté le )
  8. « Histoire d’un livre. Ce que disent les œillets », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Dans « Estuaire », l’écrivaine Lidia Jorge observe le délitement de toute chose », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (pt) « Em Todos os Sentidos de 31 Dez 2019 - RTP Play - RTP », sur RTP Play (consulté le )
  11. (en-US) O. Jornal, « Cátedra Lídia Jorge inaugurada na UMass Amherst vai “promover língua e cultura portuguesas na Nova Inglaterra” », sur Fall River Herald News (consulté le )
  12. (pt) « Conselho de Estado (Portugal) », dans Wikipédia, a enciclopédia livre, (lire en ligne)
  13. (pt) « Visão | Lídia Jorge escreve sobre Eunice Muñoz », sur Visão, (consulté le )
  14. (pt) Lídia Jorge, « Não lhe chamem memorialista », sur PÚBLICO (consulté le )
  15. (es) Lídia Jorge, « El cielo caerá sobre nosotros », sur El País, (consulté le )
  16. (pt) « Ordem do Infante D. Henrique », dans Wikipédia, a enciclopédia livre, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]