Léon Dumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Léon Dumont
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 39 ans)
ValenciennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Léon Dumont (5 février 1837, Valenciennes - 17 janvier 1877, Saint-Saulve, Nord) est un philosophe et psychologue[1] français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léon A. Dumont fait ses études secondaires au collège de Valenciennes, où il rencontre l'écrivain d'origine allemande Alexander Büchner qui y est professeur. Büchner lui fait découvrir la culture allemande ; ils resteront très liés et publieront ensemble un ouvrage sur Jean Paul[2].

Dumont s'intéresse d'abord à l'esthétique, avant de se tourner vers la philosophie proprement dite. À partir de 1872, il publie régulièrement dans la Revue scientifique des études sur les grands ouvrages philosophiques publiés en Angleterre et en Allemagne. Il fait connaître en France des auteurs comme Eduard von Hartmann (Philosophie de l'inconscient) et George Henry Lewes.

Son ouvrage le plus connu porte sur le rire, Des causes du rire.

Influence[modifier | modifier le code]

Sa Théorie scientifique de la sensibilité a peut-être exercé une influence sur le développement du concept de volonté de puissance par Nietzsche[3].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Des causes du rire (Paris, Durand, 1862).
  • Jean Paul et sa poétique (Paris, Durand, 1862), écrit en collaboration avec Alexander Büchner, avec une traduction de la Poétique ou introduction à l'esthétique de Jean Paul.
  • Le Sentiment du gracieux (Paris, Durand, 1863).
  • La Morale de Montaigne (Paris, Durand, 1866).
  • « Antoine Watteau[4] », Revue des cours littéraires (1866).
  • De l'éducation des femmes (Paris, Thorin, 1868).
  • Haeckel et la théorie de l'évolution en Allemagne[5] (Paris, Germer Baillière, 1873).
  • Théorie scientifique de la sensibilité (1875).
  • « De l'habitude », Revue philosophique de la France et de l'étranger (1876).
  • La théorie de la sensibilité (1876).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Nicolas, Histoire de la psychologie française : naissance d'une nouvelle science, In Press, 2002, p. 115 ; Théodore Ribot, « Philosophie et psychologie en France (1877) », Revue d'histoire des sciences humaines, 2000/1, n° 2, p. 107-123 (en ligne).
  2. J.Delbœuf, op. cit..
  3. Robin Small, Nietzsche in Context, Burlington, VT, Ashgate, 2001), p. 166.
  4. Il était né à Valenciennes, comme Dumont.
  5. Cet ouvrage réunit des articles parus dans la Revue scientifique à propos de Natürlichen Schöpfungsgeschichte [Histoire naturelle de la création] (1868) d'Ernst Haeckel. (En ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Büchner, Un philosophe amateur. Essai biographique sur Léon Dumont (1837-1877), avec des extraits de sa correspondance, Paris, Félix Alcan, 1884.
  • J. Delbœuf, « Léon Dumont et son œuvre philosophique », Revue philosophique de la France et de l’étranger, III, 1877, p. 609 et suiv.

Sur les autres projets Wikimedia :