Kita Genki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kita (homonymie) et Genki (homonymie).
Kita Genki
Portrait of Ingen Ryūki by Kita Genki.jpg
Portrait de Ingen Ryūki par Kita Genki.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
喜多元規Voir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activité
Autres informations
Genre artistique

Kita Genki est un peintre japonais du XVIIe siècle. Ses dates de naissance et de décès ainsi que ses origines ne sont pas connues. Sa période d'activité se situe autour de 1671.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est à Nagasaki que Kita Genki exerce son activité de peintre. C'est aussi par le port de Nagasaki, à l'extrémité ouest de l'archipel nippon, que pénètrent au XVIIe siècle non seulement des éléments de culture et d'art occidentaux, mais aussi chinois, parmi lesquels des portraits de moines Zen au réalisme accentué. Des peintres locaux, dont Kita Genki, suivent ces modèles en mêlant au style des portraitistes chinois des réminiscences occidentales[1].

Tendances diverses de la peinture moderne du XVIIe au XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Au cours du XVIIIe siècle qui voit l'essor économique de la société et l'épanouissement d'un humanisme moderne, d'autres tendances se font jour: d'une part, le mouvement réaliste représenté par l'école Maruyama-Shijō, et d'autre part la vision idéaliste de la peinture des lettrés (bunjin-ga); ces deux tendances subissent l'une et l'autre l'influence des nouveaux apports de l'étranger et ont ensemble de nombreux contacts. Un élément joue un rôle important pour le mouvement réaliste: il s'agit de la nouvelle vague d'influence de la peinture chinoise, qui pénètre au Japon par Nagasaki[2].

Les portraits de patriarche d'une nouvelle école Zen, celle d'Ōbaku (Houang-po), introduite par la colonie chinoise de Nagasaki et propagée jusqu'à Kyoto par le moine chinois Itsunen (Yi-jan), peintre amateur lui-même, venu au Japon en 1644, sont d'un réalisme accentué. Les peintres japonais locaux, Kita Genki par exemple, suivent ces modèles en mêlant, probablement, au style des portraitistes chinois de secrètes réminiscences de la première influence occidentale[3].

Collection[modifier | modifier le code]

Metropolitan Museum of Art, New-York[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030176), p. 827. (en) (lire en ligne)
  • Akiyama Terukazu, La peinture japonaise - Les trésors de l'Asie, éditions Albert SkiraGenève, , 217 p., p. 181184

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]