Kel Ansar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kel Antessar)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Kel Ansar (variantes : Kel Antsar, Kel Antessar, Kel Antassar, Kel Intassar) sont une des grandes confédérations touarègues du Mali, principalement établie dans la région de Tombouctou. Leur zone d'évolution est comprise de la frontière mauritanienne au cercle de Bourem (région de Gao) en allant vers le Nord jusqu'à la frontière algérienne In Khalil. Les Kel Ansar ont la particularité d'être non seulement de grands lettrés, ce qui fait d'eux une tribu qualifiée de maraboutique, mais aussi de grands guerriers par leur courage et leur bravoure avec laquelle ils ont fait face à l'ennemi (les Reguibat, les Maures du sud, le Polisario, les Kountas, les Peuls et les Français).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Kel Ansar, avec l'aménokal Mohamed Ahmed Ansari dit N'Gouna (Ingonna) et alliés aux Arabes Kountas, participent aux raids des Touaregs contre les Français de 1896 à 1898, qui aboutissent à la mort de N'Gouna en octobre 1898 et à la soumission des fils de ce dernier[1].

Des grands chefs Kel Ansar comme Doua-Doua Ansari, Mohamed Ali Ag Doua Doua Ansari et Mohamed Ali Ag Attaher Ansari (aménokal dans les années 30)[2] ont marqué l'histoire du Sahara central par leurs exploits guerriers et politiques.

Après la mort de l'aménokal N'Gouna, la confédération s'est disloquée, un nouveau pouvoir est instauré par le colonisateur français, un pouvoir ne respectant pas les critères idoines d'élection de l'Amenokal[réf. nécessaire]. Ce fut dès lors jusqu'à nos jours le déclin du pouvoir politique, économique et guerrier des Kel Ansar, même si ces derniers ont beaucoup investi dans l'enseignement proposé par les Français et étaient à ce titre considérés comme en avance sur les autres groupes touaregs[3], encouragés par l'aménokal Mohamed Ali Ag Attaher dès les années 30. Ce dernier soutint l'idée d'une séparation des régions sahariennes du Soudan et partit en exil au Maroc en 1960 où il mourut en 1994[4].

Toutefois, les Kel Ansar ne participèrent pas à la révolte touarègue de 1963-1964, qui resta cantonnée à l'Adagh[5].

Lors de la révolte de 1991, ils rejoignirent le Front populaire de libération de l'Azawad (FPLA), qui était devenu le mouvement des Touaregs non originaires de l'Adagh avec les Chamanamas[6]

À ce jour la confédération des Kel Ansar bien que disloquée sous l'effet combiné des sécheresses (1973 - 1984) de l'exode mais aussi des influences négatives du pouvoir central de Bamako, continue à exister comme référence en milieu nomade.

Organisation[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs fractions dites Kel Ansar et d'autres tribus Acherifen, Kel Arizaf, Kel Inagozmi, Igellad, etc.[réf. nécessaire]

D'importantes communautés Kel Ansar vivent à l'extérieur du Mali, notamment au Niger, en Algérie, en Arabie saoudite, en Mauritanie et en Libye.

Le 24 janvier 2015, Abdoul Magid Ag Mohamed Ahmed dit Nasser succédait à son oncle Mohamed El Mehdi Ag Attaher El Ansari, décédé quelques semaines plus tôt, comme aménokal des Kel Ansar[7].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Ahmad Al Faqi Al Mahdi, maître d'œuvre de la démolition de mausolées à Tombouctou durant l'occupation de la ville par les groupes jihadistes en 2012, inculpé par la Cour pénale internationale (CPI)[8].
  • Abdoul Magid Ag Mohamed Ahmed dit Nasser, aménokal des Kel Ansar

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Boilley, Les Touaregs Kel Adagh : Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Karthala, , 648 p. (ISBN 2811106359), p. 62.
  2. Pierre Boilley, Les Touaregs Kel Adagh : Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Karthala, , 648 p. (ISBN 2811106359), p. 220.
  3. Pierre Boilley, Les Touaregs Kel Adagh : Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Karthala, , 648 p. (ISBN 2811106359), p. 224.
  4. Pierre Boilley, Les Touaregs Kel Adagh : Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Karthala, , 648 p. (ISBN 2811106359), p. 298.
  5. Pierre Boilley, Les Touaregs Kel Adagh : Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Karthala, , 648 p. (ISBN 2811106359), p. 334.
  6. Pierre Boilley, Les Touaregs Kel Adagh : Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Karthala, , 648 p. (ISBN 2811106359), p. 515.
  7. A. Diarra, « Tribu Kel Ansar : le nouvel aménokal officiellement adoubé », sur Maliactu.net, (consulté le 26 septembre 2017).
  8. « Un djihadiste malien jugé à la Cour pénale internationale », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]