Kara (Togo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kara.

Kara
Kara (Togo)
Centre-ville de Kara
Administration
Pays Drapeau du Togo Togo
Région Kara
Indicatif téléphonique international +(228)
Fuseau horaire UTC +0
Démographie
Population 109 287 hab.
Géographie
Coordonnées 9° 33′ nord, 1° 11′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Afrique
Voir sur la carte administrative d'Afrique
City locator 12.svg
Kara
Géolocalisation sur la carte : Togo
Voir sur la carte administrative du Togo
City locator 12.svg
Kara
Géolocalisation sur la carte : Togo
Voir sur la carte topographique du Togo
City locator 12.svg
Kara

Kara, chef-lieu de la région de la Kara, compte approximativement 109 287 habitants. La ville se situe à environ 400 km au nord de Lomé, au centre du pays kabiyé près de la localité de Pya, qui est le village natal de l'ancien président Gnassingbé Eyadéma.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kara est, à l'origine, une extension du vieux village de Lama, près du pont enjambant la rivière Kara, construit par les Allemands. L'appellation initiale, héritage de la colonisation, était Lama-Kara.

Géographie[modifier | modifier le code]

Monts Kabyés, Kara

La ville est au pied du massif montagneux du pays kabiyé. Kara se trouve à une altitude d'environ 400 m[1]. La rivière Kara est au centre de la ville.

Architecture[modifier | modifier le code]

Marché de Kara

La ville compte certains bâtiments d'intérêt architectural, comme le Palais des Congrès de Kara.

Transport[modifier | modifier le code]

L'aéroport international de Niamtougou, est situé à quelques kilomètres de Kara. Néanmoins, l'aéroport international de Lomé-Tokoin, dans la capitale togolaise, est le seul du Togo à recevoir des vols internationaux réguliers[2].

Culture[modifier | modifier le code]

Historiquement connue sous le nom de « pays Tamberma », cette région, habitée par les Batammariba, porte officiellement le nom de « Koutammakou » depuis son inscription en 2004, par un comité désigné par l'UNESCO, sur la liste du patrimoine mondial[3]. C'est une destination très prisée en Afrique de l'Ouest.

Chaque année se déroule dans la région de Kara les Evala, une épreuve de lutte traditionnelle. Cette pratique, fortement médiatisée, est une étape du rite d'initiation du jeune Kabyè, passage de ce dernier à l'âge adulte.

Éducation[modifier | modifier le code]

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

La ville compte une université, l'Université de Kara, fondée en 1999.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Parmi les lieux de culte, il y a principalement des églises et des temples chrétiens : Diocèse de Kara (Église catholique), Église Évangélique Presbytérienne du Togo (Communion mondiale d'Églises réformées), Convention baptiste du Togo (Alliance baptiste mondiale), Living Faith Church Worldwide, Redeemed Christian Church of God, Assemblées de Dieu [4]. Il y a aussi des mosquées musulmanes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Того, Справочная карта. Масштаб 1:1 500 000, 1985, C-31-3
  2. (fr)Togo : Vers la réhabilitation de l’Aéroport de Niamtougou
  3. Koutammakou, le pays des Batammariba
  4. J. Gordon Melton, Martin Baumann, ‘‘Religions of the World: A Comprehensive Encyclopedia of Beliefs and Practices’’, ABC-CLIO, USA, 2010, p. 2875-2877

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Piraux (et Muriel Devey), « Kara », in Le Togo aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2010 (nouvelle éd.), p. 138-140 (ISBN 978-2-86950-451-6)