Kaare Busterud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kaare Busterud
Image illustrative de l’article Kaare Busterud
Kaare Busterud en 1934
Contexte général
Sport Combiné nordique
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Norvège norvégienne
Naissance
Lieu de naissance Vang (en)
Décès (à 73 ans)
Club Vang Skiløperforening (no)
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Championnats du monde 0 0 0
Championnat de Norvège de saut à ski (no) 1 0 0
Championnat de Norvège de combiné nordique 1 1 0

Kaare Busterud, né le 23 mai 1908 à Vang (en) et mort le 9 août 1981, est un ancien fondeur et spécialiste norvégien du combiné nordique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Son frère, Arne Busterud (no), a également pratiqué le saut à ski et le combiné nordique à haut niveau[1]. Celui-ci a notamment participé aux championnats du monde de ski nordique 1929 où il a terminé 6e du saut et 10e du combiné ainsi qu'aux championnats du monde de ski nordique 1934 où il se classe 9e du combiné et 60e du 18 kilomètres[1],[2].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

En 1929, il concourt en Klasse B[Note 1]. Il se classe 3e du championnat de saut à ski (Hovedlandsrennet) et 7e du Festival de ski d'Holmenkollen[3],[4]. En 1930, il se classe 54e dans le 18 km, 14e du combiné nordique et 37e du saut à ski lors des championnats du monde de ski nordique 1930[5].

En 1931, il remporte le Championnat de Norvège de saut à ski (no)[Note 2]ce qui lui permet de remporter un Prix Damenes (no)[6]. Il termine deuxième du championnat de Norvège de combiné nordique derrière Ole Stenen et devant Hans Vinjarengen[7].

En 1932, il a terminé 6e de la Klasse A et 8e du 50 kilomètres du Festival de ski d'Holmenkollen après avoir mené la course[8],[6].

En 1936, il remporte le Championnat de Norvège de combiné nordique[9]. Il est cinquième après l'épreuve de ski de fond avec un temps de h 14 min 7 s[9]. Il est devancé par Olav Lian, Sverre Brodahl, Magnar Fosseide et Sigurd Roen[9]. Il devance Oddbjorn Hagen et Hans Vinjarengen qui sont respectivement sixième et septième[7]. Lors du concours de saut, Olav Lian a chuté[9]. Kaare Busterud a réalisé deux bons sauts à 55 m et 59 m[9]. Au final, il devance Bernt Østerkløft (en) et Thorvald Heggem ce qui lui permet de remporter un Kongepokal[7].

En 1937, lors des Championnats du monde de ski nordique 1937, il se classe 28e du 18 km, 13e du saut à ski et 4e en combiné nordique[10],[11].

Résultats[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : Norvège Oslo 1930 Drapeau : France Chamonix 1937
Combiné nordique 14e 4e
Saut à ski 37e 13e
Ski de fond 18 km 54e 28e

Festival du ski d'Holmenkollen[modifier | modifier le code]

En 1929, il a terminé 7e de la Klasse B[12]. Il a terminé 14e en 1930, 7e en 1931, 6e en 1932[13],[Note 3]. Il a terminé 27e du combiné en 1933, 7e en 1935, 8e en 1936, 6e en 1937[14],[15].

En ski de fond, il a terminé 8e du 50 kilomètres en 1932 après avoir mené la course[8],[6].

Championnats de Norvège[modifier | modifier le code]

Il termine 3e de la Klasse B à Kongsberg en 1929[7]. Il termine 14e à Trondheim en 1930[7]. En 1931 à Hamar, il remporte le Championnat de Norvège de saut à ski (no)[7] et il termine 2e du combiné nordique derrière Ole Stenen et devant Hans Vinjarengen[16]. Il termine 8e en 1932 et en 1933 à Aker (no), il se classe 12e[7].

En 1936 à Kongsvinger, il remporte le titre en combiné nordique devant Bernt Østerkløft (en) et Thorvald Heggem[16].

Autres courses[modifier | modifier le code]

Un skieur de fond au départ d'une course
Kaare Busterud en 1934

Dans la Birkebeinerrennet, il s'est classé 10e en 1933[17].

En 1931, il termine 4e à Saltsjöbaden[7]. En 1937, il termine 2e à Garmisch-Partenkirchen[7]. En 1937, il est membre d'un relais norvégien lors d'une course organisée en marge des championnats de France de ski[18]. Son équipe se classe deuxième derrière un autre relais norvégien[18].

En ski de fond, il a terminé 2e à Lillehammer en 1933 puis il s'est imposé en 1934, 1935 et 1936[7]. Dans toute sa carrière, il a remporté 325 prix[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (no) Hansen, Hermann (1948-), VM på ski '97: Trondheim, Adresseavisens forl., (ISBN 8271640445, lire en ligne). 
  • (no) Norske skiløpere: skihistorisk oppslagsverk i 5 bind (lire en ligne). 
  • (no) Jakob Vaage, Holmenkollen : historien og resultatene, , 309 p. (lire en ligne). 
  • (no) Nu vet du det også: og Thalbergs sportskalender 1937-1938 : håndbok for gutter, Norske gutters forl., (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes :
  1. Cette classe concerne les athlètes ayant un niveau national. La classe supérieure (Klasse A) concerne les athlètes ayant un niveau international.
  2. Le Championnat de Norvège de saut à ski (no) a officiellement débuté en 1933. Avant cette date, le titre est attribué au premier du concours de saut du combiné ce qui lui permet de remporter un Prix Damenes (no).
  3. Jusqu'en 1932, il n'y a qu'un résultat global. À partir de 1933, les prix en combiné et en saut sont séparés.
  • Références
  1. a et b Hansen 1996, p. 39.
  2. Hansen 1996, p. 49.
  3. (no) « Hovedlandsrennet paa Kongsberg », Smaalenenes Social-Demokrat,‎ (lire en ligne).
  4. (no) « En straalende Holmenkoldag igaar », Smaalenenes Social-Demokrat,‎ (lire en ligne).
  5. (no) Amundsen, K. Vilh., De internasjonale skirenn under Vinteridrettsuken i Oslo 1930, (lire en ligne), p. 40-60
  6. a b et c 1955, p. 364.
  7. a b c d e f g h i j et k 1955, p. 367.
  8. a et b Vaage 1992, p. 250.
  9. a b c d et e 1937, p. 86.
  10. Hansen 1996, p. 57.
  11. 1937, p. 155.
  12. Vaage 1992, p. 219.
  13. Vaage 1992, p. 220.
  14. Vaage 1992, p. 221.
  15. Vaage 1992, p. 222.
  16. a et b 1955, p. 102.
  17. Kjærnsli, Rolf (1924-), Birkebeinerrennet [1932-1971]: langs kongesporet over fjellet, (ISBN 8290439008, lire en ligne), p. 265
  18. a et b « Les skieurs norvégiens gagnent la Coupe de France », Paris-Soir,‎ (lire en ligne).