Julien Lauprêtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Julien Lauprêtre
Julien Lauprêtre 2018.jpg
Julien Lauprêtre en 2018.
Fonctions
Président
Secours populaire français
-
Secrétaire général
Secours populaire français
-
Pierre Éloire (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Père
Jean Lauprêtre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Distinctions

Julien Lauprêtre, né le et mort le à Paris, est un miroitier, président du Secours populaire français de 1955 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Julien Claude Lauprêtre est né le dans le 12e arrondissement de Paris, du mariage de Jean Lauprêtre, cheminot, militant syndical, résistant, conseiller municipal communiste de Paris de 1949 à 1965 et conseiller général de la Seine[Note 1], et de Marie Girard[1].

Après des études primaires à Paris, il obtient le certificat d'études primaires[1].

Le , il épouse Jeanne Antoine, couturière. De ce mariage, naissent quatre enfants.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1940 à 1943, il est apprenti miroitier, puis tailleur de glace à la miroiterie de la rue de la Forge royale, puis à la miroiterie de la Cité industrielle et enfin à celle de la rue du Rhin en 1944[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Julien Lauprêtre fonde son propre réseau de jeunes communistes résistants en 1942. Il est arrêté le pour faits de résistance et incarcéré à la prison de la Santé à Paris. Il y côtoie pendant huit jours Missak Manouchian, le chef du groupe de l’Affiche rouge, qui lui aurait dit : « Moi je suis foutu, je vais être fusillé, mais toi il faut que tu fasses quelque chose d’utile et que tu rendes la société moins injuste[2] ».

Des paroles qui l’ont marqué à jamais et qui vont conditionner son engagement futur[3]. Il passe quatre mois dans cette prison. En avril 1944, il refuse le STO, et se cache à Lyon, chez sa tante[2]. Il est responsable des Jeunesses communistes de 1949 à 1950.

Engagement[modifier | modifier le code]

En 1951, il est secrétaire parlementaire du député Raymond Guyot. En 1954, il est nommé secrétaire administratif du Secours populaire français et en 1955, il est élu secrétaire général de l'association au congrès de Gennevilliers[4],[5],[1]. Sous son influence, l’association prend son indépendance vis-à-vis du Parti communiste français : donnant priorité à l'action humanitaire devant l'action politique, Julien Lauprêtre pensait que l'association avait à gagner à se recentrer sur son rôle d'association humanitaire plutôt que d'intervenir sur le champ politique. Il développe également l'activité de l'association en faveur des enfants (Pères Noël verts, chasses aux œufs, « journées des oubliés des vacances », etc.)[6].

En 2009, qualifié d'« indéboulonnable », il déclare : « Tant qu’on veut de moi ici, je reste. Vous savez que je suis le seul président à avoir été réélu ?[7] » Il est aussi présenté comme « l’infatigable avocat des plus pauvres »[8]. Dans les médias, il n’a de cesse d’alerter sur la montée de la pauvreté en France, qu’il qualifie de « raz-de-marée de la misère »[9],[10].

Décès[modifier | modifier le code]

Le 26 avril 2019, il meurt à 93 ans dans un hôpital parisien, où il venait d'être admis à la suite d'une chute[11].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis 2005, une petite place porte le nom de place Jean-Lauprêtre dans le quartier de Picpus du 12e arrondissement de Paris.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Who's Who in France, édition 2015,p. 1326.
  2. a et b « Julien Lauprêtre », sur Le Huffington Post (consulté le 23 février 2018).
  3. « Julien Lauprêtre, président du secours populaire : "un élan de solidarité jamais vu" », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 23 février 2018).
  4. « Nous sommes des semeurs d'espoir », sur L'Humanité, .
  5. « Bilan d’activité 2013 », sur secourspopulaire.fr.
  6. « Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire depuis plus de 60 ans, est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 avril 2019).
  7. Lorélie Carrive, « Avocat des pauvres, le sacerdoce de Lauprêtre », sur le contre-blog du Centre de formation des journalistes (CFJ), (consulté le 5 août 2017).
  8. « Julien Lauprêtre, président du Secours populaire : "Toute la France est sinistrée" », Le Bien public,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2018).
  9. « Contre le "raz de marée de la misère", 5.000 enfants sur la côte normande », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018).
  10. « "Un raz-de-marée de la misère" : le président du Secours populaire particulièrement touché par les retraités qui demandent à manger », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018).
  11. « Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire, est mort », sur Le Figaro, (consulté le 26 avril 2019).
  12. Décret du 31 décembre 1997 portant promotion et nomination.
  13. Décret du 29 mars 2013 portant promotion.
  14. Décret du 12 juillet 2017 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Dunez, Julien Lauprêtre. Sa vie, son œuvre au Secours populaire, préface de Patrick Poivre d'Arvor, L'Harmattan, 2009.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]