Jules Rieffel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rieffel.
Jules Rieffel
Rennes - École nationale supérieure agronomique 20140920 01.jpg

Buste de Jules Rieffel devant l'ENSA de Rennes.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
NozayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jules Rieffel, né le à Barr (Bas-Rhin) et mort le à Nozay (Loire-Atlantique), est un ingénieur agronome français, fondateur de l'école d'agriculture de Grand-Jouan à Nozay.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études secondaires au Collège royal de Strasbourg.

À la suite d'une maladie l'écartant de la carrière militaire qu'il envisageait, il entre en 1827 à l'école de Roville, près de Nancy, première école d'agriculture en France, ouverte par Mathieu de Dombasle. Il en sort major de sa promotion.

Au cours d'un voyage en Bretagne, il fait la connaissance d'un armateur nantais, Charles Haentjens, propriétaire d'un domaine de 500 hectares à Nozay, à 45 km au nord de Nantes[1]. Mais il s'agit de landes couvertes d'ajoncs, de bruyères et de genêts. Jules Rieffel accepte d'entreprendre et de diriger le défrichement de ce domaine.

Il est ainsi amené, durant les années 1830, à créer par étapes l'école d'agriculture de Grand-Jouan, Institut agricole à partir de 1849. C'est la première école nationale d’agriculture française dont il est le directeur enthousiaste de 1830 à 1881. Il y développe une science agricole fondée sur les résultats expérimentaux.

Il s'allie à la famille Bourgault-Ducoudray, elle-même liée à celle d'Adolphe Billault[2], député et futur ministre de Napoléon III.

En 1840, Jules Rieffel fonde la revue Agriculture de l'ouest de la France.

Après sa mort, il est inhumé dans une chapelle située sur la lande de Limerdin à Nozay, au milieu d'un bouquet de pins[3]. Cette chapelle, consacrée en 1841, a d'abord été un lieu funéraire pour deux fils de Jules Rieffel[4], puis pour l'ensemble de sa famille.

L'école de Grand-Jouan[modifier | modifier le code]

Transférée à Rennes en 1894, l'école de Grand-Jouan est devenue l’École nationale supérieure agronomique de Rennes. Le site de l'école de Grand Jouan est préservé, des chambres d'hôtes y ont été aménagées[5].

Hommages[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jules Rieffel, « Organisation de l'agriculture », in Agriculture de l'Ouest de la France, 1844, pp. 593-620.
  • Jules RIEFFEL, Cours d'économie rurale / professé à l'Institut agricole de Hohenheim, par M. Goeritz ; Traduit sur manuscrit allemand par Jules Rieffel, Paris, Bouchard-Huzard, (lire en ligne).
  • Jules RIEFFEL, Leçons de chimie agricole, études sur l'atmosphère, le sol et les engrais, par Adolphe Bobierre,... Avec une introduction par M. Jules Rieffel, Paris, G. Masson,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. 1848 Le printemps de l'enseignement agricole
  2. En 1830, Adolphe Billault épouseFrançoise Bourgault-Ducoudray, dont le père est président de la Chambre de commerce de Nantes.
  3. Cf. Chapelle de Limerdin Nozay.
  4. Eugène Rieffel, décédé le 30 juin 1841 (Nozay, table décennale 1833-42, vue 50 : AD44
  5. « Chambres d'hôte de grand Jouan », sur grand-jouan.fr (consulté le 6 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Bourrigaud, « Jules Rieffel et l'esprit de progrès appliqué à l'agriculture de l'ouest sous la Monarchie de juillet », in Colloque de Daoulas. Louis Rousseau, les saint-simoniens et la Bretagne, Ed. Lhamans/CRBC, pp. 212-234.
  • René Bourrigaud, « Aimé Antoine Richard Jules François Rieffel », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 31, p. 3208

Liens externes[modifier | modifier le code]