Joseph Zemp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joseph Zemp
Illustration.
Joseph Zemp
Fonctions
30e conseiller fédéral

(16 ans, 5 mois et 16 jours)
Élection
Réélection



Prédécesseur Emil Welti
Successeur Josef Anton Schobinger
Chef du Département des Postes et des Chemins de fer

(5 ans, 5 mois et 16 jours)
Prédécesseur Robert Comtesse
Successeur Ludwig Forrer

(10 ans)
Prédécesseur Emil Welti
Successeur Robert Comtesse
Président de la Confédération suisse

(un an)
Réélection
Vice-président Adolf Deucher
Prédécesseur Ernst Brenner
Successeur Adolf Deucher

(un an)
Élection
Vice-président Adrien Lachenal
Prédécesseur Emil Frey
Successeur Adrien Lachenal
Chef du Département politique

(un an)
Prédécesseur Ernst Brenner
Successeur Adolf Deucher
Conseiller national

(10 ans et 26 jours)
Législature 12e (1881-1884)
13e (1884-1887)
14e (1887-1890)
15e (1890-1893)

(3 ans, 9 mois et 29 jours)
Législature 9e (1872-1875)
10e (1875-1878)
Président du Conseil national

(6 mois)
Prédécesseur Henri Morel
Successeur Erwin Kurz
Conseiller aux États

(1 an, 4 mois et 28 jours)
Législature 8e (1869-1872)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Entlebuch (Suisse)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Berne (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti démocrate-chrétien (PDC)

Joseph Zemp
Liste des conseillers fédéraux de Suisse

Joseph Zemp (* , Entlebuch, Suisse) originaire de Lucerne (LU), est une personnalité politique suisse, conservateur, traditionaliste et membre du parti démocrate-chrétien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bourgeois d'Entlebuch et avocat, il est le premier sous l'étiquette du Parti démocrate-chrétien (PDC) à présider le Conseil national en 1887. Le , il est le premier non-membre du parti radical à être élu comme conseiller fédéral, scellant ainsi la réconciliation entre la Suisse radicale, protestante et urbaine vainqueur quelques années plus tôt de la guerre du Sonderbund et la Suisse catholique et paysanne.

Son élection est provoquée par le refus du peuple en votation populaire de l'achat par la confédération des grandes lignes nationales de chemin de fer. Ce rejet, soutenu par les radicaux contre les conservateurs, force le ministre Emil Welti à la démission et pousse l'assemblée fédérale a élire un conservateur connu pour ses capacités de compromis.

À son arrivée, il reprend le Département des postes et des chemins de fer et se lance à son tour dans la question des chemins de fer. Il présente un projet de loi, accepté en 1897 par le parlement, qui propose le rachat des cinq grandes compagnies ferroviaires agissant sur le territoire suisse. À la suite d'un référendum, le peuple est encore une fois appelé aux urnes et donne finalement son accord le à ce projet qui permet la même année la création des Chemins de fer fédéraux suisses.

Il reste à son département jusqu'à son retrait en 1908 pour raisons de santé, à l'exception d'un court passage en 1902 au Département politique. Premier président de la Confédération conservateur, il inaugure, en 1902, le Palais fédéral à Berne.

Source(s)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]