Joseph A. Burns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burns.
Joseph Burns
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université Cornell
Faculté d'ingénierie de l'université Cornell (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Joseph A. Burns (1941–) est un astronome américain. Il est professeur à l'université Cornell et doublement affecté à l'École Sibley de génie mécanique et aérospatial (MAE) et au département d'astronomie. Son principal domaine de recherche est la planétologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1941[1], Joseph Arthur Burns obtient son doctorat de l'université Cornell en 1966[2]. Il occupe le poste de vice-recteur à la recherche et à l'ingénierie entre 2003 à 2008. Il est le rédacteur en chef de la revue de planétologie Icarus de 1980 à 1997[3],[2]. Il édite deux livres, Planetary Satellites (1977) et Satellites (1986)[2]. Il est le vice-président de l'Union américaine d'astronomie, ainsi que président de la Division for Planetary Sciences (DPS) et de la Division on Dynamical Astronomy (DDA)[2]. Il est le président de la Commission sur la mécanique céleste et l'astronomie dynamique à l'Union astronomique internationale (UAI)[2]. Joseph A. Burns est membre de l'Union américaine de géophysique (AGU), de l'Association américaine pour l'avancement des sciences (AAAS), de l'Académie internationale d'astronautique (IAA) et membre étranger de l'Académie des sciences de Russie[2]. Il reçoit le prix Masursky en 1994 pour ses services rendus à la planétologie[2] ainsi que le prix Brouwer de la DDA en 2013.

Joseph A. Burns est surtout connu pour son travail théorique sur l'astronomie dynamique dans notre système solaire. En 1979, il explique définitivement l'effet des forces de rayonnement sur de petites particules dans le système solaire[4]. En 1997, Brett James Gladman, Philip D. Nicholson, John J. Kavelaars et lui-même co-découvrent Caliban et Sycorax, deux lunes d'Uranus[5]. Il est membre de l'équipe d'imagerie de Galileo et Cassini-Huygens.

L'astéroïde (2708) Burns a été nommé en son honneur[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Lutz D. Schmadel, Dictionary of Minor Planet Names, Springer Science & Business Media, , 6e éd., 1452 p. (ISBN 9783642297182, lire en ligne), p. 209.
  2. a b c d e f et g (en) « Joseph Burns », sur Université Cornell (consulté le 9 février 2015).
  3. (en) J. A. Burns, « Editorial: Thanks for the Memories », Icarus, vol. 130, no 2,‎ , p. 225-227 (ISSN 0019-1035, DOI 10.1006/icar.1997.5859)
  4. (en) Joseph A. Burns, P.L. Lamy et S. Soter, « Radiation forces on small particles in the solar system », Icarus, Université Harvard, vol. 40,‎ , p. 1 (DOI 10.1016/0019-1035(79)90050-2, Bibcode 1979Icar...40....1B)
  5. DOI: 10.1038/31890

Liens externes[modifier | modifier le code]